Retraite

Le scandale d'une grève

04 décembre 2019 • Agnès Verdier-Molinié

shutterstock_1399627157.jpg

Alors qu'on serine à l'envi qu'il faut sauver la planète en prenant les transports en commun, le train et le métro ou le bus électrique, ces derniers seront dans quelques heures bloqués en France sous prétexte de… Sous prétexte de quoi, d'ailleurs ? Ah oui, sous prétexte de lutter contre une loi dont on ne connaît pas la première ligne et qui sera a priori effective en 2025, voire en 2030…

Bref, bloquer pour intimider au cas où le gouvernement aurait le courage de toucher à un poil sacré des régimes spéciaux. Fameux droits acquis ou plutôt déficits acquis, puisque, rien que pour la SNCF, ce sont plus de 3 milliards d'euros que les Français doivent verser chaque année pour payer leurs généreuses pensions. Pour la RATP, 700 millions. Pour les fonctionnaires de l'Etat, on ne connaît pas le montant exact, mais c'est autour de 8 milliards d'euros.

La cigale et la fourmi

Le Conseil d'orientation des retraites a bien affiché dans son dernier rapport que la moitié des 17 milliards de déficit annuel qui vont manquer sur nos pensions en 2025 ont comme source les régimes publics, alors que les salariés du public ne représentent même pas 20 % des actifs. Clairement, les fourmis du privé financent les cigales avec leurs impôts pour leur offrir de meilleures pensions et leur permettre de partir plus tôt à la retraite : 56 ans ou 57 ans en moyenne.

Malgré ces faits incontestables, il semble que comparer les régimes soit toujours aussi mal vu. Les chiffres parlent, pourtant, d'eux-mêmes : la retraite moyenne des nouveaux retraités à la SNCF ? 2.300 euros. A la RATP ? 2.800 euros. Des fonctionnaires d'Etat, 2.100 euros. Et celle des salariés du privé ? Seulement 1.500 euros (selon l'Agirc-Arrco). Et, quand on parle de carrière complète, l'iniquité persiste : 2.600 euros à la SNCF et 3.700 euros à la RATP versus 1.800 euros dans le privé.

Cela est rendu possible grâce à des taux de remplacement records et qui s'établissent en moyenne, selon la Cour des comptes, à 88 % à la RATP en cas de carrière complète, 73 % à la SNCF, alors qu'il est d'environ 60 % en moyenne entre les cadres et les non-cadres dans le privé.

Garantir les services publics

Pourquoi les Français accepteraient-ils plus longtemps de payer plus d'impôts pour des services publics plus chers et pour des agents largement avantagés qui, en plus, prennent en otages leurs concitoyens ?

Nos chers agents des services publics de transport ont-ils conscience que, dans les pays voisins de la France, on ne peut pas bloquer les services publics du pays quand on bénéficie d'un emploi garanti à vie ? C'est même, en Allemagne, la contrepartie pour bénéficier de l'emploi à vie pour garantir les services publics.

Même en France, les militaires, la police, les magistrats, le personnel pénitentiaire ne peuvent pas faire grève. Les personnels des hôpitaux sont soumis à des astreintes. A quand les mêmes obligations pour les transports ?

Ni injuste, ni provocateur

Et parce que nos agents des transports publics ne veulent pas bouger d'un iota ni sur l'âge, ni sur le calcul de leur pension, il faudrait supporter, sans broncher, une France paralysée à la veille de Noël ? La seule chose qu'on leur demande : de travailler plus longtemps (comme tout le monde) et d'aligner leurs pensions sur les modes de calcul du régime général (comme tous les salariés). Ce n'est ni injuste ni provocateur. C'est normal.

Il est temps que le gouvernement explique à toute la France de manière claire : soit on baisse les pensions des retraités et ils perdent des milliards de pouvoir d'achat, soit on augmente les cotisations des actifs et ils perdent des milliards de pouvoir d'achat… Soit on repousse l'âge de départ à la retraite, on aligne les modes de calcul et tout est résolu pour de nombreuses années.

Cette tribune a été publiée dans les pages des Echos, le mercredi 4 décembre 2019.

