Éducation et culture

Évolution de la France dans le classement PISA depuis 2000

28 juin 2021 • Marie de La Rousserie

shutterstock_1030311352.jpg

PISA, l’acronyme de Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves, étude la plus grande dans le domaine de l’éducation au niveau international, est menée par l’OCDE depuis le début des années 2000. Elle évalue le niveau des élèves de 15 ans et mesure donc la performance des systèmes éducatifs de 79 pays, 252 établissements en France où 7 000 élèves défendent les couleurs de notre pays.

En France, 6 300 élèves de 15 ans sont choisis, au hasard, dans 252 établissements scolaires publics et privés. L'objectif est de comparer les performances des élèves issus de différents environnements d'apprentissage pour comprendre ce qui les prépare le mieux à leur vie d'adulte. Une étude a lieu tous les trois ans et les prochains résultats sont attendus en 2022. Pour chaque enquête, un domaine majeur est privilégié.

Le programme permet de :

  1. Mesurer les performances des élèves ;
  2. Etudier la préparation des élèves à la vie adulte ;
  3. Déterminer les conditions socio-économiques des élèves (depuis 2018) ;
  4. Souligner le fait que certains pays se distinguent par des performances moyennes élevées.

L’ensemble de l’évaluation dure en tout 3h30. Elle est composée d’épreuves de compréhension de l’écrit, de culture mathématique et de culture scientifique durant 2 heures. Ensuite, viennent 2 questionnaires de 45 minutes portant sur leur milieu socio-culturel et sur les techniques d’information et de communication.

Evolution de la France au classement PISA 

Voici pour chaque PISA, de 2000 à 2018, le rang de la France, son score et les pays avec les scores les plus faibles et les plus élevés par matière :

2000

  • Lecture : 15e sur 41 (36%) - Score de 505 avec le plus élevé à 546 et le plus faible à 327 ;
  • Mathématiques : 11e sur 41 (26,8%) - score de 517 avec le plus élevé à 560 et le plus faible à 292 ;
  • Sciences : 13e sur 41 (31,7%) - Score de 500 avec le plus élevé à 552 et le plus faible à 333.

2003

  • Lecture : 17e sur 40 (42,5%) - Score de 496 avec le plus élevé à 543 et le plus faible à 375 ;
  • Mathématiques : 16e sur 40 (40%) - Score de 511 avec le plus élevé à 552 et le plus faible à 356 ;
  • Sciences : 13e sur 40 (32,5%) - Score de 511 avec le plus élevé à 548 et le plus faible à 385.

2006

  • Lecture : 23e sur 56  (41%) - Score de 488 avec le plus élevé à 556 et le plus faible à 295 ;
  • Mathématiques : 23e sur 57 (40,3%)- Score de 496 avec le plus élevé à 549 et le plus faible à 311 ;
  • Sciences : 25e sur 57 (40,3%) - Score de 495 avec le plus élevé à 563 et le plus faible à 322.

2009

  • Lecture : 22e sur 74 (29,7%) - Score de 496 avec le plus élevé à 556 et le plus faible à 314 ;
  • Mathématiques : 22e sur 74 (29,7%) -Score de 497 avec le plus élevé à 600 et le plus faible à 331 ;
  • Sciences : 27e sur 74 (36,5%) - Score de 498 avec le plus élevé à 575 et le plus faible à 325.

2012

  • Lecture : 21e sur 65 (32,3%) - Score de 505 avec le plus élevé à 570 et le plus faible à 384 ;
  • Mathématiques : 25e sur 65 (38,5%)- Score de 495 avec le plus élevé à 613 et le plus faible à 368 ;
  • Sciences : 26e sur 65 (40%) - Score de 499 avec le plus élevé à 580 et le plus faible à 373.

2015

  • Lecture : 20e sur 70 (28,6%) - Score de 499 avec le plus élevé à 535 et le plus faible à 347 ;
  • Mathématiques : 26e sur 70 (37,1%)- Score de 493 avec le plus élevé à 564 et le plus faible à 328 ;
  • Sciences : 26e sur 70 (37,1%) - Score de 495 avec le plus élevé à 556 et le plus faible à 332.

2018

  • Lecture : 23e sur 82 (28,0%) - Score de 493 avec le plus élevé à 555 et le plus faible à 340 ;
  • Mathématiques : 25e sur 82(30,48%)-Score de 495 avec le plus élevé à 569 et le plus faible à 325 ;
  • Sciences : 25e sur 82 (30,48%) - Score de 493 avec le plus élevé à 590 et le plus faible à 336 ;
  • Bien-être : 28e sur 70 - Score de 70% d’élèves satisfaits de leur vie  avec le plus élevé à 87 et le plus faible à 42 ;
  • Equité (milieu social) : 8e sur 77 - Score de 122 (écart moyen entre les élèves issus de milieux favorisés et ceux de milieux défavorisés) avec le plus élevé à 122 et le plus faible  à 31.

Source : https://atlasocio.com/classements/education/pisa/classement-etats-par-ni...

Qu'en conclure ? Que la France stagne au niveau scolaire et n’a pas eu de  « choc PISA » comme certains pays qui se sont relevés.  Malgré ses lacunes, elle n’a rien mis en œuvre pour progresser. 

En lecture, la France commence en 2000 avec un score de 505 qui diminue jusqu’en 2006 où il sera à son plus bas, 488 points pour revenir à 505 en 2012. Il diminuera en 2015, puis en 2018 où il sera à 493.

En mathématiques, La France est à son niveau le plus haut de l’enquête PISA, 517 points en 2000.  Ce score baisse en 2003, en 2006 où il est de 496 points. IL atteint 497 en 2019 et redescend jusqu'à 493 où il est à son plus bas avant de remonter un peu jusqu'à 495, en 2018.

Côté sciences,  La France démarre avec un score de 500 en 2000 puis atteint son pic en 2003 avec 511 points avant de diminuer fortement en 2006 avec 493 points.  De 2009 à 2012, le score de la France augmente pour arriver à 499. Mais en 2015 il baisse de 4 points et en 2018 arrive à 493, son score le plus bas.

Entre 2000 et 2018, le score de la France en lecture a diminué de 12 points. En mathématiques, il a diminué de 22 points et en sciences de 7 points. 

En se plaçant par rapport aux statistiques, entre 2000 et 2018, le niveau scolaire des élèves français de 15 ans à très fortement baissé en mathématiques, la France passant d’un score de 517 à 495 et de  la 27ème place sur cent à la 30ème sur cent (En se référent aux rangs avec les autres pays).  Le niveau français, légèrement au dessus de la moyenne de l’OCDE (489 points contre 495 pour la France en 2018),  pourrait être mieux si l’on mettait en place le nécessaire.

A long terme, on peut étudier le taux moyen d’évolution de la performance des élèves d’un pays étudié par périodes de trois ans, de 2000 à 2018.  Pour la France, le niveau scolaire des élèves de quinze ans en mathématiques est négatif, étant à -3%. Le niveau de notre pays baisse considérablement sur le long terme dans cette matière importante. Si on ne le relève pas, il aura diminué de 40% d’ici 2050 par rapport à celui de 2000.

En revanche, le niveau en lecture des Français reste stable avec un taux d’évolution nul. Enfin, un faible déclin est présent en sciences ayant un taux d’évolution de -1% en moyenne chez les élèves de quinze ans.

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.