État et collectivités

Ile-de-France : les candidats et ce qu'ils proposent

19 juin 2021 • l'équipe de la Fondation iFRAP

iykugjh.jpg

Retrouvez ci-dessous, les programmes des candidats au 2nd tour de l'élection régionale en Ile-de-France. Pour consulter les programmes pour les autres régions, cliquez ici.

Julien Bayou

Liste l’Ecologie Evidemment, soutenu par Europe Ecologie les Verts (puis le PS, le PCF et LFI)

Programme disponible sur le site de campagne avec comme principale proposition de protéger la nature et sauver le climat.

Ecologie

  • Zéro artificialisation, pour un aménagement écologiste de la région ;
  • 15 m2 de nature par Francilien. Le Conseil régional, avec l’Agence des espaces verts, créera au moins trois parcs régionaux et complètera une ceinture verte entre la petite et la grande couronne ;
  • Le Conseil régional financera la plantation d’un arbre par naissance en Île-de-France pour que chaque enfant francilien soit rattaché au vivant: à chaque petit-e francilienn-e son arbre, qu’il pourra identifier et dont il pourra prendre soin ;
  • Rénover massivement l’ensemble du bâti francilien ;
  • Un plan “anti-Lubrizol”pour protéger les populations des risques industriels ;
  • Atteindre les objectifs de 100% renouvelable en 2050 ;
  • Protéger tous les animaux : mettra en place les dimanches sans chasse, supprimera les conventions de chasse et de pêche sur le territoire dont elle a la responsabilité et oeuvrera à un moratoire régional sur la chasse à courre ;
  • Doter la Seine, la Marne et l’Oise d’une personnalité juridique ;
  • Rendre le tri plus accessible : 1 poubelle pour 1 150 habitants (au lieu d’1 poubelle pour 2 300) ;
  • Une ressourcerie pour 10 000 habitants ;
  • Plateforme de compostage pour les restaurateurs ;
  • Financer des études pour déployer la tarification incitative en matière de gestion des déchets, mise en place en 2030 ;
  • Zéro enfouissement en Île-de-France dès le début de la mandature ;
  • Abandon progressif de l’incinération, y compris en valorisation énergétique ;
  • Zéro installation de tri mécano biologique ;
  • Un Conseil régional exemplaire : zéro plastique jetable au siège de la région, dans les lycées et dans toutes les agences régionales ;
  • Installation de radars sonores fixes et mobiles. Insonorisation du rail et traitement des 200 points noirs d’ici la fin du mandat ;
  • Création d’une Agence Régionale contre les perturbateurs endocriniens chargée de mener des études ainsi que des campagnes de sensibilisation et de plaidoyer. Fonds de soutien aux lanceuses et lanceurs d’alertes et aux associations de victimes d’atteintes sanitaires et environnementales.

Agriculture

  • Relocaliser l’agriculture ;
  • Mettre en place un vaste plan de transition agroécologique régional : sortir de l’agriculture industrielle et développer l’agriculture biologique et paysanne, l’agroforesterie et soutenir la production de protéines végétales ;
  • Passer de 11 000 emplois agricoles directs à 35 000 en dix ans ;
  • Accompagner la progression de l’agriculture biologique et accélèrerons les conversions vers les 30% d’exploitations bio à la fin du mandat ;
  • Conditionner les soutiens à l’agriculture à la protection des ressources en eau et à la préservation des sols ;
  • Aider les exploitations agricoles à planter 2 000 km de haies et à revitaliser les sols ;
  • Zéro pesticide sur les terres agricoles propriété de la Région dès 2022.

Logement

  • 100 millions d’euros par an pour le logement social et très social ;
  • Appuyer les dispositifs de logement d’abord pour les personnes en grande vulnérabilité ;
  • Rééquilibrer le logement social en Île-de-France en conditionnant les aides au respect de la loi sur la construction de logements sociaux ;
  • Réinvestir le comité régional de l’habitat et de l’hébergement pour promouvoir la construction de logements répondant aux besoins de la population et résoudre la crise du logement ;
  • Doter les missions locales et les comités locaux pour le logement des jeunes, des moyens nécessaires à l’information des jeunes sur leur droit au logement et renforcer les dispositifs leur permettant d’y accéder. Création de structures d’habitat collectif pour les jeunes et intergénérationnels ;
  • Mobilisation du parc intercalaire pour le logement et l’hébergement ;
  • Entretien d’un parc spécifiquement lié à la sauvegarde des personnes victimes de violences, dont la gestion sera concertée avec les services d’état et les associations compétentes ;
  • Réserver des places en structures d’hébergement pour les jeunes en rupture familiale ;
  • Allocation de fonds régionaux pour lutter contre le racisme environnemental qui touche les nomades et les personnes vivant en bidonvilles. Mise en place d’un fonds de résorption des bidonvilles en complément de l’État ainsi que d’une politique de diagnostic et de mise aux normes “habitat léger” des aires d’accueil des gens du voyage, souvent situées loins des centres de vie et à côté de déchetteries, d’industries et d’infrastructures polluantes. Travaux de recherche sur les évaluations d’impact sur la santé. Protection de toutes les personnes face aux risques chimiques et à la pollution de l’air ;
  • Financer la transformation de bureaux vides en logements, lieux d’activités ou hébergement ;
  • Soutenir les mairies et agglomérations qui mettent en oeuvre l’encadrement des loyers ;
  • Une région engagée pour l’arrêt des expulsions sans relogement ;
  • La transformation des bureaux vides en logement.