Commentaires

  • Par France • Posté le 06/12/2019 à 03:11 Vous êtes pour la retraite à la suédoise, il y a là-bas aussi un pôle emplois pour les jeunes et moins jeunes. Et maintenant et ses nouveaux ils ont créé un pôle emplois pour les vieux retraités tellement que la pension à point les a mis à rien .... c'est ça votre super modèle de pension suédois. Plus de pauvreté ???? Renseigner vous comme il faut au moins !!!!
  • Par JCBD • Posté le 05/12/2019 à 21:14 Il ne faudrait que les privilégiés de notre système de retraite gardent en otage des millions de travailleurs n'ayant pas les privilèges de ceux qui veulent bloquer la FRANCE !!!
  • Par christ31 • Posté le 05/12/2019 à 18:05 merci pour votre lumineuse chronique, quand je pense qu'aujourd'hui tout le monde, les écologistes en tête nous vantent les transports en commun comme solution miracle pour l'avenir de notre planète et quand je constate comment une poignée de personnes nanties peuvent tenir dans leurs mains notre pays, ses habitants, et notre économie je suis effrayé et je me dis qu'il va falloir vite prendre les bonnes décisions...
  • Par pierre sion • Posté le 05/12/2019 à 15:40 Bien d'accord avec votre analyse. Labourage et pâturage seront de plus en plus des valeurs sûres devant le dérèglement climatique? Sully ministre de Henri IV avait raison. Une société sans gaz, sans charbon, sans pétrole reviendra à plus de raison. Cette société d'abondance va se contracter devant les vrais problèmes qui, s'il ne sont pas tranchés, nous conduiront inexorablement à la dictature écologique. Ces grévistes, nous les comprenons bien sûr, sont des ignares et des cancres.Chacun lutte pour son pouvoir d'achat. Mais ils seront balayés comme à Pompéi ou à Herculanum. Ou plutôt comme à Gomorrhe et Sodome. Ah... Ah ....
  • Par FCO • Posté le 05/12/2019 à 14:24 sans connaître il est vrai la première ligne du projet, je n'ai pas relevé parmi les nombreux commentaires médiatiques la moindre allusion à la retraite des élus. Ils seront bien traités comme les autres citoyens ? C'est important car ce sont eux, en particulier, qui voteront les textes des lois et décrets.
  • Par Mars • Posté le 05/12/2019 à 14:16 Dans l'article manque un élément historique qu'a rappelé sans rire/ciller Madame Buzyn : "Le statut des cheminots a été accordé de façon temporaire à la sortie de la guerre pour les remercier de leur participation à la Résistance". (sic) Pour apprécier la solidité de l'élément, on se rappellera qu'Outre-Atlantique, la Sncf a été condamnée au milieu des années 2010 à indemniser (60 M€) les victimes américaines qu'elle avait transportées dans les camps durant la seconde guerre mondiale. Une entreprise et des salariés bien peu sympathiques...
  • Par Mitsouko • Posté le 05/12/2019 à 13:46 22 % des fonctionnaires en grève aujourd’hui... cela veut dire qu’il y en a 78 % qui ne font pas grève et qui ont compris que la situation ne pouvait pas durer. Le problème c’est que les 22 % sont ceux qui ont la capacité de nuisance suffisante pour bloquer tout le pays. J’espere que le gouvernement ne donnera pas le signe qu’il cède en fonction de la capacité de nuisance des grévistes, ça serait gravissime ! Et que dire a tous les commerçants, les libéraux, les entepreneurs qui ne sont ni salariés ni fonctionnaires ??? Ces gens (sont je fais partie) travaillent sans compter leurs heures (les 35 h, on les fait en 3 jours), souvent y compris week end et vacances quasiment inexistantes.. et après avoir payé CSG et impôts pour financer les avantages de tous ces fonctionnaires il faut qu’on paye pour notre assurance maladie complémentaire, invalidité et qu’on mette nous mêmes de côté de l’argent pour notre retraite parce que personne ne le fait pour nous. Alors quand on entend les revendications de tous ces grévistes surproteges et sur financés par nous alors que nous, on doit se débrouiller tous seuls, on a la pénible impression d’être vraiment pris pour des imbeciles.
