Emploi et politiques sociales

Palmarès des CPAM, des meilleures aux moins bonnes en gestion

31 mars 2016 • Benoît Bouillé

la-cpam-ferme-tout-un-apres-midi-pour-un-pot-de-depart.jpg

L’Assurance maladie établit un classement des caisses primaires d’assurance maladie (Cpam) en fonction des coûts par bénéficiaire. Ces données ne sont pourtant pas accessibles en open-data et la Fondation iFRAP a dû saisir la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) pour se les procurer. Nous pouvons observer que la performance des Cpam est en hausse sur la période 2011-2014, avec un coût moyen par bénéficiaire qui diminue de 62,06 euros à 60,41 euros. Mais si ces efforts de productivité sont à saluer, il faudra veiller à les poursuivre et les approfondir pour espérer dégager plus de 750 millions d’euros d’économies.

Ce classement s’établit depuis 2011 selon la méthode dite du « bénéficiaire consommant pondérée » ou BCP, qui est constituée de plusieurs éléments structurels : le nombre de bénéficiaires consommants standardisés par l’âge pour 65%, la population active pour 10%, le nombre de bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) et de l’aide médicale d’État pour les étrangers (AME) pour 10%, ainsi que du nombre de professionnels de santé et d’établissements de soins pour 5%. Cette méthode permet une prise en compte plus fine de la consommation de soins en la rapportant aux caractéristiques de la population protégée et du territoire visé. Il convient de noter qu’entre 2011 et 2014, la part de la gestion de la précarité (CMU/AME) est passée de 5% à 10% et celle du nombre de bénéficiaires consommants de 70% à 65% afin de mieux prendre en compte les dispositifs liés à la précarité.