Transport

  • Des transports fiables, sûrs et accessibles à 15 minutes de chez soi ;
  • Navigo + : une offre unique pour une vingtaine de transports y compris les transports à la demande et les transports dédiés aux personnes en situation de handicap ;
  • Gratuité du pass pour tous les moins de 18 ans ;
  • Accessibilité au Pass Imagin’R pour tous les moins de 25 ans même non-étudiants ;
  • Ticket toutes zones le week-end et vacances scolaires à 5 euros pour toute la famille ;
  • Des forfaits à moins 50% pour les retraités ;
  • Investir dans l’amélioration des lignes du quotidien comme les RER B, C et D : améliorer les ascenseurs et les escalators, rénover les trains, développer la signalisation automatique, investir sur les infrastructures, créer un centre de commande unifié SNCF/RATP avant l’arrivée de Nexteo pour garantir la fiabilité des trains ;
  • Relancer les études sur l’élargissement du tunnel des Halles ;
  • Désaturer la Gare du Nord en créant une gare de correspondance à Pleyel St Denis ;
  • Prolonger des lignes véritablement utiles aux Franciliens T5 T7, T11, T13, M4, M11, etc. ;
  • Remettre en cause les projets de déconnexion de branche, dont celui du RER D, qui empêche les Franciliens de se rendre directement à Paris ou en petite couronne et les oblige à changer de train sur une même ligne ;
  • Généraliser le bus “quart d’heure” en grande couronne et augmenter l’offre d’au moins 50% ;
  • Antistress publicitaire : suppression progressive des publicités dans les transports, en commençant par les écrans numériques ;
  • Extension de l’offre de transports de nuit, notamment circulation 24/24 des tramways, en veillant à ne pas gêner les riverains ;
  • Investir dans l’amélioration des lignes du quotidien comme les RER B, C et D : améliorer les ascenseurs et les escalators, rénover les trains, développer la signalisation automatique, investir dans les infrastructures, créer un centre de commande unifié SNCF/RATP avant l’arrivée de Nexteo pour garantir la fiabilité des trains ;
  • Relancer les études sur l’élargissement du tunnel des Halles ;
  • Désaturer la Gare du Nord en créant une gare de correspondance à Pleyel St Denis ;
  • Prolonger des lignes véritablement utiles aux Franciliens T5 T7, T11, T13, M4, M11, etc. ;
  • Remettre en cause les projets de déconnexion de branche, dont celui du RER D, qui empêchent les Franciliens de se rendre directement à Paris ou en petite couronne et les obligent à changer de train sur une même ligne ;
  • Généraliser le bus “quart d’heure” en grande couronne et augmenter l’offre d’au moins 50% ;
  • Antistress publicitaire : suppression progressive des publicités dans les transports, en commençant par les écrans numériques ;
  • Extension de l’offre de transports de nuit, notamment circulation 24/24 des tramways, en veillant à ne pas gêner les riverains ;
  • Investir dans l’amélioration des lignes du quotidien comme les RER B, C et D : améliorer les ascenseurs et les escalators, rénover les trains, développer la signalisation automatique, investir sur les infrastructures, créer un centre de commande unifié SNCF/RATP avant l’arrivée de Nexteo pour garantir la fiabilité des trains ;
  • Relancer les études sur l’élargissement du tunnel des Halles ;
  • Désaturer la Gare du Nord en créant une gare de correspondance à Pleyel St Denis ;
  • Prolonger des lignes véritablement utiles aux Franciliens T5 T7, T11, T13, M4, M11, etc. ;
  • Remettre en cause les projets de déconnexion de branche, dont celui du RER D, qui empêche les Franciliens de se rendre directement à Paris ou en petite couronne et les obligent à changer de train sur une même ligne ;
  • Généraliser le bus “quart d’heure” en grande couronne et augmenter l’offre d’au moins 50% ;
  • Antistress publicitaire : suppression progressive des publicités dans les transports, en commençant par les écrans numériques ;
  • Extension de l’offre de transports de nuit, notamment circulation 24/24 des tramways, en veillant à ne pas gêner les riverains ;
  • Gratuité du pass pour tous les moins de 18 ans ;
  • Accessibilité au Pass Imagin’R pour tous les moins de 25 ans même non-étudiants ;
  • Ticket toutes zones le week-end et vacances scolaires à 5 euros pour toute la famille ;
  • Des forfaits à moins 50% pour les retraités. 

