Retraite

Comparaison des retraites public-privé

29 juin 2017 • Freddy GuiotSandrine Gorreri

face.jpg

L’équité entre régimes de retraites des salariés du secteur privé et du secteur public (ex. fonctions publiques, SNCF, EDF/GDF, RATP, Banque de France) a donné lieu à de très nombreux rapports qui ont tous souligné l’extrême complexité du sujet. Les paramètres à prendre en compte sont si nombreux que les conclusions ont du mal à convaincre. Face à cette confusion, l’étude de deux cas types simples peut éclairer les différences fondamentales entre les deux secteurs.

Grâce à l’aide de M. Freddy GUIOT, associé fondateur de la société KPF HD*, nous avons effectué une comparaison des pensions servies pour deux hommes nés le 1er janvier 1955, mariés ayant eu deux enfants, et ayant fait toute leur carrière l’un dans le privé, l’autre dans le public, et finissant tous deux leur carrière à un salaire mensuel brut de 3.218 €. Bilan : le fonctionnaire touchera une pension nette de 2.235 € contre 1.655 € pour le salarié du privé, soit une différence mensuelle de 580 €.

Ces deux cas ne résument pas toute la diversité de situations des millions de salariés, mais cette comparaison permet de tirer un certain nombre d’enseignements qui doivent aider à convaincre et servir de guide dans la future réforme qu’entend mener le gouvernement à partir de 2018.

Cas d’un salarié non cadre

M. Spécimen a travaillé toute sa carrière dans le secteur privé. Revenu mensuel de début de carrière en 1975 de 1.375 F brut (16.500 F annuel) et un revenu mensuel de fin de carrière de 3.218 € bruts (38.616 € annuels). Sa pension de retraite, à l’âge de 62 ans, s’établira à 1.792 euros bruts, soit 1.655 € nets par mois, (soit 56% de taux de remplacement brut). Cette retraite sera composée (nets de prélèvements) de 1.233 € du régime général et 422 € de l’Arrco.

La pension du régime général est déterminée en fonction du salaire annuel moyen (SAM), du taux de pension et de la durée de cotisation au régime général selon la formule :

SAM x Taux de pension x (Durée de cotisation au régime général/ Durée de référence)

Le SAM correspond à la moyenne des 25 salaires les plus élevés perçus au cours de la carrière dans la limite du plafond de la sécurité sociale. La formule de calcul du SAM vaut à elle seule le détour.

La formule du salaire annuel moyen

Les salaires sont revalorisés au moment du départ en retraite par des coefficients établis par la Sécurité sociale. Par ailleurs pour valider l’acquisition de trimestres, il ne suffit pas de calculer la durée d’affiliation au RG, il faut aussi vérifier le revenu déclaré à la caisse. Ainsi il faut valider un revenu annuel équivalent à 200 heures de SMIC pour valider un trimestre et un revenu annuel et un revenu supérieur ou égal à 800 heures de SMIC, permet de valider quatre trimestres. Cette règle a cependant été assouplie et il n’est plus nécessaire que l’équivalent de 150 heures au SMIC depuis 2014 pour valider 1 trimestre.

Rappelons qu’il s’agit de la moyenne des 25 meilleures années au plafond de la Sécurité sociale. Ce qui signifie par exemple que pour les commerciaux, la différence peut être importante entre la moyenne des plafonds et la moyenne des salaires réels, pour ceux qui auront eu de très bonnes années lesquelles ne seront pas comptabilisées, tout du moins pas à leur niveau réel.

Dernière précision, les cotisations se calculent également sur la totalité de la rémunération (2,3 points sur 17,75 points de cotisations), cette fraction de cotisation n’ouvre donc pas droit à retraite.

Pour sa retraite complémentaire, ce ne sont pas les 25 meilleures années mais la carrière complète qui servira au calcul de la pension. La pension Arcco sera calculée sur la base de la formule suivante :

Points Arcco acquis x Valeur de liquidation du point Arrco au moment du départ en retraite

Compte tenu de son âge, notre cas a validé la durée d’assurance requise pour partir au taux plein c’est-à-dire 50%. Si au lieu de partir à 62 ans, il choisit de partir à 67 ans, le montant mensuel s’établira à 2.025 €, soit 370 euros de plus.