  • Par Tire-bouchon 24 • Posté le 05/12/2019 à 12:26 C'est l'évidence même.Mais qui aura le courage politique et la force de la loi pour taper du poing sur la table et DECRETER la réforme tant nécessaire...
  • Par goufio • Posté le 05/12/2019 à 11:40 Qui m'oblige, quelle réglementation me contraint de payer partie des alaires et des retraites de la RATP qui n'est qu'un service de transport à l'usage exclusif des franciliens ? N'y aurait-pas plus qu'un soupçon d'inégalité voire d'injustice, voire de racket. ?
  • Par Henricot • Posté le 05/12/2019 à 11:34 Pour être compréhensible par les citoyens, il faudrait que le Gouvernement établisse un tableau comparatif ente les pensions actuelles et celles résultant du mode de calcul avec les "points" de retraite envisagés, mais comme la valeur de ce point est inconnue (même par le Gouvernement, semble-t-il, si ce n'est son indexation sur les salaires ?), personne ne peut comprendre où sa réforme mènera = grèves ! Réforme nécessaire mais mal engagée sur le seul constat que la situation actuelle ne peut être maintenue mais le Gouvernement sait-il lui-même où il va ?
  • Par FCO • Posté le 05/12/2019 à 11:34 A 100% derrière vous
  • Par skuizh • Posté le 05/12/2019 à 11:16 Bonjour Je vous expose ma situation. Je suis retraité de la Sncf depuis l'an dernier. J'ai pris ma retraite à 58 ans après 37 ans à la Sncf . Ma retraite brute est de 1891 euros. Ma retraite nette est de 1706 euros, donc 594 euros en dessous des 2300 cités. Mon taux de remplacement est de 69 %. Pour obtenir le taux maximum de remplacement 75 % je devais travailler 5 ans de plus ,ce qui m'aurai donné 2000 euros net à 63 ans. Si j'avais pris ma retraite à l'age légal 55 ans dans mon cas j'aurai eu 1400 euros net. J'étais agent de maîtrise,donc d'autre agents Sncf ont des retraites,largement inférieures à la mienne. Durant ces 37 ans le taux de cotisation pour la retraite à été nettement supérieur à celui du régime général,il était précisément de 46,17 % (cotisation agent +patronale) lors de ma cessation d'activité. Voilà tous ces chiffres sont factuels. Pour en arriver là ,j'ai comme beaucoup de Français travailler en 3x8,les weekends,les jours fériés. Je ne me plains pas,je savais dès le début de carrière qu'à la Sncf ,les salaires sont peu élevés ,que le rythme de travail n'est pas évident . Je n'estime donc pas être un privilégié!
  • Par SLEGNE2022 • Posté le 05/12/2019 à 10:31 Bonjour, Il y aurait beaucoup à dire sur les avantages du secteur public mais aussi du secteur des entreprises du paritarisme. Mal gérées et non contrôlées les entreprises de ces secteurs sont des pompes à fric que nous devons subventionner. De mon coté, j'irai distribuer cet article sur le marché de ma ville afin d'essayer d'éveiller les consciences sur ces injustices.
  • Par micha1804 • Posté le 05/12/2019 à 10:25 bloquons nos impôts augmentons les salaires des enseignants, de la police et du personnel hospitalier au moins de 15°/°. Baissons les revenus de hauts fonctionnaires et des parlementaires européens inclus et réduisons leur avantages en nature.
  • Par Alfred • Posté le 05/12/2019 à 09:49 La réforme de la retraite devrait porter uniquement sur le nombre de trimestres cotisés pour bénéficier de sa retraite à taux plein, ce nombre devant augmenter progressivement au sein de tous les régimes.
  • Par NathalieD • Posté le 05/12/2019 à 08:55 Bonjour à tous, je suis du même avis que tous ceux qui viennent de commenter. Je suis fonctionnaire et j'ai la chance d^être sereine dans ma vie professionnelle : la sécurité de l'emploi et la certitude d'une retraite annoncée dans quelques petites années. Alors la moindre des choses, dans ma conscience professionnelle, s'est d'être reconnaissant pour cette situation et d'être bien heureux de venir tous les jours à mon travail sans râler et rechigner, en fin de compte, d'être au service du public comme cela devrait être. Il ne faut pas oublier, nous fonctionnaire, nous nous retrouvons également comme "public" lorsque nous allons demander des services à d'autres administrations. Bon courage à tous.