Secteur économique

  • 2 milliards d’euros pour la relance économique ;
  • Cibler les secteurs essentiels pour répondre aux besoins de la population par un small business act régional, l’accessibilité des marchés publics (en passant notamment par leur allottissement) et la critérisation des aides économiques ;
  • Fonds de confiance vert de 500 millions d’euros à capital patient pour accompagner les entreprises dans la transition avec un service public de diagnostic et d’accompagnement dans la transition ;
  • Expérimenter et soutenir la création d’au moins 10 territoires zéro chômeur de longue durée ;
  • Orienter les investissements vers le développement d’une économie “basse technologie” au service des besoins du territoire ;
  • Préparer la transition du secteur aéronautique et instaurer un moratoire sur l’extension des aéroports ;
  • Rendre, enfin, les fonds européens accessibles avec la mise en place de brigades régionales de suivi des dossiers, qui accompagneront les bénéficiaires de la constitution du dossier jusqu’au reporting final ;
  • Miser sur la coopération des acteurs économiques et multiplier les pôles territoriaux de coopération économique pour l’emploi et l’activité en ciblant prioritairement les territoires touchés par le chômage ;
  • Stratégie foncière, commande publique ciblée, plafonnement des baux commerciaux pour soutenir le commerce dans nos villages et les PME ;
  • Faire de l’EPFIF et de Choose Paris Region des instruments de relocalisation de l’économie ;
  • Organiser la transition de la logistique pour rationaliser le fret routier en mutualisant les volumes transportés par la route, développant le fret ferroviaire et le fret fluvial à gabarit constant, soutenir l’installation d’entrepôts de taille moyenne en zone dense pour des ruptures de charge efficaces et une substitution des camions et camionnettes diesel par la cyclo-logistique et les véhicules électriques ;
  • Plan de relocalisation de l’économie francilienne avec un bonus systématique de 20% pour les structures relevant de l’économie sociale et solidaire ;
  • 25% de la commande publique réservée pour l’ESS ;
  • Abaisser le seuil du schéma de promotion des achats publics socialement responsables supérieurs à 50 millions d’euros pour les organismes dépendant de la Région et associer les entreprises inclusives et de l’ESS à son élaboration. Publication d’un reporting des achats publics ;
  • S’appuyer sur l’économie sociale et solidaire pour transformer l’économie francilienne : réserver des marchés publics aux structures, réinstaller le centre de ressource francilien de l’ESS ;
  • Création d’emplois dans les métiers de la réparation et du réemploi ;
  • Plan de relocalisation de l’économie francilienne ciblant les secteurs répondant aux besoins de la population (BTP, agriculture, ESS, etc.) ;
  • Abonder les dispositifs d’aide à l’emploi associatif et faire renaître des dispositifs de soutien économique spécifiquement dédiés à l’ESS ;
  • Revenir à une politique de contractualisation de moyen terme avec les associations plutôt que de multiplier les appels à projets chronophages, contradictoires et générateurs de précarité économique. Le rapport entre subventions de fonctionnement et d’investissement sera inversé pour soutenir l’emploi en priorité ;
  • Le soutien aux emplois insertion en environnement, qui existait jusqu’en 2016, sera rétabli et associé au Revenu de transition écologique ;
  • Plan de relocalisation de l’économie francilienne avec un bonus systématique de 20% pour les structures relevant de l’économie sociale et solidaire ;
  • 25% de la commande publique réservée pour l’ESS ;
  • Abaisser le seuil du schéma de promotion des achats publics socialement responsables supérieurs à 50 millions d’euros pour les organismes dépendant de la Région et associer les entreprises inclusives et de l’ESS à son élaboration. Publication d’un reporting des achats publics ;
  • S’appuyer sur l’économie sociale et solidaire pour transformer l’économie francilienne : réserver des marchés publics aux structures, réinstaller le centre de ressource francilien de l’ESS ;
  • Création d’emplois dans les métiers de la réparation et du réemploi ;
  • Plan de relocalisation de l’économie francilienne ciblant les secteurs répondant aux besoins de la population (BTP, agriculture, ESS etc.) ;
  • Abonder les dispositifs d’aide à l’emploi associatif et faire renaître des dispositifs de soutien économique spécifiquement dédiés à l’ESS ;
  • Revenir à une politique de contractualisation de moyen terme avec les associations plutôt que de multiplier les appels à projets chronophages, contradictoires et générateurs de précarité économique. Le rapport entre subventions de fonctionnement et d’investissement sera inversé pour soutenir l’emploi en priorité ;
  • Le soutien aux emplois insertion en environnement, qui existait jusqu’en 2016, sera rétabli et associé au Revenu de transition écologique.

Culture et association 

  • Proposer des tarifs sociaux et solidaires à l’entrée des bases de loisirs et lieux culturels et dans les transports faisant la promotion d’offres existantes : base de loisirs, parcs naturels régionaux, campings, plages, balades, accueil chez l’habitant, propositions de visites et d’activités de proximité ;
  • Développer des partenariats avec l’ensemble du tissu associatif pour permettre notamment aux personnes précaires de profiter de ces lieux de détente et pour organiser des sorties ;
  • Promouvoir un tourisme responsable en cohérence avec les objectifs en matière de développement du commerce équitable et de coopération décentralisée ;
  • Un chèque « pratique artistique » sera distribué pour encourager l’accès à la culture pour toutes et tous ;
  • Améliorer la desserte des lieux culturels en transports en commun (banlieues, zones rurales) ;
  • Création de 30 000 emplois tremplins.

Education

  • 5 milliards d’€ seront engagés pour la rénovation, l’isolation thermique et la construction de nouveaux lycées en allant vers le mieux-disant écologique et la mise en accessibilité complète des bâtiments, en ciblant d’abord les lycées concernés par des pollutions à l’amiante ;
  • Plan d’embauche massif pour remplacer les 900 agents manquants (infirmeries, gestion des cantines, entretien/désinfection des espaces communs) ;
  • Rééquilibrage de la dotation globale de fonctionnement des lycées pour s’adapter aux évolutions démographiques à venir. Privilégier le financement des lycées publics et limiter les fonds alloués aux lycées privés au minimum légal ;
  • Des cantines “bio & local”, à tarifs sociaux ;
  • Soutien à l’expérimentation d’un revenu d’existence ciblant en priorité les jeunes de 18 à 25 ans.