Ci-dessus nous avons soustrait les prélèvements sociaux (contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie - CASA), CSG et CRDS, au taux de 7,40%. Suivant le montant de ressources, la pension pourra être exonérée de la CASA, de CSG et de CRDS ou soumise à la CSG à taux réduit. Les prélèvements sociaux sont de 8,4% sur les retraites complémentaires du privé.

La réversion maximale envisagée pour le conjoint est de 919 € soit 54% de la retraite de base du régime général et 60% de la retraite complémentaire. Pour la retraite du régime général, cette pension de réversion sera versée sous conditions de ressources c’est-à-dire si les revenus du survivant ne dépassent pas 1.500 €.

Cas d’un fonctionnaire

Prenons maintenant le même cas mais pour une carrière complète dans la fonction publique. M. Spécimen a le même salaire, revenu de début de carrière 16.500 F brut et de fin de carrière soit 38.616 € bruts annuels1. La retraite va alors se calculer sur le traitement indiciaire brut mensuel perçu les 6 derniers mois hors primes et indemnités. Il faudra cependant avoir validé la durée d’assurance nécessaire, c’est-à-dire le nombre de trimestres requis pour chaque génération. Cette durée sera validée grâce aux services effectifs et aux bonifications.

La pension sera calculée selon la formule :

Traitement brut x 0,75 x (nombre de trimestres acquis/nombre de trimestres requis)

Soit 28.962 € annuels soit, par mois, 2.413 € de pension brute et 2.234,9 € nets de prélèvements sociaux. Il s’agit là d’un montant supérieur de près de 35% à celui du secteur privé.

Le nombre de trimestres requis ne dépend pas comme dans le privé du revenu déclaré mais est calculé à partir du temps de travail effectif en tant que fonctionnaire, titulaire, stagiaire, non titulaire (les périodes de temps partiel sont prises en compte comme du temps plein).

Si le fonctionnaire décide de partir à 67 ans au lieu de 62 ans, sa pension sera de 2.794 € au lieu de 2.235 €, soit 559 € mensuels supplémentaires, la surcote étant effective sur la totalité de la pension.

Le conjoint survivant a droit à une pension égale à 50% de celle obtenue par le fonctionnaire ou qu’il aurait obtenu le jour de son décès et éventuellement augmentée de la moitié de la majoration pour enfants (sous réserve que le conjoint survivant ait élevé les enfants dans les conditions exigées du fonctionnaire).

Quels enseignements tirer de cette étude ?

Au-delà des montants de retraite, les différences sont nombreuses :

  • Type de pension : cotisations définies / prestations définies

Cette différence est importante, la pension d’un fonctionnaire sera calculée selon la rémunération de fin de carrière, indépendamment des cotisations effectuées tout au long de la carrière. Certes, la formule de calcul tient compte de la durée de cotisation, comme dans le privé, mais cette retraite n’est pas fonction d’un plafond (CNAV) ou d’un nombre de points (Arrco-Agirc).

Elle inclut d’éventuelles bonifications liées à des caractéristiques de travail dans la fonction publique (notamment pour les militaires, les périodes de campagne), elle tient compte également des droits familiaux en permettant une majoration de 10% pour 3 enfants et de 5% au-delà dans la limite de 100% du traitement brut.

Mais en tout état de cause la pension n’est liée ni aux contributions versées au cours de la carrière ni à l’environnement économique et démographique du moment. A l’inverse du secteur privé où la retraite est le reflet de la carrière et s’adapte aux contraintes. Une différence majeure qu’il convient de rééquilibrer à l’occasion de la prochaine réforme.

