Retraite

Le système de retraite en Allemagne

08 décembre 2010 • Christian Arnault

arton11875.jpg

En écoutant certains politiques et syndicalistes, on pourrait croire que le système de retraite allemand est bien plus favorable, qu'il se résume au fait que l'on puisse partir avec 35 ans de cotisation alors qu'en France il en faut 42 et travailler jusqu'à point d'âge ! Le système de retraite en Allemagne est cependant plus complexe : système par répartition en points, il a été plusieurs fois réformé avec un objectif majeur, préserver la compétitivité de l'économie allemande.

Les bases du système allemand, dit « Bismarckien », datent de 1880. Il y a eu de nombreuses réformes et les dernières ont été mises en œuvre en 1992, 2001 et 2004.

Le système de retraite du « régime général » ou « assurance légale » en Allemagne

Ce système comporte 3 régimes différents : un régime de base obligatoire avec des régimes complémentaires d'entreprise, un régime de la fonction publique et des régimes de base pour les professions libérales, les agriculteurs, etc.

Tout comme en France, les régimes de retraite sont sous pression depuis une dizaine d'années. Ce système par répartition, où les actifs financent les pensions des retraités, a montré ses limites dans un pays au taux de fécondité faible (1,4 enfant par femme) et au taux de chômage entre 7 et 8%. Mais, contrairement à la France, l'Allemagne a davantage anticipé une baisse des recettes. Ainsi, depuis 1992 le système est passé d'un système par répartition en annuités à un système par points.

Le système par points :

Le système par points en Allemagne présente plusieurs avantages, que ce soit pour les cotisants mais aussi pour les pouvoirs publics. Ce système est tout d'abord plus simple à piloter que le système en annuités. En effet, les principaux paramètres de ce système sont les suivants :

-l'âge de départ. Il est fixé à 65 ans jusqu'en 2012 et augmentera de façon progressive tous les ans pour atteindre 66 ans en 2023 et 67 ans en 2030.

-le taux de cotisation. Il est de 19,90% en 2010 et devrait être de 22% en 2030 sur un salaire plafond (149% du salaire moyen en 2006).
-le taux de remplacement de base (hors capitalisation). Actuellement de 58% net, et devrait être de 55% en 2030.

-la valeur annuelle du point, revalorisée tous les ans suivant les rémunérations et les salaires nets principalement.

Mais ce système est également plus facile à comprendre car il ne comporte que 3 facteurs, aisément identifiables : un coefficient multiplicateur de calcul de points selon qu'il s'agit d'une pension de retraite « standard », d'invalidité, … ; le nombre de points acquis dans l'année suivant un ratio entre la rémunération du salarié (montant plafonné) et la moyenne de tous les assurés ; et la valeur du point, fixée à 27,20 € pour l'ex-RFA et à 24,13 € pour l'ex-RDA.

Exemple :

- Salaire annuel brut du salarié : 32.200 €

- Salaire moyen (2008) de tous les assurés : 42.400 €

- Le nombre de points acquis est de : 32.200 / 42.400 = 0,76 point

La valeur du point est fixé à 27,20 € pour l'ex RFA et de 24,13 € pour l'ex RDA.

En supposant que le ratio soit toujours le même tout au long de sa carrière pour un salarié ex RFA.

- Durée cotisée : 45 ans pour une pension à taux plein

- Nombre de points acquis 0,76 * 45 = 34,20 points

- Dans notre exemple, 34,20 points * 27,20 € = 930,24 € par mois

Enfin, ce système reste solidaire, via des transferts du budget fédéral pour couvrir la partie non contributive (par exemple le chômage, l'invalidité…).

Le financement du système de retraite :

Les recettes :

2008 Cotisations Subventions, impôts affectés Total
En Mds € 180 64,2 244,2

Les recettes des cotisations sont à parité entre employeurs et salariés pour un total de 19,90%. Le nombre de cotisants au « régime général » est de 35 millions.

Les dépenses :

2008 Pensions directes Reversion, etc. Autres Total
En Mds € 163,8 52,4 24,2 240,4

Pour l'année 2008 un excédent de 3,8 milliards € a été dégagé. Le nombre de pensions servies est de 24,8 millions (droits directs et dérivés).

Les pensions :

La pension de base brute moyenne (droits directs et dérivés) est de 806 €, soit 963 € pour les hommes et 691 € pour les femmes. La pension servie à ce titre représente environ 80% des revenus des pensionnés. Les 20% restants proviennent par exemple de régimes complémentaires privés ou professionnels, ou encore de l'épargne individuelle. Notons que, face au problème de financement du régime de base, l'épargne individuelle sous forme de capitalisation est fortement encouragée, afin de compenser la baisse inéluctable du taux de remplacement de base.

Les conditions de départ :

L'âge légal de départ à la retraite est fixé à 65 ans jusqu'à 2012. Cependant, il y a à ce jour 4 possibilités principales de liquidation :
- 63 ans avec 35 années de cotisation et une décote de 3,6% par années manquantes par rapport à l'âge légal,

- 65 ans à taux plein et 35 années de cotisation pour les personnes avec un handicap de 50% au moins,

-65 ans à taux plein avec 45 années de cotisation,

- après l'âge légal, avec une sur-cote de 0,5% par mois soit 6% par an.

Cependant, les femmes nées avant 1952 peuvent partir à 60 ans, à condition d'avoir cotisé au moins 15 ans, dont 10 après l'âge de 40 ans.

L'Allemagne n'est donc pas l'Eldorado que l'on croit et les conditions de pensions s'y sont durcies comme partout en Europe.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.