Santé

  • Garantir un accès à des soins à moins de 15 minutes de chez soi en éradiquant les déserts médicaux et la cherté des soins en finançant l’installation de centres de santé pluridisciplinaires accessibles pour tout le monde et en facilitant le logement des professionels de santé. Un GIP sera créé pour aider les collectivités volontaires à salarier directement des médecins ;
  • Coordonner les Plans Régionaux Santé Environnement (Région), Plans Régionaux Santé au Travail (DIRECCTE et CARSAT) et Plans Régionaux Santé (ARS) afin de permettre une meilleure coordination de leurs actions au bénéfice de la santé globale ;
  • Inciter les collectivités à intégrer les enjeux de santé dans leurs documents de planification ;
  • Prendre soin des personnes en marge du système de santé en développant les offres de soins dédiées telles que des antennes mobiles ou des salles de consommation à moindre risque ;
  • Généraliser pour tous les étudiants la contribution régionale à leur couverture médicale et augmenter le panier minimal de soins et retour de la contraception gratuite ;
  • Mise en place en lien avec les départements et les communes d’un forfait régional de 3 à 5h pour l’accompagnement des enfants et jeunes majeurs (AEEH jusqu’à 20 ans) en situation de handicap pour les temps périscolaires, de cantines et d’accompagnements « empêchés » pour la mère et le père de l’enfant ;
  • La Région écologiste se portera candidate pour l’expérimentation de la légalisation du cannabis et la dépénalisation des usages de drogues dans un objectif sanitaire de réduction des risques ;
  • Rendre les soins psychologiques accessibles à travers un plan santé mentale s’appuyant notamment sur les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques (CMPP) et des Centre Médico-Psychologique (CMP) et en créer de nouveaux dans des zones peu couvertes.

Gouvernance régionale

  • Revenir à une gestion saine des fonds européens et ouvrir un service régional d’accompagnement à leur obtention et à leur gestion (mise en synergie de la gestion par les services pour le compte des bénéficiaires) ;
  • Publication d’un reporting transparent de l’action régionale, pour assurer l’égalité entre les territoires mais aussi entre les hommes et les femmes ainsi que les impacts environnementaux des politiques publiques. Transparence sur la politique d’achat de la région avec un rapport sur les achats publics socialement et écologiquement responsables. Diffusion du rapport du déontologue à l’ensemble des partenaires de la Région ;
  • Mise en place d’un comité d’éthique incluant des membres de l’opposition, des citoyens tirés au sort et des personnalités qualifiées. Obligation de déclaration d’intérêts pour tous les membres du Conseil régional, même non soumis à l’obligation HATVP, et transmission de ces déclarations au déontologue pour avis. Création d’un agenda ouvert de rencontre des lobbys et représentants d’intérêts et interdiction d’en recevoir des cadeaux ;
  • Élaboration d’une procédure interne de gestion des alertes protégeant les lanceurs d’alerte et permettant à l’institution de progresser dans ses pratiques. Formation de tous les élus au principe de probité et d’obligation de signalement de délits dans le cadre de l’article 40 du code de procédure pénal. Si un élu chargé de délégation venait à être mis en examen pour atteinte à la probité, ses délégations seraient suspendues pendant toute la durée de l’enquête, jusqu’à acquittement, retirées définitivement en cas de condamnation ;
  • Réforme du Règlement intérieur de l’institution pour réaffirmer le rôle des élus d’opposition, leur droit à l’information, à l’expression et à la co-construction des politiques publiques, notamment dans la passation des marchés publics. La présidence de la commission des finances, conformément aux usages en cours, sera confiée à un élu d’opposition ;
  • Accessibilité des bases de données régionales et reporting thématique, territorial et genré des subventions régionales ;
  • Transparence sur les avantages dont bénéficient les élus, la composition des cabinets et les fonctions occupées par les collaborateurs. Suivi immédiat des recommandations de la chambre régionale des comptes. Publication des actions en justice entreprises par la Région et des frais d’avocats engagés ;
  • Audit interne sur les dépenses de communication, de frais de bouche, de déplacements et de réception.

 

Laurent Saint-Martin

Liste Envie d’Ile de France soutenue par La République en Marche et le Modem.

Programme disponible sur le site de campagne avec comme principale proposition l’ouverture de nouvelles places dans les lycées.

Education & jeunesse

  • Construire 15 000 places supplémentaires et 10 nouveaux lycées-campus ;
  • Permettre aux étudiants de BTS et de classes préparatoires de bénéficier du dispositif « 1 repas 1 euro » ;
  • Créer une dotation d’urgence de 10 millions d’euros pour la sécurisation des lycées publics et privés ;
  • Accélérer l’insertion professionnelle des jeunes en sortie d’études « en mobilisant le plan investissement compétences pour créer des partenariats innovants avec les entreprises dans tous les lycées professionnels et les campus des métiers. » ;
  • Objectif « Zéro lycée vétuste » sur la mandature en doublant le budget dédié aux opérations de rénovation et de sécurisation ;
  • Créer 50 pépinières de projets entrepreneuriaux, culturels et artistiques dans les lycées franciliens ;
  • Objectif de mandature : au moins 1 lycée sur 5 sera 100 % inclusif et garantir à chaque lycéen en situation de handicap une place dans un établissement près de chez lui ;
  • Recruter 10 000 étudiants franciliens en service civique pour l’aide aux lycéens : aide aux devoirs, mentorat et initiatives associatives ;
  • Généraliser l’accès à des formations en langue des signes aux personnels des lycées et à tous les lycéens ;
  • Mener une action résolue en faveur de l’inclusion des jeunes porteurs de troubles du spectre de l’autisme en renforçant le plan régional pour l’autisme et en accentuant la sensibilisation auprès de la communauté éducative ;
  • Prolonger les actions de sensibilisation menées dans tous les lycées par le Mémorial de la Shoah et les associations de lutte contre les discriminations ;
  • Créer la « semaine régionale des valeurs de la République » et renforcer la formation des enseignants à la reconnaissance des premiers signes de perte des repères républicains et de l’esprit critique chez les élèves ;
  • Installer un référent laïcité dans chaque lycée et centre de formation d’apprentis ;
  • Conditionner les appels d’offres de la Région au respect par les entreprises des obligations d’accueil d’apprentis et d’alternants.

