Budget et fiscalité

Services publics : la France doit externaliser pour 100 milliards d'euros supplémentaires

06 mai 2021 • l'équipe de la Fondation iFRAP

shutterstock_148322582.jpg

Alors que le sujet de l'externalisation des services publics revient dans le débat public, il est opportun de se pencher sur les données comparatives de l'OCDE en matière de coûts de production des services publiques. Ce que l'on peut en conclure, c'est que la France, bien que 1,2 point de PIB au dessus de la moyenne des pays comparables, externalise beaucoup moins ses services publics que les Pays-Bas et l'Allemagne. Ainsi : 

  • Si la France externalisait ses coûts de production au niveau des Pays Bas (15,9% du PIB pour 58,41% du total) : les coûts de production externalisée passeraient de 259,35 à 372,60 milliards d'euros, soit une augmentation de 113,25 milliards ;
  • Si la France externalisait ses coûts de production au niveau de l'Allemagne (13,2% du PIB pour 57,46% du total) : les coûts de production externalisée passeraient de  259,35 à 366,48 Mds d'euros, soit une augmentation de 107,13 milliards.

 

Coûts de production des services publics, en 2018, en % du PIB

Source : Government at a Glance 2019 - © OECD 2019. Figure 2.52. Production costs as a percentage of GDP, 2007, 2017 and 2018        

Coûts de production des services publics, en % du total et en valeurs (selon le point de PIB France 2018)

Source : Government at a Glance 2019 - © OECD 2019. Figure 2.52. Production costs as a percentage of GDP, 2007, 2017 and 2018   

Note : Retraitement iFRAP. PIB de la France en 2018 : 2 353,10 milliards d’euros et point de PIB : 23,53 milliards d’euros.

Sur ces bases, il est possible de calculer l'alignement des coûts de production externalisée de la France sur les pays qui dépassent les 12% du PIB, soit la Finlande, les Pays-Bas, la Belgique et l'Allemagne. Ainsi, il est possible d'estimer que :

  • Si la France externalisait ses coûts de production au niveau de la Finlande (13,6% du PIB pour 46,37% du total) : les coûts de production externalisée passeraient de 259,35 à 295,79 milliards d'euros, soit une augmentation de 36,54 milliards ;
  • Si la France externalisait ses coûts de production au niveau des Pays Bas (15,9% du PIB pour 58,41% du total) : les coûts de production externalisée passeraient de 259,35 à 372,60 milliards d'euros, soit une augmentation de 113,25 milliards ;
  • Si la France externalisait ses coûts de production au niveau de l’Allemagne (13,2% du PIB pour 57,46% du total) : les coûts de production externalisée passeraient de 259,35 à 366,48 milliards d'euros, soit une augmentation de 107,13 milliards ;
  • Si la France externalisait ses coûts de production au niveau de la Belgique (12% du PIB pour 44,74% du total) : les coûts de production externalisée passeraient de 259,35 à 291,74 milliards d'euros, soit une augmentation de 32,39 milliards.

Actuellement, le problème de la France est que lorsque nous sous-traitons, nous doublons les coûts car nous maintenons la compétence en interne dans le même temps. Qu'il s'agisse de l'enseignement privé, des cliniques privées, on voit bien que là où le service public est mis en concurrence, il est souvent incapable de produire la même efficacité. Nous serions bien inspirés d'imiter nos voisins allemands où les fonctionnaires sont moins nombreux, mais mieux payés et soumis à une vraie logique de résultat... Un objectif à se fixer est d'économiser sur les 84 milliards de surcoût que nous payons actuellement, cela en étant plus efficaces tout en augmentant la part de délégation de service public de 100 milliards supplémentaires... à condition que ce soit encadré. Pour cela, on peut s'inspirer de la Suisse où les assurances maladies ont été mises en concurrence, de manière très étroitement contrôlée, pour diminuer les coûts de production.

84 milliards de surcoût 

Pour rappel, la sur-administration française représentait un surcoût de 84 milliards d'euros, en 2018. Toujours selon les mêmes chiffres de l'OCDE, on constate que la France a un coût de production en parts de PIB qui est élevé : 27% en 2018 quand la moyenne des pays européens (21 pays) est de 23,6%, l’écart est donc de 3,4 points de PIB, ce qui représente 84 milliards d’euros.

Source : Government at a Glance 2019 - © OECD 2019, Chapter 2 Figure 2.52. Production costs as a percentage of GDP, 2007, 2017 and 2018

Quand on remonte dans le temps, on constate que cet écart était moindre. En 2007, toujours avec les mêmes pays, l’écart était de 2,9 points de PIB, soit 67 milliards si l'on compte en valeur du PIB 2018 (56 milliards en valeur du PIB 2007). Ces 84 milliards d’écart, c’est bon an mal an l’équivalent du déficit de l’État français (92 milliards en 2019, soit 80% du déficit de la zone euro) même si le déficit public en 2020 devrait, circonstance exceptionnelle oblige, atteindre plus de 180 milliards. Ce surcoût de production de nos services publics montre à quel point nous n’avons pas transformé notre modèle public et combien nous sommes suradministrés. Les Allemands de leur côté sont pile dans le chiffre moyen européen avec 23% du PIB en coût de production de leurs services publics.

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.