  • Complexité

La différence de complexité entre les deux formules saute aux yeux : avec son système à double étage, ses multiples paramètres, objets d’incessants ajustements (âge légal/durée de cotisation/âge d’annulation de la décote, taux de cotisation/taux d’acquisition, valeur d’achat/valeur de liquidation, …) la retraite du privé est incompréhensible. Et à un moment donné de sa carrière, personne n’est capable d’avoir une idée de ce que sera sa retraite. D’où une inquiétude réelle de la part des assurés et un pilotage bien difficile pour les pouvoirs publics. A l’inverse la formule de la fonction publique a l’avantage de la simplicité : même en tenant compte des primes qui ne sont pas inclues dans le calcul de la retraite, une règle de 3 permet d’avoir une idée de sa retraite. Et comme, les carrières sont garanties et le chômage inexistant, c’est encore plus clair. C’est l’un des objectifs de la réforme voulue par Emmanuel Macron : apporter de la lisibilité et de la simplicité au système des retraites. C’est un point essentiel sur lequel il ne devra pas reculer.

  • Droits familiaux/réversion

Les droits familiaux sont contrastés entre public et privé : plus généreux au niveau de la prise en compte de la maternité dans le privé et plus généreux au niveau des majorations pour enfant dans le public. La réversion est-elle plus avantageuse dans le public que dans le privé pour le régime général ? Rappelons que ces droits ne font l’objet d’aucune cotisation ils sont dit non-contributifs d’ailleurs et sont difficilement estimés. Mais l’équité voudrait que ces droits soient pris en compte de la même façon quel que soit le régime, et qu’ils aient le même impact sur la pension de droit direct et de droit dérivé. Cette question devrait donc être intégrée à la réflexion que mènera le gouvernement dans le cadre de la réforme.

Ces deux exemples montrent en tout cas que l’équité public privé est un enjeu réel et qu’il est temps de s’y attaquer en réformant le système comme l’a promis le président durant la campagne.

*KPF HD Editeur de logiciel spécialisé en ingénierie sociale et fiscale

Lire la note Audit situation fonction publique

Lire la note Audit situation non cadre du privé

  Salaires mensuels brut Salaires annuels brut Retraite mensuelle brut Retraite annuelle brut Retraite mensuelle net Retraite annuelle net
Fonctionnaire 3.218 € 38.616 € 2.414 € 28.968 € 2.235 € 26.820 €
Secteur privé 3.218 € 38.616 € 1.792 € 21.504 € 1.655 € 19.860 €

Lire la note Audit situation cadre du privé

[1] Pour faciliter la comparaison nous avons fait l’hypothèse que les primes sont nulles dans ce cas. Nous consacrerons une note à la question des primes prochainement sur le site de l’iFRAP. En tout état de cause si on prend un taux de primes de 20% comme on le constate en moyenne dans la fonction publique, la retraite du fonctionnaire passe à 1788 € nets, soit encore 8% de plus par rapport au secteur privé. Rappelons que ces primes n’auront fait l’objet d’aucune cotisation à l’exception de la RAFP depuis 2005.