Logement

  • Augmenter de 50 % le budget de construction de logements pour les apprentis et alternants ;
  • Porter à 50 000 le nombre de logements à prix modéré pour les étudiants, en favorisant les colocations intergénérationnelles ;
  • Revoir les subventions de la Région pour favoriser la mixité sociale en fixant un plancher et un plafond de logements sociaux ;
  • Favoriser le maintien à domicile des seniors de + 75 ans. Nous créerons une aide régionale d’un montant de 500 € à l’équipement de leur logement ;
  • Créer une aide de 10 000 € pour les franciliens qui achètent leur premier logement ;
  • Financer 2 fois plus de logements sociaux, et en réserver une partie pour les salariés et fonctionnaires des 1ères et 2èmes lignes.

Secteur économique

  • Créer un « Capital jeune » de 5 000 € pour 10 000 franciliens de 18 à 30 ans souhaitant créer leur entreprise ;
  • Objectif : 1 000 entreprises créées par des femmes chaque année grâce à un programme régional d’incubation ;
  • Baisser de 30 à 15 jours les délais de paiement de la Région pour ses fournisseurs PME et réduire à zéro les retards de paiement ;
  • Accompagner 100 % des artisans et petits commerçants vers le numérique et créer une place de marché numérique régional (sur le modèle de fraisetlocal.fr) ;
  • Soutenir les start-up de la « silver économie » qui développent des services pour les seniors à trouver des partenaires, et les accompagner financièrement grâce au Fonds « Envie d’Île-de-France » ;
  • Créer un chèque formation de 2 000 € pour aider les parents souhaitant reprendre une activité après un congé parental ;
  • Lancer un « volet 2 » du fonds UrgencESS créé par l’État, d’un montant de 2 500 € pour les structures de 1 à 3 salariés, et de  4 000 € pour les structures de 4 à 10 salariés ;
  • Création de 5 000 emplois dans les structures de l’économie sociale et solidaire avec une aide 2 000 € par emploi créé.

Transport

  • Rattacher un Pass touristique régional à la carte Envie d’Île-de-France, avec des tarifs préférentiels pour les transports et les musées ;
  • Objectif à 10 ans : 100 % de bus propres, électriques ou hydrogène bas carbone ;
  • Diminuer par 3 la pollution de l’air dans les gares RER et stations de métro ;
  • Développer la première flotte hydrogène en Europe de transport fluvial de marchandises : elle permettra de supprimer 10 000 camions sur nos routes ;
  • Automatiser plus de lignes de métro, en commençant par les lignes 4 et 13, et en étudiant celle des lignes 5 et 7 ;
  • Développer les services de navettes à la demande en Grande Couronne, généraliser les parkings relais et renforcer les lignes de bus pour la desserte des futures gares du Grand Paris Express ;
  • Généraliser les arrêts à la demande sur les lignes de bus la nuit ;
  • Développer les transports avec : l’extension de la ligne 14, l’ouverture des premières gares des lignes 16 et 17, et de nouveaux projets de tramways ;
  • Diviser par 2 le nombre et la durée des retards sur les transports en commun : nous supprimerons le plafond des pénalités pour les opérateurs en cas de non-respect des engagements ;
  • Faire de l’Île-de-France une région 10-15-30 à l’horizon 2030 : un transport collectif à 10 min, une offre de services et commerces à 15 min, un lycée à 30 min ;
  • Mettre en œuvre le RER Vélo en doublant la taille du réseau de pistes cyclables.

Sport

  • Aider les clubs sportifs jusqu’à 4 000 € pour l’ouverture d’une section féminine ;
  • Pour développer la pratique sportive des plus jeunes d’ici 2024, nous financerons une partie du coût d’inscription dans un club de sport, en doublant à 100 € la valeur du Pass’sport ;
  • Financer jusqu’à 50 % la création de nouveaux Citystade par les collectivités locales.

Association

  • Objectif : zéro formalité administrative pour les associations.

Social

  • Expérimenter la création d’un revenu d’urgence de 500 euros pour 40 000 jeunes en situation de précarité ;  
  • Prolonger d’un an toutes les aides de la Région destinées aux 18-25 ans ; 
  • Porter à 600 euros l’aide au billet d’avion pour les jeunes ultramarins installés en Île-de-France en cas de décès d’un parent, et l’élargir au cas du décès d’un grand-parent ;
  • Créer chèque « sortie d’école » de 400 €/an pour la garde des enfants de 3 à 10 ans ;
  • Créer une aide de 10 000 euros pour les franciliens qui achètent leur premier logement, et élargir la garantie logement gratuite VISALE pour les locataires de la première ligne, avec Action Logement.

Culture

  • Financer la création de 20 librairies indépendantes dans les 20 villes d’Île-de-France de plus de 20 000 habitants où il n’y en a pas, et garantir la présence d’une librairie dans chaque commune de plus de 10 000 habitants ;
  • Un « Fonds culturel de sortie de crise » permettra à nos lycées de faire appel dès la rentrée de septembre 2021 aux 110 000 intermittents franciliens.