  • Par BERCI • Posté le 05/12/2019 à 01:57 Pourquoi les pilotes de ligne du monde entier ont ils accepté, il y a plus de 10 ans, de poursuivre leur carrière jusqu'à 65 ans devant l'impasse de leurs retraites ? Sans doute parce que leur contraintes dépassent largement celles des pauvres incompris Franchouillards de la SNCF et de la RATP, sans parler des décalages horaires plus importants que ceux qui existent entre Brest et Strasbourg !
  • Par André-Marie • Posté le 04/12/2019 à 23:56 Ni Bonaparte, ni De Gaulle n’auraient confié une réforme aussi importante et difficile à une personnalité du type de Delevoye. Celui-ci et le gouvernement n’ont tenu aucun compte des mises en garde qui leur ont été faites et se sont entêtés dans leur projet chimérique. Quelle présomption, quel amateurisme, quel gâchis !
  • Par J2p83 • Posté le 04/12/2019 à 22:46 Je trouve indispensable de réformer tous ces régimes spéciaux pour l'égalité de tous les Français. Cette égalité chère à tant de gilets jaunes.... En France, vous avez raison, on fait grève par anticipation, pour intimider, "au cas où"... sans que les participants ne connaissent où sachent dans quelles directions vont aller les pourparlers ou les projets de réformes. Tout cela mené par des syndicats sous-représentatifs, mais voulant se faire "mousser" !... et politisés, alors qu'ils ne devraient pas faire de politique. Malheureusement en France en ce moment, à part l'extrême gauche, nous n'avons plus vraiment d'opposition de droite qui tienne la route, et qui aurait pu faire entendre une voix de raison à ces montées de revendications, qui n'ont pas vraiment lieu d'être tant que les études, de cette réforme ne sont pas complètement établies. C'est vraiment dur pour Macron!... Mais il va falloir quand même réformer == pour le bien plus grand nombre: ceux du privé et les agriculteurs ! Bon courage!
  • Par D. Huger • Posté le 04/12/2019 à 22:18 Le gouvernement tente ee jouer l'opposition entre les bénéficiaires des régimes spéciaux et les autres, afin de faire oublier à ces derniers qu'ils subiront les conséquences de cette réforme (spoliation des réserves, aucune garantie du niveau des retraites, désavantage pour les femmes...). De plus cette réforme conduit à étatiser toutes les retraites autrement dit, à confier la retraite de tous les Français au plus mauvais gestionnaire du pays: l'Etat. Une réforme libérale aurait à la rigueur uniformisé une retraite de base, en laissant les régimes professionnels s'assumer, avec une troisième étage de capitalisation.
  • Par GASPARD DEZANGES • Posté le 04/12/2019 à 22:04 JP Delevoye a déjà capitulé (page 64 de son rapport) en accordant le départ en retraite prématuré des contrôleurs aériens (52 ans), des douaniers et quelques autres (57 ans). Pour cet exploit, il a été promu Ministre... Il a aussi décidé de dépouiller les caisses du privé de leurs économies. Comment croire à ce simulacre de réforme ? On va vers un accord entre gouvernement et syndicats (c'est-à-dire du Public) sur le dos du privé. Comme d'habitude.
  • Par lou • Posté le 04/12/2019 à 21:48 complètement d'accord avec vous raz le bol pouvez vous me confirmer si c'est vrai que les syndicats sont en grosse partie financer par nos impots????
  • Par Céladon • Posté le 04/12/2019 à 21:33 Cette grève corporatiste est tout simplement scandaleuse. Mais le grand danger, c’est que Macron cède devant les blocages et prenne dans les caisses excédentaires du privé de quoi payer les retraites des régimes spéciaux et des fonctionnaires. (Voir sur le site de « sauvegarde retraites »).
