État et collectivités

Macron - Le Pen : convergences et divergences

27 avril 2017 • Manon Meistermann

em_mlp.jpg

A 10 jours du second tour des élections présidentielles, la Fondation iFRAP vous propose ici une synthèse des points divergents et convergents des programmes de Marine Le Pen et d'Emmanuel Macron. Pour consulter l'intégralité de leurs programmes, cliquez ici pour accéder à notre comparateur, et pour consulter l'impact économique de leurs propositions (sur les dépenses, la fiscalité, l'emploi, le PIB, l'endettement, etc.), cliquez ici pour accéder à notre évaluation complète.

 

Emmanuel Macron

Marine Le Pen

Dépenses totales

15,5 milliards d’euros d’économies sur le quinquennat

+42,7 milliards d’euros de dépenses sur le quinquennat

Pression fiscale

2,5 milliards d’euros de baisses d’impôts sur le quinquennat

+12,5 milliards d’euros d’impôts prélevés sur le quinquennat

Dont ISF

Pour la conservation de l’ISF imposant les rentes immobilières.

Pour l’intégration de l’ISF et de la taxe foncière dans un nouvel impôt sur le patrimoine plus progressif.

Dont taxe d’habitation

Pour l’exonération de la taxe d’habitation pour 80% des foyers.

La taxe d’habitation sera intégrée à l’impôt sur le revenu sous la forme d’une taxe additionnelle qui sera aussi progressive que l’impôt sur le revenu.  

Dont CGS

Hausse de 1,7 point de la CGS sur une base plus large (hors petites retraites), compensée pour les salariés par une baisse des cotisations chômage

Aucune hausse de la CSG ou de la TVA pendant le quinquennat

Retraites

Pour un régime universel… mais le système restera un régime par répartition et les taux de cotisation ou les conditions d'âge pourront différer, en raison notamment des caractéristiques des métiers.

Fixer l’âge légal de la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations pour percevoir une retraite pleine, pour un coût de 18 milliards d'euros par an.

Collectivités territoriales

Les deux candidats sont favorables à une décentralisation des compétences de l’Etat vers les collectivités territoriales.

Dont échelons territoriaux

Favorable à la suppression d’un tiers des départements, notamment lorsqu’ils se confondent avec les métropoles.

Pour la conservation des trois échelons territoriaux : communes, départements et régions.

Dont budgets locaux

Pour la généralisation des budgets participatifs

Pour la baisse de 2% des dotations de l’Etat aux départements et aux régions, avec interdiction d’augmenter les impôts locaux pour les collectivités concernées.

Culture

Les deux candidats proposent de considérablement renforcer les moyens du ministère de la Culture et de pérenniser le régime des intermittents.

Défense & sécurité

Pour la sortie de l’Etat d’urgence et veut fixer le budget de la Défense à 2% du PIB. Favorable à un rapprochement des politiques européennes notamment pour la création d’une force européenne de 5.000 garde-frontières.

Pour augmenter le budget de la Défense à 2% du PIB dès la première année, puis 3%.

Dont police

Pour le recrutement de 10.000 agents de police (en plus de 9.000 recrutements par l’actuel gouvernement)

Pour le recrutement de 15.000 agents de police.

Dont prison

Pour la construction de 15.000 places de prison.

Pour la construction de 40.000 places de prison.

Dont service militaire

Pour un service militaire de 1 mois, entre 18 et 20 ans, sans obligation de manier les armes.

Pour le rétablissement progressif du service militaire de 3 mois.

Education

Favorable à la suppression de la réforme des rythmes scolaires et au rétablissement des parcours bi-langues européen, du grec et du latin.

Pour la suppression de la réforme scolaire.

Dont établissements scolaires

Pour donner plus d’autonomie aux établissements scolaires dans leur gestion.

Mettre en place des instances d’évaluation des établissements indépendantes.

?