Agriculture

  • La création d’un guichet unique sera dédié à la simplification des démarches et à la création de synergies (PAC 2023-27) ;
  • Objectif : 100 % qualité dans l’assiette des lycéens avec un doublement de la part locale et/ou bio ;
  • Faire de l’Île-de-France la première région européenne pour le maraîchage bio et l’installation de jeunes agriculteurs.

Ecologie

  • Lancer une grande consultation des riverains, élus et usagers des aérodromes et aéroports de la région, sur la révision des plans d’exposition au bruit, l’instauration de nouvelles plages de silence et la généralisation de la descente continue des avions ;
  • Investir dans des installations écologiques et innovantes de diminution du bruit le long des infrastructures routières et ferroviaires ;
  • Développer des zones calmes avec l’expérimentation puis la généralisation des radars sonores ;
  • Financer systématiquement la rénovation acoustique des écoles, collèges, lycées en complément de la rénovation énergétique des logements (MaPrimeRevov’) ;
  • Mettre fin aux dépôts sauvages ;
  • Création d’un EnvieScore, un indicateur localisé de bien être, afin de mesurer la qualité de l’air et le niveau de bruit ;
  • Créer un fonds de compensation carbone régional, qui permettra aux entreprises et collectivités locales volontaires de compenser leurs émissions de gaz à effet de serre ;
  • Le premier Vice-président de la Région sera chargé de la transition écologique et de la relance verte ;
  • Publier chaque année un « Budget vert » mesurant l’impact environnemental de chaque euro dépensé par la Région ;
  • Conditionner les aides de la Région au respect de l’environnement ;
  • Financer l’achat de véhicules propres pour que les particuliers ne payent qu’1/3 du prix et 1/2 pour les professionnels ;
  • Créer 500 000 emplois supplémentaires en 10 ans en faisant de l’Île-de-France la première région européenne pour les technologies et les services de la transition écologique ;
  • Garantir que chaque Francilien dispose d’un espace vert ou naturel à moins de 15 min de chez lui ;
  • Objectif : zéro artificialisation nette des sols.

Santé

  • 30 centres de santé pluridisciplinaires régionaux seront créés dans les déserts médicaux franciliens ;
  • Aménager 50 relais santé dans les gares RER et Transilien de petite et grande couronne pour développer la prévention et l’accès aux soins ;
  • Un réseau régional de 30 bus « médecins relais » sera créé pour sillonner les territoires en manque de personnels de santé ;
  • Créer des services régionaux d’urgence au sein des maisons de santé franciliennes pour désengorger les urgences hospitalières ; 
  • Investir pour créer 1 000 places supplémentaires d’hospitalisation à domicile ;
  • Créer un service régional unique de transport à la demande des personnes à mobilité réduite accessible 7j/7, avec un délai de réservation ramené de 48h à 8h ;
  • Doubler l’aide régionale aux centres IVG.

Sécurité

Créer une académie régionale des polices municipales et nous prendrons en charge une partie de la formation des agents.

  • Objectif : créer une véritable sécurité de proximité intercommunale au niveau des bassins de vie en mutualisant les moyens d’intervention humains et logistiques ;
  • Financer dans chaque département, la création d’une structure de prise en charge et de soin pour les femmes victimes de violences ;
  • Généraliser la vidéo et l'audio surveillance dans les transports et les trains, et mettre en place une application d’alerte smartphone.

 

Jordan Bardella

Liste Le choix de la Sécurité soutenue par le Rassemblement National.

Pas de site de campagne disponible (au 27/05/2021) mais plusieurs propositions annoncées dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Secteur économique

  • Lancer une démétropolisation en engageant un rééquilibrage territorial entre Paris et le reste de la région : lancer des investissements et des incitations fiscales pour permettre le travail et l’activité économique en grande couronne ;
  • Faire du patriotisme économique « en donnant la priorité, pour les marchés publics, aux TPE et PME locales et à nos agriculteurs pour avoir des produits locaux dans la restauration collective, les lycées » ;
  • Mettre en place un fonds annuel de 500 millions d’euros pour aider les jeunes dans la création d’entreprises. « Si un jeune met 1 000 euros, la région met 1 000 euros, avec un plafond à 5 000 euros. Cela permettrait d’aider 100 000 entreprises par an. »

Transport

  • Doter chaque gare et station de métro (environ 800) de deux agents de sécurité armés en permanence pour assurer la sécurité et lutter contre la fraude ;
  • Donner la priorité à la rénovation des lignes existantes avant de lancer de nouveaux projets ;
  • Dédoublement du tunnel du Châtelet, avec l’Etat, pour désengorger le trafic des RER B et D. « Avant de se lancer dans des projets pharaoniques dans les transports, je souhaite rénover l’existant. »

Sécurité

  • Multiplier les investissements dans les besoins matériels de la police et dans la vidéosurveillance.

 

Valérie Pécresse (sortant)

Liste Libres ! soutenue par les Républicains (et l'UDI)

Programme disponible sur le site de campagne (MAJ au 02/06/2021).