Commentaires

  • Par ZAMA • Posté le 19/07/2019 à 16:34 C'est bizarre tous ces fonctionnaires qui se plaignent de leur salaire, de leur retraite ... Bizarre oui car dans le public très peu de fonctionnaires démissionnent pour aller dans le privé. Dans le privé par contre on rêve de devenir fonctionnaire. Les salaires dans le privé de nos jours sont faibles alors que dans le public ils croissent pendant toute la carrière. Oui les écarts de traitements sont importants pour les retraites entre le public et le privé. C'est une évidence. Quant aux fameuses primes beaucoup de fonctionnaires n'en touchent pas et ne sont donc pas concernés par la non prise en compte dans le calcul de leur retraite. Mais on pourrait aussi parler de la garantie de l'emploi .... Non le sujet n'est pas complexe mais il est bon de penser ainsi ....
  • Par Tom • Posté le 18/07/2019 à 22:02 Sans oublier qu'à qualification égale, le salaire d'un fonctionnaire standard (toutes primes comprise) est souvent bien inférieur à celui d'un salarié du privé. Si bien qu'au final, à qualification égale, les retraites des 2 régimes sont finalement assez proche. Sauf que le fonctionnaire aura gagné moins pendant une bonne partie de sa vie active.
  • Par Demoiselle • Posté le 27/04/2019 à 17:15 Oui, le sujet est complexe et faire un comparatif sur un exemple ne représentera jamais tout le monde... mais il faut savoir que la participation (entreprises de +50 salariés) et l'intéressement ne rentrent pas dans le calcul de la retraite pour les salariés du privé car les sommes ne sont pas soumises à cotisations. Les actions en dessous du cours de la bourse ne concernent que les cadres dirigeants... et il me semble que les hauts fonctionnaires d'Etat ont de nombreux avantages aussi, tout comme les salariés d'EDF et GDF dont le tarif préférentiel perdure malgré le passage au statut privé de la compagnie. La retraite du privé est une moyenne des 25 meilleurs années...ce qui n'à rien à voir avec les 6 derniers mois ! Pour le calcul, on ne part pas du net, donc je vois pas pourquoi il faudrait partir du net dans l'exemple... Certes, les salaires du public sont plus faibles que ceux du privé mais, le montant de la cotisation salariale n'est pas le même : l'alignement de la cotisation du public sur le privé n'a débuté qu'en 2010 ! Donc oui, il faut voir la situation dans l'ensemble...
  • Par fredb • Posté le 25/03/2019 à 08:04 Votre calcul est un peu hâtif ! Il aurait été bien plus transparent et honnête de partir des revenus nets et ainsi de comparer deux postes équivalents public/privé. Calcul rapide : 2 salariés touchant 1500 euros nets pas mois. Le public va voir sa retraite se calculer sur 12 mois x 1350 euros bruts environ (oui, dans la fonction publique le brut est inférieur au net puisque, depuis des décennies, les primes compensent la non augmentation de salaire, primes ne comptant quasiment pas pour la retraite). Dans le privé la retraite sera calculée sur 2300 euros bruts x 12 + les éventuels accessoires (13 mois, prime participation...). Ainsi effectivement pour 2 salaires et 2 postes équivalents, la retraite du privé sera sans commune mesure avec celle du public. Je trouve votre méthode très orientée et assez peu rigoureuse. J'aimerais 'vous aurez compris que je suis fonctionnaire!) beaucoup avoir le même système de retraite que le secteur privé, faut il que la structure de mon salaire soit similaire. Or mes primes (35% de mon salaire net) ne sont pas intégrées à mon brut. Quand je vais partir à la retraite et si j'ai l'ensemble de mes trimestres, j'aurai 75% de 65% de mon dernier salaire. On est bien loin de votre simulation...
  • Par rolsab • Posté le 21/03/2019 à 10:27 Flo a raison en montrant les différences entre salariés du privé et du public, néanmoins il faut aussi rétablir certains points. 99% des entreprises du secteurs privé en France ont moins de 50 salariés et ce simple point engendre qu'il n'y a pas de prime de participation et intéressement. Idem pour les actions d'entreprises, seuls les "majors" offrent cette possibilité et ils sont peu nombreux. Un tiers des salariés du privé a un salaire au niveau du SMIC... Pour les augmentations de salaire et de coefficient hiérarchique, contrairement eu secteur public, cela n'est pas automatique, par contre vous auriez du dénoncer que le point d'indice qui sert de reference au calcul des salaire du public est "gelé", depuis plusieurs années ce qui a pour effet d'éroder votre pouvoir d'achat, enfin les cotisations du public ne sont pas au niveau des pensions versées mais le rapport "Moreau" dira le contraire, normal cela sera noyé directement sur la dette. En conclusion, sans entrer dans le débat des conditions de départ, du calcul de la pension de retraite, il faut simplement rappeler que les retraités ont participé par leur travail (tous confondus) à la création du PIB, que si il doit y avoir une réforme des retraites, celle-ci doit être juste et c'est loin d'être le cas aujourd'hui, regardez l'Ircantec,(les élus) les retraités fonctionnaires européens, les régimes spéciaux etc...