  • Par Bruno • Posté le 04/12/2019 à 21:32 La France compte certainement le plus grand nombre d'autruches de la planète ! Les revendications de nos fonctionnaires sont tout simplement irréalistes et de toute façon les enfants de la nation nous le rappellerons en refusant de payer ce qui n'est pas finançable. Le courage politique va encore cruellement manquer les jours à venir. Pendant que les autruches manifesterons, les voyous casseront sans être inquiétés devant des médias complices au motif du devoir d'information !! Les centres ville vont se désertifier en période de fête. Des commerçants fragilisés, courageux et non grévistes, disparaitrons pendant qu'Amazone et d'autres livrerons le "Père Noël" sans payer l'intégralité des charges et impôts Français.
  • Par janot46 • Posté le 04/12/2019 à 21:31 les retraites doivent etre les memes pour tous
  • Par jeanmi68 • Posté le 04/12/2019 à 21:24 Quand verra t on en France un syndicat apolitique défendant les intérêts sociaux de tous les salariés le tout s'inscrivant dans et en préservant l'intérêt économique du pays comme le font des syndicats comme IG Metall en Allemagne ou tous ceux des pays du Nord de l'Europe ? Tout cela par la lâcheté de tous les gouvernements successifs depuis 50 ans, n'ayant fait que céder aux revendications, pour la plupart pas simplement catégorielles mais la plupart du temps corporatiste. Que le gouvernement ne cède pas à cette insupportable et hallucinante n-ième tentative d'intimidation
  • Par ALEX POYSSEGU • Posté le 04/12/2019 à 21:06 OUI, IL FAUT OBLIGATOIREMENT UN REFERENDUM POUR QUE TOUT UN CHACUN SACHE QUE NOUS PAYONS DEUX FOIS LES Retraités DES REGIMES SPECIAUX AU DETRIMENT DU PERSONNEL DE SANTE ET DE LA SECURITE NATIONALE QUI EUX NE PEUVENT PAS FAIRE GREVE
  • Par Pichri • Posté le 04/12/2019 à 21:01 Bravo pour votre article tout est dit avec une grande clarté.
  • Par Cervin P • Posté le 04/12/2019 à 20:50 Je partage votre analyse en particulier sur la nécessité de retrouver de l'équité entre les différentes professions ainsi que le principe de réalité sur le financement des retraites. En attendant dés ce soir ,les professions qui jouissent des régimes spéciaux en décalage complet avec la réalité vont bloquer les métros et les trains pour défendre leurs avantages au mépris des nombreux Français qui vont galèrerais durant 2 jours pour se rendre à leur travail. C'est injuste et scandaleux CP
  • Par Marino • Posté le 04/12/2019 à 20:48 Cet article est formidable, d'une clarté limpide. Le constat est parfaitement démontré. Il faudrait largement diffuser cet article sur les réseaux sociaux.
  • Par vincent2718 • Posté le 04/12/2019 à 20:25 Toute l'injustice n'est-elle pas toute contenue dans le propos : "Le Conseil d'orientation des retraites a bien affiché dans son dernier rapport que la moitié des 17 milliards de déficit annuel qui vont manquer sur nos pensions en 2025 ont comme source les régimes publics, alors que les salariés du public ne représentent même pas 20 % des actifs. " Existe-t-il des propositions claires pour progresser sur cette question de la part des opposants à cette nouvelle loi? Peut-il y avoir un échange entre les leaders des points de vue sur cette seule question d'entrée pour éclairer les cotoyens?
  • Par Hélène Cordeau • Posté le 04/12/2019 à 20:14 Comment se fait-il que sur les plateaux TELE on n'entende jamais : DANS LE PRIVE LE PASSAGE AU 25 ANNÉES RETENUES POUR LE CALCUL DE LEUR RETRAITE N'ÉTAIT PAS ACTÉ LORS DE LA SIGNATURE DE LEUR CONTRAT DE TRAVAIL ......ET POURTANT. On va voir si le gouvernement est capable d'avoir des .......
