Fonction publique et administration

Effectifs publics : le jeu de bonneteau entre les suppressions de contrats aidés et les embauches

15 avril 2021 • Samuel-Frédéric Servière

shutterstock_1462393520.jpg

Les récentes statistiques publiées par l’INSEE sur l’évolution des effectifs de la fonction publique jusqu’en 2019, permettent d’y voir un peu plus clair sur les dynamiques à l’œuvre qui expliquent leur inexorable augmentation.  Entre 2017 et 2019 les contrats aidés baissent de 87.100 sur l’ensemble des trois fonctions publiques, tandis que les contractuels augmentent de 108.300 et que les titulaires baissent de 22.200. Au total, les agents publics hors contrats aidés augmentent de 86.800 sur la période.

On constate ainsi qu’entre 2017 et 2019 les effectifs de la fonction publique de l’Etat hors contrats aidés augmentent de 42.600 agents publics supplémentaires, tandis que les contrats aidés baissent d’un montant comparable de 42.800 personnes. Ces mêmes créations se retrouvent majoritairement dans les effectifs de contractuels (+53.900), tandis que le nombre des fonctionnaires titulaires baisse (-6.800), et que les autres catégories baissent elles-mêmes de 4.400 personnes. La baisse des contrats aidés a lieu majoritairement dans les établissements publics à caractère administratif (-40.600) et dans les ministères de l’intérieur et de la Défense (-2.200). Les augmentations de contractuels symétriquement sont ciblées au niveau des établissements publics à caractère administratif (+33.600) et au niveau de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur (+13.900). Des mécanismes de « déprécarisation » liés aux établissements scolaires et universitaires doivent être à l’œuvre.

Evolution des effectifs publics de 2017 à 2019

Source : INSEE, mars 2021. Retraitement Fondation iFRAP. Note : les colonnes "Ensemble" n'incluent pas les contrats aidés.

S’agissant maintenant de la FPT (fonction publique territoriale), la dynamique est identique, on retrouve une baisse de 35.300 contrats aidés compensée par une augmentation de 33.300 agents publics dont 31.600 contractuels. C’est le bloc communal qui emporte la majorité des embauches supplémentaires puisque la baisse de -31.800 contrats aidés à ce niveau est compensée par 30.800 créations supplémentaires dont 24.500 contractuels et 4.400 titulaires.

Source : INSEE, mars 2021. Retraitement Fondation iFRAP. Note : les colonnes "Ensemble" n'incluent pas les contrats aidés.

Dans la FPH enfin, les dynamiques sont différentes. On assiste à la création de 10.800 postes se décomposant sous la forme de +22.900 contractuels, mais de -16.000 fonctionnaires titulaires (et la création de 4.000 autres statuts). L’augmentation des contractuels permet ainsi de compenser non seulement la baisse du nombre de titulaires mais aussi celle des contrats aidés. Ce phénomène se traduit par une décomposition de la hausse de contractuels aux 2/3 au niveau des hôpitaux et 1/3 en établissements médicaux sociaux.

Commentaires

  • Par pierre reiller • Posté le 17/04/2021 à 23:01 Pourquoi les effectifs baisseraient ils? Sous la seule contrainte budgétaire, c'est impossible car vécu comme une contrainte externe injustifiée. La seule solution serait une croissance forte qui est improbable avec notre niveau d'imposition. il faut donc attendre la remontée des taux et l'asphyxie qui va avec.
  • Par orilou • Posté le 16/04/2021 à 10:43 Penser que remplacer des fonctionnaires jouissant d'un emploi à vie par des contractuels constitue un progrès serait une erreur. Cela démontre seulement que l'Etat n'est pas prêt à réduire son train de vie. La bureaucratie si préjudiciable à notre pays ne vas pas disparaître. La multitude d'organismes Agences Régionales de Santé, Haute Autorité et autre organismes qui s'ajoutent aux fonctionnaires du Ministère de la santé censés veiller sur la santé des Français pendant qu'hôpitaux et personnels soignants peinent à accomplir les tâches journalières est un exemple parmi d'autres du mauvais usage qui est fait de notre argent. L'investissement massif dans des systèmes de surveillance (radars entre autres) dont le but manifeste est de remplir le tonneau des danaïdes, sans que la sécurité routière y gagne, alors que l'état de nos routes se dégrade en est un autre. Le service public "à la Française" nous coûte toujours plus cher et... ne fonctionne pas. L'assistanat progresse en même temps que les charges impôts et taxes.... et les bataillons de fonctionnaires et assimilés qui font tourner cette machine infernale.
  • Par bafey • Posté le 15/04/2021 à 19:03 ... Sème des fonctionnaires, tu récolteras des impôts... pour paraphraser Coluche. La France est en train de se suicider. Dans les années 50, nous avions 1 fonctionnaire pour 5 actifs. Si nous continuons, nous aurons 1 fonctionnaire pour 1 actif. Nos impôts ne suffiront pas, et on ne pourra pas longtemps payer nos fonctionnaires avec l'emprunt...

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.