Dont enseignants

Plus d’autonomie aux équipes pédagogiques, augmenter les heures d’enseignement et les rémunérations en conséquence.

?

Assurance chômage

Déconnecter les droits à l'assurance-chômage de la détention de poste occupé, et du fait même d'être licencié : ouvrir les droits à l'assurance-chômage aux indépendants, aux commerçants, aux artisans mais aussi aux salariés démissionnaires.

?

Code du travail

Permettre plus de possibilité de négociation au niveau des entreprises, permettre que le code du travail définisse les grands principes (égalité, temps de travail, salaire minimum, etc.)

Pour retirer la loi Travail

Dont temps de travail

Maintien des 35 heures mais en ouvrant la possibilité de négocier au niveau des branches (pour Marine Le Pen et avec compensation salariale intégrale) et aussi des entreprises (Emmanuel Macron).

Dont contrats de travail

Mise en place d’un bonus/malus sur les cotisations des entreprises selon le recours aux contrats courts (+) ou longs (-).

Pour la mise en place d’emplois francs pour les entreprises dans les quartiers prioritaires (emplois locaux).

Pour la suppression de la directive « travailleurs détachés » et pour la création d’un dispositif « premier emploi » qui exonère de toute charge la première embauche d’un jeune de moins de 21 ans.

Dont seuils sociaux

?

Pour favoriser l’embauche, réduire le nombre des obligations administratives liées au seuil social de 50 salariés et fusionner les institutions représentatives du personnel entre 50 et 300 salariés (hors représentation syndicale) en une structure unique conservant les mêmes compétences.

Régime des indépendants

Pour la suppression et la réforme du Régime Social des Indépendants, avec choix de rejoindre le régime général. Et proposition d’amnistie sur les arriérés du RSI de la part de Marine Le Pen.

Allocations sociales

Les deux candidats proposent différentes revalorisations (minimum vieillesse, AAH ou ASPA). Marine Le Pen propose la création d’une prime de pouvoir d’achat quand Emmanuel Macron propose d’augmenter de 50% la prime d’activité. Il propose aussi de verser toutes les aides le même jour du mois.

Syndicats

Les deux candidats semblent favorables à une réforme du financement des syndicats, avec plus de transparence et plus liée aux adhérents.

Parlement

Tous les deux favorables à l’introduction d’une part de proportionnelle aux législatives et à une réduction du nombre de parlementaires. Emmanuel Macron rajoute cependant des mesures de transparence et d’équité de la vie publique.

Fonction publique

Pour la suppression de 120.000 postes et une réforme du management dans la fonction publique.

Pour une politique de non remplacement d’un départ sur deux à la retraite dans la territoriale et le recrutement d’agents dans certains domaines (justice, défense, douanes, etc). Pour le maintien du statut de la fonction publique.

Dont absentéisme

Pour l’introduction d’un jour de carence

Pour l’introduction de deux jours de carence.

Dont emplois aidés

Aucune proposition des candidats sur le sujet.

Etat actionnaire

Pour que l’Etat reste au capital d’entreprises stratégiques, comme la Défense, les matières premières et l’énergie.

Fixer l’innovation en France en empêchant en cas de subvention publique que la société soit cédée à une société étrangère pendant dix ans. Garder le contrôle de l’État sur EDF. La Poste et la SNCF resteront des entreprises publiques. Nationaliser les sociétés d’autoroutes.

Constitution

?

Organiser un référendum pour réviser la Constitution.  Elargir le champ d’application de l’article 11 de la Constitution. Créer un véritable référendum d’initiative populaire et ériger la citoyenneté française en privilège pour tous les Français par l’inscription dans la Constitution de la priorité nationale.

Union européenne

Favorable à une harmonisation des règles, notamment fiscales, autour d’un noyau d’Etats volontaires. Nomination d’un ministère des Finances de la Zone Euro.

Référendum sur notre appartenance à l’Union européenne et à la zone euro.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.