Nom

Bénéficiaire consommant pondéré par ETP 2011

Coût 2011

Coût 2014

Évolution

Rang

CPAM Nanterre

1121

54,66

47,54

Baisse

1

CPAM Mont-de-Marsan

1141

48,26

49,54

Augmentation

2

CPAM  Perpignan

1077

50,52

49,99

Baisse

3

CPAM Nîmes

1075

50,24

50,28

Augmentation

4

CPAM de l’Hérault

1043

50,55

50,43

Baisse

5

CPAM Nice

1044

53,34

50,80

Baisse

6

CPAM Rodez

1006

52,61

51,31

Baisse

7

CPAM Tarbes

982

55,04

51,75

Baisse

8

CPAM La Roche-sur-Yon

1077

50,87

51,88

Augmentation

9

CPAM Carcassonne

1034

50,88

52,66

Augmentation

10

CPAM La Rochelle

1022

53,92

52,79

Baisse

11

CPAM Saint-Brieuc

1005

53,85

52,96

Baisse

12

CPAM Blois

1079

52,31

53,43

Augmentation

13

CPAM Montauban

1095

50,75

53,58

Augmentation

14

CPAM Toulouse

997

55,33

53,90

Baisse

15

CPAM Auch

1028

54,97

53,91

Baisse

16

CPAM Périgueux

1117

52,88

54,43

Augmentation

17

CPAM Vannes

1037

53,44

54,53

Augmentation

18

CPAM Toulon

1073

54,63

54,72

Baisse

19

CPAM Saint-Lô

1090

54,01

54,84

Augmentation

20

CPAM Bayonne

1085

55,46

55,12

Baisse

21

CPAM Rennes

1015

55,33

55,43

Augmentation

22

CPAM Tours

997

56,47

55,57

Baisse

23

CPAM Loire-Atlantique

1000

54,31

55,58

Baisse

24

CPAM Orléans

994

58,04

56,08

Baisse

25

CPAM Niort

1018

56,86

56,18

Baisse

26

CPAM Albi

988

56,40

56,20

Baisse

27

CPAM Valence

975

57,85

56,30

Baisse

28

CPAM Bordeaux

984

56,31

56,30

Baisse

29

CPAM Annecy

1031

56,05

56,30

Augmentation

30

CPAM Le Puy

907

59,53

56,51

Baisse

31

CPAM Chambéry

997

56,32

56,58

Augmentation

32

CPAM Chartres

1013

56,01

56,62

Augmentation

33

CPAM Le Mans

996

57,31

56,63

Baisse

34

CPAM Cahors

1032

51,61

56,93

Augmentation

35

CPAM Macon

956

61,08

56,93

Baisse

36

CPAM de Clermont-Ferrand

933

62,95

57,69

Baisse

37

CPAM Angoulême

900

59,66

58,15

Baisse

38

CPAM de l’Isère

973

57,46

58,35

Augmentation

39

CPAM Pau

966

57,64

58,52

Augmentation

40

CPAM de Maine-et-Loire

953

60,54

58,57

Baisse

41

CPAM Avignon

986

58,33

58,67

Augmentation

42

CPAM Digne

968

57,91

58,85

Augmentation

43

CPAM de Roubaix-Tourcoing

783

69,14

59,06

Baisse

44

CPAM de l’Ardèche

952

57,45

59,12

Augmentation

45

CPAM Agen

959

55,80

59,40

Augmentation

46

CPAM Caen

937

60,90

59,75

Baisse

47

CPAM Mende

926

61,47

59,86

Baisse

48

CPAM Poitiers

932

62,47

59,99

Baisse

49

CPAM du Doubs

883

62,78

60,01

Baisse

50

CPAM Châteauroux

892

60,87

60,09

Baisse

51

CPAM Limoges

933

61,92

60,23

Baisse

52

CPAM de l’Aisne

901

63,50

60,59

Baisse

53

CPAM Alençon

934

61,37

60,65

Baisse

54

CPAM Melun

921

60,22

60,92

Augmentation

55

CPAM Laval

952

57,04

60,98

Augmentation

56

CPAM Bourg-en-Bresse

966

58,58

61,05

Augmentation

57

CPAM de l’Oise

855

65,83

61,43

Baisse

58

CPAM Épinal

872

64,37

61,46

Baisse

59

CPAM Bourges

897

62,94

61,48

Baisse

60

CPAM Belfort

862

64,04

61,71

Baisse

61

CPAM Troyes

865

62,99

61,72

Baisse

62

CPAM Foix

918

61,90

62,05

Augmentation

63

CPAM du Finistère

914

60,86

62,32

Augmentation

64

CPAM Auxerre

960

60,26

62,32

Augmentation

65

CPAM Charleville-Mézières

879

64,05

62,38

Baisse

66

CPAM du Rhône

909

63,09

62,56

Baisse

67

CPAM de l’Artois

848

65,25

62,68

Baisse

68

CPAM Dijon

896

63,69

62,82

Baisse

69

CPAM Vesoul

938

60,75

62,95

Augmentation

70

CPAM Marseille

883

64,41

63,00

Baisse

71

CPAM Évreux

916

60,36

63,01

Augmentation

72

CPAM Nevers

885

64,70

63,18

Baisse

73

CPAM Bastia

895

61,87

63,27

Augmentation

74

CPAM Lons-le-Saunier

918

60,75

63,43

Augmentation

75

CPAM Amiens

789

65,38

63,69

Baisse

76

CPAM du Haut-Rhin

871

67,18

64,04

Baisse

77

CPAM Tulle

865

63,46

64,11

Augmentation

78

CPAM de la Côte d’Opale

856

67,11

64,12

Baisse

79

CPAM Bobigny

819

74,65

64,26

Baisse

80

CPAM de Moselle

870

65,84

64,91

Baisse

81

CPAM Rouen-Elbeuf-Dieppe

799

69,88

65,20

Baisse

82

CPAM Versailles

900

67,51

65,39

Baisse

83

CPAM Aurillac

869

63,69

65,62

Augmentation

84

CPAM de Lille-Douai

799

67,81

65,85

Baisse

85

CPAM du Bas-Rhin

829

66,50

65,97

Baisse

86

CPAM Moulins

901

66,35

65,99

Baisse

87

CPAM Ajaccio

877

64,36

66,02

Augmentation

88

CPAM Chaumont

845

65,52

66,40

Augmentation

89

CPAM Le Havre

798

71,25

66,55

Baisse

90

CPAM Reims

839

70,86

66,72

Baisse

91

CPAM du Hainaut

751

73,22

66,88

Baisse

92

CPAM Gap

827

63,76

67,18

Augmentation

93

CPAM Meurthe-et-Moselle

792

71,21

68,21

Baisse

94

CPAM des Flandres

796

70,05

68,74

Baisse

95

CPAM de la Loire

838

71,05

68,92

Baisse

96

CPAM Pontoise

810

72,31

69,24

Baisse

97

CPAM Évry

801

72,62

69,55

Baisse

98

CPAM Bar-le-Duc

778

74,50

70,97

Baisse

99

CPAM Créteil

834

74,66

71,22

Baisse

100

CPAM Paris

817

75,04

71,94

Baisse

101

CPAM Guéret

824

65,11

72,67

Augmentation

102

Total 102 CPAM

918

62,06

60,41

Baisse

-

 

 

Minimum : 48,26

Maximum : 75,04

Minimum : 47,54

Maximum : 72,67

 

 

 

Dans l’ensemble, les coûts ont donc baissé et le coût moyen est passé de 62,06€ à 60,41€ par BCP. La Cpam de Bobigny a même réussi à réduire ses coûts de 10,39 euros (74,65 euros à 64,26 euros), soit la plus importante progression parmi l’ensemble des Cpam. Voici les 10 Cpam qui ont le plus augmenté leur productivité :