Santé

  • Doubler le budget régional et investir dans la prévention, les auto-test, etc : objectif, 1 milliard d’euros pour la santé ;
  • Création d’une mutuelle régionale de santé pour faire baisser les tarifs : objectif -30% ;
  • Création d'une « flotte de bus médicaux » pour lutter contre les déserts médicaux et ouvrir des maisons de santé de garde pour désengorger les urgences et viser une maison de santé dans chaque ville de plus de 10 000 habitants ;
  • Au niveau de la formation, ouverture de 3 000 nouvelles places d’infirmières et infirmiers et 1 000 places en soins psychiatriques ;
  • Création de 1 000 places de santé mentale ;
  • Financer l’achat de matériel médical pour augmenter la capacité d’accueil des hôpitaux publics et privés, notamment en lits de réanimation et en respirateurs ;
  • Saisir l’expérimentation ouverte par la loi 4D pour que la région prenne la tête de l’agence régionale de santé d’Ile-de-France (ARS) ;
  • Financer à hauteur de 510 millions d’euros le plan de recherche 2020-2027, sur un montant total de 1,2 milliard, avec 40 % des crédits pour la santé ;
  • Financer plusieurs grands chantiers : la création d’un campus des métiers de la santé à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), la rénovation de la faculté de médecine du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) et celle du campus Saint-Germain, le financement du volet recherche du futur hôpital Nord ou encore le projet de fusion sur le territoire de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) des hôpitaux Beaujon (Clichy, Hauts-de-Seine) et Bichat (Paris, XVIIIe).

Secteur économique

  • Effacer la dette Covid pour 7 000 PME/PME : la région ne demandera pas le remboursement des prêts du fonds Résilience ;
  • Jusqu’à 3 millions d’euros d’aide pour toute entreprise technologiquement ou socialement innovante (Innov’Up) ;
  • Création d’un «fonds d'investissement stratégique régional d'un montant de 200 millions d'euros pour assurer la continuité de nos TPE-PME et ETI, les aider à traverser les turbulences et protéger leurs emplois en nous plaçant dans les angles morts de l'État» ;
  • Création d’une « trentaine de zones de reconquête économique » où cibler les aides existantes, jusqu’à 800 000 euros par projet pour des relocalisations et la réindustrialisation et ce, « jusqu'à 1,2 million d'euros » ;
  • Ouverture de 1 500 lieux de télétravail, notamment dans les bureaux inutilisés ;
  • Incitations aux entreprises pour assouplir les horaires de travail et éviter à leurs salariés les heures de pointe ;
  • Poursuite du plan Relance Industrie : jusqu’à 800 000 euros par entreprise pour la création ou la relocalisation de chaines de production en Ile de France ;
  • Poursuite PM’up et TP’um Relance pour la transition écologique et numérique des entreprises ;
  • 200 000 formations pour les demandeurs d’emploi sur l’application de la Région Orianne FormPro ;
  • Aide individuelle au retour à l’emploi avec le financement d’une formation à la demande pour tous les secteurs en tension : médico-social, numérique, environnement, agriculture, sécurité, BTP, industrie ;
  • 15 campus métiers en partenariat avec les entreprises, les CFA et les universités ;
  • Création d’une « banque régionale des jeunes » qui pourra, en partenariat avec une autre banque, «prêter sans caution aux étudiants ou aux jeunes en formation pour financer leurs études, mais aussi octroyer des prêts sur l'honneur aux jeunes créateurs d'entreprises». La banque régionale pourrait garantir 50 000 prêts par an, soit à 20% des étudiants franciliens ;
  • Un revenu jeunes actifs (RJA) de 4 000 euros pendant 6 mois : des formations réénumérées pour les jeunes de 25 ans ni en emploi, ni en formation.

Logement

  • Mettre fin aux surprimes d’assurances pour les « Franciliens malades ou l’ayant été qui souhaitent acheter leur premier logement grâce à la garantie solidaire régionale ;
  • Construire 65 nouveaux éco-quartiers ;
  • Supprimer les 50 000 passoires thermiques dans le parc social d’ici 2030 ;
  • 35 000 logements supplémentaires pour les étudiants et les jeunes actifs ;
  • Poursuivre les aides régionales pour permette aux jeunes de devenir locataires et de payer leur caution ;
  • 3 000 places d’internat dans les lycées, également ouvertures aux étudiants ;
  • Soutenir les projets de logements partagés ;
  • Exclure du logement social les personnes condamnées pour dégradation de locaux, violences ou trafics ;
  • Encourager l’accession sociale à la propriété par le développement du bail réel solidaire qui « diminue le prix d’achat du logement » ;
  • Engager la transformation de bureaux non utilisées en logement.

Ecologie

  • Lancer une aide de 6 000 euros pour l’achat d’un véhicule propre pour « ceux qui travaillent dans une zone à faibles émissions ou pour la conversion d’une voiture thermique en voiture propre » ;
  • Lancer une aide de 1 000 euros pour les particuliers changeant leur chaudière au fuel ou au charbon ;
  • Poursuivre les fonds de propreté qui aident les maires à nettoyer leur commune (20 millions d’euros) ;
  • Financement de la vidéo-verbalisation pour lutter contre les déchetteries illégales ;
  • Ouvertures de déchetteries à moins de 15min des grands chantiers et demande du triplement des amendes pour les contrevenants et créer un « label Ile-de-France qualité sonore » pour distinguer les chantiers exemplaires  ;
  • Création de 100 îlots de fraîcheur végétalisés et avec des points d’eau, en ville ;
  • Lancer une charte d’engagement pour les communes pour la première région « amie des animaux » ;
  • Tripler la production d’énergies renouvelables ;
  • Développer la filière automobile électrique et instaurer 17 000 bornes de recharges, la création d’une filière de « rétrofit » et l’ouverture d’usines de batteries ;
  • Lancer un « chèque vert » de 1 500 euros pour accélérer la mutation écologique des artisans et commerçants.

