Fonction publique et administration

RGPP

F. Baroin : la rémunération moyenne des fonctionnaires en hausse

26 janvier 2011 • Agnès Verdier-Molinié

fonctionpublique_administration.jpg

Déjà dans un précédent rapport, la Cour des comptes avait mentionné que, au lieu des 50% prévus dans le cadre de la RGPP, c'était au moins 70% des économies réalisées qui étaient reversées en primes et salaires aux fonctionnaires. La Fondation iFRAP avait d'ailleurs souligné en décembre dernier, quand l'Etat a eu des difficultés à payer ses fonctionnaires, qu'une partie des 930 millions de dépenses de personnels supplémentaires et non programmés en question étaient dus à des primes et des augmentations de salaires trop généreusement calibrées. Le ministre du Budget, François Baroin, vient de reconnaitre que la rémunération moyenne des personnels en place (RMPP) avait augmenté de 3,5% en 2010 et confirmé que les primes allouées pour compenser le non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux avaient « dépassé la norme ».

Encore une fois, il convient ici de souligner que le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux tel qu'il est appliqué ne permet pas de réaliser des économies assez importantes. Tout au plus une centaine de millions d'euros au lieu d'un milliard. Etant donné la situation budgétaire de la France, la règle qui implique de reverser la moitié -et visiblement plus- des économies réalisées aux administrations concernées en primes et salaires ne devrait-elle pas être gelée jusqu'à nouvel ordre ?

Commentaires

  • Par P • Posté le 26/01/2011 à 19:06 La première urgence c'est d'arrêter le massacre, arrêter les recrutements, arrêter le communisme de la garantie (pouvoir d'achat) que le bon qui a un avancement ne gagne rien de plus que le nul bloqué à son niveau de départ : ils se retrouvent tout les deux au niveau de l'inflation, arrêter les mises à la retraite super-précoces et super-généreuses (il n'est pas normal que tout se passe comme si l'Etat cotisait à environ 70 % pour la retraite de ses personnels civils !)
    Si on fait ça, si les fonctionnaires qui restent font toujours le même boulot en étant toujours moins nombreux, il n'y a pas d'inconvénient à continuer à les augmenter (en salaire net ; par contre, avec une sensible baisse du salaire super-brut à cause d'une retraite plus tardive) d'une fraction des gains de productivité.
    Et puis, s'il était bien clair pour les jeunes que c'est fini de rêver à devenir fonctionnaires, et qu'il faut viser des vraies formations plutôt que des peaux d'âne pour concours de la fonction publique, le niveau de formation comme le dynamisme économique français seraient certainement augmentés.
    bien cordialement

    P

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.