Emploi et politiques sociales

Loi mobilités… une seule question : qui va payer ?

17 avril 2019 • l'équipe de la Fondation iFRAP

loi_lom.jpg

Tous les mercredis, avant le Conseil des ministres, Le Macronomètre, l'observatoire des réformes du gouvernement, lancé par la Fondation iFRAP, attribue une note aux réformes d'Emmanuel Macron. La note de la semaine du Macronomètre est présentée dans le Figaro. Cette semaine : 4/10 sur le projet de loi "Mobilités".

La spécialité française en matière de mobilité ? Financer de grands investissements dans nos infrastructures en inventant de nouvelles taxes… avant d’augmenter celles-ci pour, en réalité, abonder le budget généra,l ou les dépenses de fonctionnement des administrations ou entreprises publiques qui gèrent les transports publics. La loi mobilités échappe-t-elle à la loi du genre ? Sur le papier oui, mais les ambitions sont grandes et les financements rares. Le risque ? Qu’après le vote de la loi ressurgisse, dans le budget 2020, une nouvelle vignette ou une écotaxe poids lourds.

Le projet de loi comporte cinquante articles traitant de très nombreux sujets : pouvoirs donnés aux collectivités pour encadrer l’usage des trottinettes et des vélos, réglementation sur les drones, surveillance des passages à niveau. En parallèle, la loi prévoit surtout un effort massif d’investissement dans les infrastructures de transports du quotidien (à la fois dans le rail, la route et le transport fluvial) pour 13,4 milliards d’ici à 2022, et une planification jusqu’en 2027. Problème : pour financer ce plan, il n’y a pas de ressources alors que la ministre des Transports parle d’un besoin de recettes supplémentaires à hauteur de 500 millions.

Pour l’instant, les investissements en infrastructures doivent être portés par l’agence de financement des infrastructures de transport (AFITF) dont les financements sont hypothétiques et fluctuants (amendes radars et une part de la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques - TICPE - prévue en baisse de 1,2 milliard d’euros en 2019 à 526 millions d’euros en 2022). Les sénateurs, alarmés par le fait que le plan d’investissement souffre d’un grave défaut de financement, ont proposé de flécher l’augmentation de fiscalité supportée par les professionnels de la route en 2014, en contrepartie de la suppression de l’écotaxe « portique », soit environ 400 millions vers les infrastructures.

Une telle proposition semble anachronique. D’autant plus que les taxes sur les usagers de la route sont déjà de 45 milliards d’euros par an. Alors le ministère des transports souhaiterait désormais renvoyer ce dossier sensible à la loi de finances pour 2020. Avec les pistes suivantes : créer une vignette (taxe à la durée de présence sur le réseau national non concédé sans tenir compte du kilométrage parcouru) ou augmenter la fiscalité du gazole pour les professionnels du transport routier (alors que ces derniers ont déjà du mal à être compétitifs).

De leur côté, les collectivités souhaitent également des moyens nouveaux pour étoffer leur offre de transport. Leur solution ? Augmenter le versement transport qui coûte déjà 8 milliards d’euros par an à nos entreprises de plus de 11 salariés. Là encore, cette contribution initialement destinée à financer l’investissement dans les transports publics urbains finance aujourd’hui de plus en plus l’exploitation. Cette taxe suscite à juste titre un fort mécontentement du côté des entreprises, elle est la première des taxes sur la production qui plombent leur compétitivité.

Difficile dans ces conditions d’en rajouter ! Le financement de la politique de transports est rendu de plus en plus difficile car la part des dépenses des administrations en faveur du fonctionnement a crû fortement tandis que les investissements ont stagné, voire plutôt reculé. Depuis 2007, les chiffres parlent d’eux-mêmes : les investissements par an sont passés de 19 à 15 milliards d’euros et les dépenses de fonctionnement de 36 à 48 milliards. Sur la même période, les impôts et taxes de la route sont passés de 38 milliards à 45 milliards.

En attendant, les ambitions de la loi mobilités sont sur la table: Canal Seine-Nord, route Toulouse-Castres, liaison ferroviaire Paris-Clermont-Ferrand et bien d’autres encore… Beaucoup ont une légitimité mais une question reste en suspens : qui va payer ? À moins que les collectivités, l’État et les entreprises de transports ne se lancent dans un programme d’économies sur leurs dépenses de fonctionnement ? Ce serait tellement mieux que de taxer (encore) nos entreprises.

Commentaires

  • Par reiller • Posté le 21/04/2019 à 08:36 Bonne remarque sur la curieuse divergence entre dépenses de fonctionnement et investissements depuis 2007, impôts et taxes ne couvrant que le fonctionnement! Cela dit ce n'est pas le seul domaine technique où l'on voit l'investissement s'amenuiser pendant que le fonctionnement et sa masse salariale monte au ciel. Mais jusqu'à quand cette anomalie va t elle laisser nos gouvernants de marbre?? Mais quand j'entends la France plaider pour une organisation européenne chargée de l'entretien des monuments historiques , je sais que l'anomalie dénoncée va devenir la règle bureaucratique; ce qui explique la tentative de suicide de Notre dame De Paris évoquée par Finkielkraut.
  • Par salignac • Posté le 19/04/2019 à 12:28 et si on prenait le problème autrement: réduire la mobilité en promouvant le travail à distance notamment dans les métiers et fonctions administratifs. la flexibilité des emplois du temps faciliterait ainsi le travail des personnes chargées de famille et d'enfants et réduiraient leurs dépenses de transport tout en réduisant les besoins de moyens de transports collectifs et particuliers
  • Par tintin88 • Posté le 18/04/2019 à 19:01 ETAT - Pour obtenir des réductions de fonctionnement, il faut supprimer les emplois à vie de suite pour les nouvelles embauches de fonctionnaires et assimilés. C'est l'égalité de tous les salariés sous contrats CDI-CDD- telle que définie dans la devise de notre république et au nom de la justice sociale. La Suède et le Canada l'ont compris et appliqué depuis de nombreuses années.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.