État et collectivités

Palmarès de la gestion des 20 villes entre 80 000 et 107 500 habitants

13 février 2020 • l'équipe de la Fondation iFRAP

shutterstock_1432442090_1.jpg

Retrouvez les résultats du Palmarès des villes de la Fondation iFRAP. L'équipe de la Fondation a, pendant des mois, analysé les comptes des 80 plus grandes communes de France, afin d'y voir clair dans leurs dépenses et leurs investissements et pour déterminer la façon dont la dette et les impôts pèsent sur la population de chacune d'entre elles. 

L'étude se concentre sur la gestion des dépenses de fonctionnement (dont dépenses de personnel), des dépenses d'investissement, de la dette ainsi que de l'évolution des impôts (dont les impôts locaux) dans les villes de plus de 64 790 habitants et ce, sur le dernier mandat municipal.  À partir de ces chiffres, une note sur 20 est dégagée, pour 2014 et 2018, ce qui délivre une information inédite aux citoyens à l'approche des municipales.

> Revenir à la page de présentation et à la méthodologie.
 
> Revenir aux résultats des très grandes villes.

> Revenir aux résultats des grandes villes.

> Revenir aux résultats des villes moyennes.

En moyenne, en 2018, les 20 communes comptant entre 80 000 et 107 565 habitants (ou les "villes moyennes") ont affiché une dépense de fonctionnement par habitant moyenne de 1 885 euros. Ces dépenses ont, en moyenne sur le mandat, baissé de 65 euros par habitant. La ville qui a le plus augmenté ces dépenses de fonctionnement est Vitry-sur-Seine (198 euros en plus par habitant entre 2014 et 2018), suivie de Courbevoie (66 euros) et de Versailles (45 euros). A l'inverse, Poitiers est la ville qui a le plus baissé ces dépenses (-292 euros), suivie de Fort-de-France (-245 euros) et de Aubervilliers (-227 euros).

Dans ces dépenses de fonctionnement, il faut isoler les dépenses de personnel : elles étaient, en moyenne et en 2018, de 1 004 euros par habitant dans l'échantillon ci-dessus et depuis 2014, elles n'ont quasiment pas évolué : seulement +0,60 euro par habitant en moyennne pour la strate. Poitiers est la ville qui a le plus baissé ces dépenses de personnel (-166 euros par habitant depuis 2014), suivie de Aubervilliers (-143 euros) et de Aulnay-sous-Bois (-69 euros). En face, Fort-de-France est la ville qui a le plus augmenté ce poste de dépense (+139 euros), suivie de Vitry-sur-Seine (+118 euros) et de Courbevoie (+115 euros).

Côté investissement, la moyenne 2014-2018 par habitant est de 542 euros. Dunkerque est la ville qui a investi le plus sur le mandat, en moyenne 749 euros par habitant et par an, suivie de Saint-Pierre de la Réunion (708 euros) et de Nancy (704 euros). Asnières-sur-Seine est la ville de la strate qui a le moins investi avec 256 euros par habitant en moyenne sur le mandat et par an, suivie d'Aulnay-sous-Bois (309 euros) et de Fort-de-France (346 euros).

Au niveau de la dette, ces villes affichent, en moyenne et en 2018, une dette par habitant de 2 195 euros pour une baisse moyenne, depuis 2014, de 22,8 euros par habitant. Créteil est la ville qui a le plus baissé sa dette par habitant (-409 euros depuis 214), suivie d'Avignon (-380 euros) et de Tourcoing (-345 euros). Tandis que Vitry-sur-Seine est la ville dont la dette s'est le plus alourdie (+ 572 euros par habitant depuis 2014), suivie d'Alnay-sous-Bois (465 euros) et de Saint-Pierre de la Réunion (365 euros).

Enfin, en termes d'évolution de la fiscalité.

Les impôts totaux des villes étaient, en moyenne, de 1 307 euros dont 1 029 euros d'impôts locaux... et la tendance est à la hausse : les impôts totaux des 20 premières villes de France ont augmenté, depuis 2014 et en moyenne, de +38 euros par habitant tandis que les impôts locaux augmentaient de +68 euros en moyenne sur la période. Poitiers est la ville où les impôts totaux ont le plus augmenté (+294 euros depuis 2014), suivie de Créteil (+232 euros) et de Colombes (+219 euros) alors que Dunkerque affichait la plus forte baisse (-474 euros), suivie de Courbevoie (-459 euros) et de Nanterre (-225 euros). Concernant les impôts locaux, Asnières-sur-Seine affichait la plus forte hausse par habitant (+198 euros depuis 2014), suivie de Colombes (+188 euros) et de Vitry-sur-Seine (+167 euros)... tandis que la baisse la plus forte est à Courbevoie (-201 euros), suivie de Nanterre (-82 euros) et de Reuil-Malmaison (-6 euros).

Consultez les résultats ville par ville, par population décroissante :

Nancy

Saint-Paul

Tourcoing

Roubaix

Nanterre

Avignon

Vitry-sur-Seine

Créteil

Poitiers

Dunkerque

Versailles

Asnières-sur-Seine

Colombes

Saint-Pierre de la Réunion

Aubervilliers

Aulnay-sous-Bois

Courbevoie

Fort-de-France

Cherbourg-en-Cotentin

Rueil-Malmaison

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.