  • Par tiber62 • Posté le 06/01/2019 à 18:57 pourquoi de tel ecart mon travail dans le privé ne vaut il pas moins que celui du public ou moi je ne peux jamais être malade ou je n ai jamais eu de revenus fixe ou lorsque je me forme ou j ai une baisse d activité mon salaire plonge pourquoi de telle inégalité à quoi sert de travailler dans le privé 0 avantage perte d emploi salaire non fixe aucune opportunité de carrière citez moi une personne du privé qui fait 40 ans dans la meme entreprise dégoûté doivent être mieux que moi aux impôts à la police ou en prefecture ...ps travaille en logistique transport
  • Par Alancat • Posté le 29/11/2018 à 18:40 Le fait que le calcul de la pension s'effectue sur les 5 dernières années (au lieu des 25 meilleures), et que il est "dans les bons papiers" de la hiérarchie (ce qui lui permet d'être augmenté plusieurs fois et sans raison évidente au cours des dernières années), il arrive que le retraité du public a une retraite supérieure à son salaire d'activité. Cherchez l'erreur.
  • Par Flo • Posté le 19/10/2018 à 18:28 Bonjour, Au moins vous avez l'honnêteté de dire que le sujet est complexe. C'est pourquoi je vous pardonne d'avoir oublié un détail qui fait une large différence: le salaire de beaucoup de fonctionnaires est bas à la base (traitement) et se rectifie à coup de primes et indemnités. Ce qui fait que votre fonctionnaire qui part avec 3218€ bruts touche en fait bien plus. Dans certaines situations cela va facilement jusqu'à 30%. Par ailleurs le fonctionnaire n'aura jamais eu ni intéressement, ni participation, ni action de l'entreprise en dessous du cours, etc. Pour conclure: c'est un choix libre à tous, pointer un détail sans regarder l'ensemble est une manœuvre politicienne, on postule et signe en connaissance de cause, les règles du jeux ne devraient pas changer en cours de route pour céder à la facilité.
  • Par Flo • Posté le 19/10/2018 à 18:28 Bonjour, Au moins vous avez l'honnêteté de dire que le sujet est complexe. C'est pourquoi je vous pardonne d'avoir oublié un détail qui fait une large différence: le salaire de beaucoup de fonctionnaires est bas à la base (traitement) et se rectifie à coup de primes et indemnités. Ce qui fait que votre fonctionnaire qui part avec 3218€ bruts touche en fait bien plus. Dans certaines situations cela va facilement jusqu'à 30%. Par ailleurs le fonctionnaire n'aura jamais eu ni intéressement, ni participation, ni action de l'entreprise en dessous du cours, etc. Pour conclure: c'est un choix libre à tous, pointer un détail sans regarder l'ensemble est une manœuvre politicienne, on postule et signe en connaissance de cause, les règles du jeux ne devraient pas changer en cours de route pour céder à la facilité.
  • Par SYLVAIN • Posté le 27/08/2018 à 20:41 Il y a cependant une différence de taille à salaire égal dans le privé et dans le public dans le cas cité ici, c'est que pour un salaire de 3218€/mois en fin de carrière dans le secteur public il faut avoir un niveau de cadre supérieur hors classe ayant eu un niveau d'étude de bac plus 10 ans. C'est une boutade car c'est vrai que dans le secteur public il faudrait avoir atteint un niveau plus que supérieur ce qui n'est généralement pas le cas pour les salaires moyens à niveau égal de qualification, et oui tout le monde ne termine pas chef de cabinet du maire dans une collectivité public, faites mois rire un peu plus que ça SVP. Non sérieusement à niveau égal normal classique de qualification on en est pas là. Ce n'est pas bien ce que vous faites de ne parler que de cas exceptionnels au lieu de parler plutôt de la masse normal moyenne du salarié du public, ce n'est pas bien de dire des mauvaises paroles et de semer l'opprobre.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.