  • Par Jacques • Posté le 04/12/2019 à 19:51 D'accord avec Agnès Verdier-Molinié : il faut aligner les régimes de retraite du public et du privé au nom de l'égalité et de la fraternité. Mais il est à craindre qu'une fois de plus, l'état se serve de la réforme des retraites pour satisfaire un peu plus sa boulimie sans limite et pomper un peu plus de fric à l'ensemble des Français. Sans qu'il y ait eu réforme, l'état, sous différents gouvernements, a réussi à arnaquer les retraités que nous sommes, par 4 fois : d'abord, en fiscalisant l'abattement de 10% (défiscalisé) auquel avaient droit les retraités comme l'ensemble des salariés ; ensuite en fiscalisant le supplément "familles nombreuses" des retraités (précédemment défiscalisé) ; ensuite, en bombardant les retraités de CSG ; enfin, en ne revalorisant pas nos retraites en fonction de l'inflation, pendant plusieurs années. Mais c'est vrai aussi dans de nombreux autres domaines : - pour lutter contre le prétendu dérèglement climatique, on augmente à tout va les taxes sur les carburants : pas sûr que ça empêchera la consommation de pétrole tant qu'il y aura des réserves, mais ça fait rentrer un pognon de dingue dans le tonneau des danaïdes du gouvernement. - pour éviter "soi-disant" quelques morts sur les routes (ça n'est pas prouvé !), on pourrit la vie des automobilistes, mais le but principal non avoué est de ponctionner toujours plus de fric avec des radars toujours plus nombreux et perfectionnés et des limitations de vitesse toujours plus basses. Tant que l'état ne prouvera pas sa volonté de diminuer drastiquement les prélèvements obligatoires, on pourra toujours, à juste titre, le suspecter de profiter de chaque réforme pour en mettre un peu plus dans sa poche au détriment des contribuables. Alors oui, il faut envoyer un carton rouge au gouvernement… lors des prochaines élections !
  • Par Bugaled • Posté le 04/12/2019 à 19:12 Comme à l'habitude, les chaines de télévision vont nous déverser jusqu'à l'écœurement des images de "citoyens ordinaires pris en otage mais qui comprennent les grévistes et leur mouvement" ! Ras le bol de ce parti pris scandaleux. Journalistes, faites votre travail avec un peu d'honnêteté ! Allez interviewer les artisans, les entrepreneurs de petites entreprises, les commerçants, cette France qui crée la richesse et l'emploi.Vous entendrez un son de cloche différent !
  • Par Etienne • Posté le 04/12/2019 à 18:43 "Soit on repousse l'âge de départ à la retraite, on aligne les modes de calcul et tout est résolu pour de nombreuses années". Et alors on aura une révolution. Autres solution: changer le peuple...ou encore adopter le régime chinois, car la démocratie ne con,vient pas aux crânes d'oeuf. On voit qu'avec un peu d'esprit pratique, les solutions ne manquent pas.
  • Par charimota • Posté le 04/12/2019 à 18:31 Je suis tout à fait d'accord avec Agnès Verdier-Molinié! Cette grève est une grève d'a priori. Je suis persuadé que 95% des grévistes n'ont pas lu le projet même sous forme synthétique. La CGT vocifère et bien sûr les "privilégiés" de ces régimes refusent d'entendre. Même les enseignants qui seraient parmi les "gagnants" de la refondation s'y opposent. On marche sur la tête.
  • Par Ledahu • Posté le 04/12/2019 à 18:24 Votre article est excellent .Pourquoi ne martelez vous pas ce message très clair?
  • Par pierre BOURGIN • Posté le 04/12/2019 à 18:20 merci beaucoup pour votre analyse avec votre fondations
  • Par jean charles LENOIR • Posté le 04/12/2019 à 18:05 Je suis absolument opposé au DROIT DE GREVE pour le personnel ayant en effet un emploi garanti - c est du bon sens absolu- Si les conditions d emploi du fonctionnaire ne conviennent pas , il a la merveilleuse liberté de démissionner .
  • Par JEAN LOUIS • Posté le 04/12/2019 à 18:04 Comme FILLON l'a proposé aux Français alignement du mode de calcul sur le régime général et porter l'âge de la retraite à 65 ans
