Emploi et politiques sociales

Urgences à l'hôpital : 27 coups de téléphone pour rien !

30 décembre 2008 • Philippe François

emploi_politiquessociales.jpg

Depuis le monde entier, à tout moment, n'importe qui peut savoir s'il y a une chambre libre à Kuala Lumpur. Pourquoi est-il impossible de connaître les disponibilités de lits et de spécialistes dans les établissements de l'AP/HP de Paris ?

Dans toutes les organisations, il existe une procédure d'appel pour contourner les circuits normaux de décision dans les cas graves. A l'AP/HP, où est la procédure mise en place pour alerter un responsable capable d'imposer une priorité en cas d'urgence ?

Les Urgences hospitalières sont en crise permanente malgré les augmentations de moyens et d'effectifs mis en place depuis 10 ans.

Un mort a été attribué à une absence de méthode cette semaine. Les Urgences sont la cause de beaucoup d'autres drames, et de combien de coûts.

Comme nous l'avions indiqué en 2005, les Urgences sont à l'image de l'hôpital, mais en pire : parfois ou souvent du dévouement, presque toujours de la désorganisation.

Les solutions sont connues : définition de méthodes, respect strict des procédures, contrôle et évaluation quantitative et qualitative, sanctions positives ou négatives.

La Ministre de la Santé l'a répété : "Ce n'est pas de moyens dont manquent les hôpitaux, mais d'organisation".

-Société Civile, Septembre 2004 :

Hôpital : une obligation morale d'efficacité

Et pour le médecin urgentiste que nous avons tous vu à la télévision en août 2003 passer 5 minutes à diagnostiquer son malade et une heure au téléphone à chercher un lit d'accueil dans les hôpitaux de l'Assistance Publique de Paris (qui font pourtant partie du même groupe), on doit faire quelque chose. Les méthodes et les outils existent.

-Société Civile, Juillet 2005

URGENCES : concentré des maux de l'hôpital

Les urgences : Des médecins qui téléphonent tous azimuts à la recherche d'un placement adapté pour leurs patients. Trop de personnels sont occupés à faire un travail pour lequel ils ne sont ni formés, ni adaptés. Soignants et soignés prennent des risques.

-Société Civile, Décembre 2008

Libérer les Urgences hospitalières

Alors pourquoi bloquer les dossiers de demandes d'ouverture de services d'urgences privés à Paris ou dans le Sud quand la tâche est un tel fardeau insurmontable pour l'hôpital public ?

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.