Education

  • 470 lycées neufs ou rénovés d’ici 2027 et 30 000 places supplémentaires ;
  • 100% de lycées numériques : wifi, THD, écran dans chaque classe, manuels numériques, etc. ;
  • 150 sections internationales et 1 lycée international par département ;
  • 3 000 places d’internat supplémentaires ;
  • Equiper 100% des écoles avec des purificateurs d’air ;
  • Approvisionner 100% des lycées avec des produits bio et locaux ;
  • Financer 500 000 euros d’aides pour insonoriser les écoles et les crèches à proximité des aéroports ;
  • Doublement des brigades régionales mobiles de sécurité pour assurer la sécurité des lycées ;
  • 100% des lycées vidéo-protégés et création d’un centre régional de supervision vidéo des lycées, unique en France ;
  • Généralisation de l’aide de 1 300 euros pour financer le permis de conduire ;
  • 5 000 stages volontaires du tourisme pour accueillir les touristes sur les grands sites franciliens.

Agriculture

  • Maintenir l’objectif de conversion des surfaces agricoles en bio à 25% ;
  • Financement des recherches sur les alternatives aux pesticides et aux néonicotinoïdes ;
  • Aide à l’installation de 1 200 jeunes agriculteurs et à la transmission des exploitations.

Transport

  • Contre la gratuité dans les transports : la gratuité n’entrainerait, sur la région, qu’une baisse du trafic automobile de 2% et ferait augmenter les impôts de chaque foyer francilien de 500 euros par an ;
  • Tarif de 4 euros maximum pour tout déplacement sur le réseau francilien et un tarif unique à 2 euros pour les personnes en situation de handicap pour les trajets de moins de 15 km ;
  • Généralisation du Pass Navigo Liberté + à toute l’Ile de de France, qui facture les déplacements à la consommation réelle ;
  • 10 000 places de parking relais supplémentaires dans les gares ;
  • Automatisation et renouvellement des rames de RER B, D et E, achèvement de la régénération et nouvelles rames sur le RER C, prolongement du RER E jusqu’à Mantes et renforcement de la desserte de Cergy sur le RER A ;
  • Pour le métro : 500 rames neuves d’ici 2030 et 5 nouvelles lignes automatisées (lignes 4, 13, 8 et 9), 100% de lignes électrifiées en Ile de France, information en temps réel pour indiquer l’affluence ;
  • Pour les territories ruraux, 40 transports à la demande et 500 bus supplémentaires propres ;
  • Lutter contre le bruit sur les 100 points noirs (axes routiers et ferroviaires) ;
  • Objectif « aéroports zéro carbone » avec l’extension du couvre-feu à Orly, l’équipement silencieux des avions et la généralisation de la descente continue ;
  • Viser 100% de bus propres, vidéoprotégés et climatisés en Ile-de-France ;
  • Dépolluer l’air intérieur du métro avec de la ventilation et un nouveau système de freinage ;
  • Lancer les premières lignes de navettes autonomes électriques en ville ;
  • Soutien au « RER Vélo » et installer 680 km de pistes cyclables financées à 60% par la région ;
  • 1 000 agents de sécurité supplémentaires sur le réseau et création d’une police des transports unifiée sous commandement régional avec un centre de surveillance unique ;
  • 100 brigades de maitres-chiens dans les gares et les stations ;
  • Déploiement de la reconnaissance faciale aux entrées des gares pour lutter contre le risque terroriste.

Sécurité

  • 100% des peines de travaux d’intérêt général exécutées dans les 3 mois grâce à la création d’une agence régionale des TIG ;
  • Financement de drones de protection ;
  • Vidéo-verbalisation des rodéos sauvages avec confiscation immédiate des véhicules ;
  • Doublement des centres éducatifs fermés pour mineurs ;
  • Financement de nouvelles prisons en Ile-de-France ;
  • 6 000 formations pour la réinsertion des détenus ;
  • Formation de 9 000 nouveaux policiers municipaux ;
  • Financement de l’équipement et de l’armement de toutes les polices municipales ;
  • Dans les villages : installer la vidéo-protection des axes routiers pour lutter contre les cambriolages ;
  • Création de brigades équestres et poursuite du plan de rénovation des commissariats et casernes ;
  • Aide de 100 euros pour l’achat d’une alarme et création d’un fonds d’urgence sécurité pour les copropriétés ;
  • Généralisation du port des caméras-piétons par les forces de sécurité.

Sport

  • 100% de villes en Ile de France avec au moins un équipement sportif de proximité ;
  • Tous les équipements subventionnés accessibles aux personnes en situation de handicap et bonus régional pour la pratique du handisport ;
  • Aucune aide régionale pour les associations qui n’accueillent pas de pratiquantes féminines ;
  • Un revenu mensuel de 1 200 euros pour les athlètes franciliens de haut niveau ;
  • 10 000 jeunes volontaires de 16 à 18 ans formés aux métiers des grands évènements sportifs ;
  • Un équipement « héritage JO » par département.

Culture

  • Culture en gare avec des boites à livres et pianos en libre accès ;
  • Soutien aux initiatives de culture itinérante dans la ruralité et les quartiers ;
  • 100 millions d’euros pour rénover le patrimoine francilien.

Gouvernance régionale

  • Poursuite de la baisse du train de vie de la région et de la baisse des effectifs au siège, et recrutement d’agents dans les 20 nouveaux lycées ;
  • Poursuite de la priorité à l’investissement : 60% du budget en 2021.

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.