  • Par MG • Posté le 04/12/2019 à 17:58 L'administration française est dirigée par des "hauts fonctionnaires" qui ont bien sûr la garantie de l'emploi à vie. Ils ne vont pas eux-même aller dans la rue pour conserver cet avantage "stupéfiant"! Ils préfèrent que leurs subordonnés le fassent pour eux d'autant que ces derniers sont quand même plus nombreux! Ils se font rejoindre par les syndicats qu'ils payent plus de 4 milliards par an avec l'argent des contribuables pour faire nombre! Cela "doit marquer les français" de voir les "partenaires sociaux" défendre l'emploi à vie! Or ces syndicats ne sont absolument pas "légitimes" d'être des "partenaires sociaux" car ils ne représentent que 5% de la fonction publique et 3% du privé!! Mais les leaders syndicaux sont bien content de montrer leur pouvoir en bloquant le pays! Le gouvernement actuel (les précédents aussi d'ailleurs!) doit savoir qu'il faut "réformer" ces deux organisations (Haute fonction et syndicats) pour restaurer l'organisation de la France! Mais le gouvernement est composé de "hauts fonctionnaires" !!! Alors??
  • Par François GERIN • Posté le 04/12/2019 à 17:53 Je suis pour l'alignement progressif des régimes de retraite entre le public et le privé
  • Par Jean-Louis • Posté le 04/12/2019 à 17:51 Il faut absolument interdire la grève dans les services publics et d'intérêt général dont les acteurs sont des privilégiés qui ne courent absolument aucun risque économique.
  • Par Louis707 • Posté le 04/12/2019 à 17:44 Bravo de bien faire valoir que ce sont les contribuables qui payent le déficit des retraites de la SNCF, RATP et fonction public en général. Ils payent cela en plus des versement pour leur propre retraite qui en moyenne est moins élevée. Merci de votre action
  • Par Bernard Maroy • Posté le 04/12/2019 à 17:31 Les Français sont désespérément accrochés à leur peur de l'avenir. Leur seule vision, c'est d'essayer de prolonger le présent coûte que coûte. Bien qu'il soit évident que la France s'enfonce, la coque fuyant de toute part, ils s'arqueboutent sur leurs privilèges, aussi petits soient ils, pour pouvoir consommer plus, même si cette consommation effrénée condamne la planète.
  • Par Phildebar • Posté le 04/12/2019 à 17:30 Les grévistes du 5 décembre sont des saboteurs de l’économie française, des saboteurs-profiteurs. Evolution démographique, allongement de la durée de vie , ça ne les concerne pas ! Pauvres incultes avec des oeillères .... !
  • Par rachel • Posté le 04/12/2019 à 17:20 la seule solution : que le gouvernement tienne bon à n'importe quel prix en expliquant clairement que cette situation ne peut plus être tolérée et qu'il y va de l'avenir de nos enfants
  • Par Mitsouko • Posté le 04/12/2019 à 17:18 Cette grève n'est qu'une action corporatiste des sur-privilégiés du secteur public. Une fois de plus, on fait passer l'intérêt de ces personnes avant l'intérêt du "commun" des français qui essayent désespérément de travailler. Le privé va finir par prendre véritablement en grippe tous ces gens qu'il finance totalement, emplois, retraites et grèves inclus,sans pouvoir bénéficier d'un traitement équivalent, comme votre article le démontre. On est entrain de crever de notre fonction publique qui non seulement plombe les finances publiques, mais en plus se moque de nous. Il parait qu'on ne doit pas mordre la main qui nourrit. A force de la mordre, elle risque de leur revenir dans la figure.
  • Par JPL • Posté le 04/12/2019 à 17:16 Dans le secteur public la grève, en contre partie de la garantie de l'emploi, devrait être strictement interdite. Il faut exiger des fonctionnaires et autres qu'ils choisissent entre leur statut et la possibilité de faire grève. Tout employé du secteur public faisant grève devrait perdre immédiatement les avantages de ce statut.
  • Par JPL • Posté le 04/12/2019 à 17:16 Dans le secteur public la grève, en contre partie de la garantie de l'emploi, devrait être strictement interdite. Il faut exiger des fonctionnaires et autres qu'ils choisissent entre leur statut et la possibilité de faire grève. Tout employé du secteur public faisant grève devrait perdre immédiatement les avantages de ce statut.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.