Nom

Bénéficiaire consommant pondéré par ETP 2011

Coût 2011

Coût 2014

Évolution

CPAM Bobigny

819

74,65

64,26

-10,39

CPAM de Roubaix-Tourcoing

783

69,14

59,06

-10,08

CPAM de Nanterre

1121

54,66

47,54

-7,12

CPAM du Hainaut

751

73,22

66,88

-6,34

CPAM de Clermont-Ferrand

933

62,95

57,69

-5,26

CPAM Le Havre

798

71,25

66,55

-4,7

CPAM Rouen-Elbeuf-Dieppe

799

69,88

65,2

-4,68

CPAM de l’Oise

855

65,83

61,43

-4,4

CPAM Macon

956

61,08

56,93

-4,15

CPAM Reims

839

70,86

66,72

-4,14

 

Et celles qui ont le plus vu leur productivité se dégrader :

Nom

Bénéficiaire consommant pondéré par ETP 2011

Coût 2011

Coût 2014

Évolution

CPAM Guéret

824

65,11

72,67

+7,56

CPAM Cahors

1032

51,61

56,93

+5,32

CPAM Laval

952

57,04

60,98

+3,94

CPAM Agen

959

55,8

59,40

+3,60

CPAM Gap

827

63,76

67,18

+3,42

CPAM Montauban

1095

50,75

53,58

+2,83

CPAM Lons-le-Saunier

918

60,75

63,43

+2,68

CPAM Évreux

916

60,36

63,01

+2,65

CPAM Bourg-en-Bresse

966

58,58

61,05

+2,47

CPAM Vesoul

938

60,75

62,95

+2,20

 

Néanmoins, les disparités demeurent importantes, avec un écart de 25,13 points entre la Cpam la moins coûteuse (Nanterre avec 47,54€/BCP) et la Cpam la plus coûteuse (Guéret avec 72,67€/BCP) alors même que les agents de Nanterre traitent en moyenne 297 bénéficiaires de plus que ceux de Guéret. D’ailleurs, il ressort de ce classement que les Cpam les plus économes sont également celles avec le plus haut ratio de BCP par agent puisque sur les 30 premières, 23 ont un ratio supérieur à 1.000 BCP/ETP. Les 10 Cpam ayant le plus augmenté leur productivité ont donc encore une importante marge de progression, à l’exception de Nanterre, Macon et Clermont-Ferrand.

Les disparités sont également très importantes entre Cpam d’une même région. L’Île-de-France par exemple regroupe en même temps la Cpam la plus productive, celle de Nanterre, 1ere avec 47,54€ et celles de Bobigny 80e avec 64,26€, Créteil 100e avec 71,22€, Cergy-Pontoise 97e avec 69,24€, Évry  98e avec 69,55€, Versailles 83e avec 65,39€, Melun  55e avec 60,92€ et Paris 101e avec 71,94€. Si la situation démographique de l’Île-de-France, qui regroupe près de 18,3% de la population française, soit environ 12 millions de personnes, peut sans doute expliquer le coût plus élevé par BCP, cela n’explique pas l’écart de coûs de 24,4€/BCP entre les Cpam de Nanterre et de Paris. Pour cela, il faut regarder du côté des effectifs des caisses. Avec 17.301 agents[1], les Cpam d’Île-de-France sont parmi les plus importantes de France en termes d’effectifs.

Le rapport Igas-IGF pour le Secrétariat général à la modernisation de l’action publique (SGMAP) sur les coûts de gestion de l’assurance maladie (2013) a d’ailleurs mis en évidence le rapport entre efficience des Cpam et nombre d’agents. Ce document indique que selon la Cnam, organisme qui gère les Cpam au niveau national, « les réductions d’effectifs commenc[ent] à devenir difficilement soutenables dans les Cpam les plus efficientes », notamment à cause des taux de remplacement des départs en retraite, compris entre 50% et 65%. Autrement dit, les Cpam les plus efficientes semblent avoir atteint le point d’équilibre entre masse salariale et activité, ce qui signifie qu’il faut accélérer la baisse des effectifs dans les Cpam les moins efficientes. Le SGMAP note d’ailleurs que « la réduction des effectifs dans les seules Cpam les moins efficientes […] ne suffit pas à exploiter l’intégralité des gains potentiels de productivité des prochaines années ». La mission Igas-IGF préconise donc « un renouvellement a minima des départs dans les caisses les moins efficientes ».

Les Cpam les moins efficientes sont donc celles où il y a trop d’agent par rapport à  l’activité de la caisse[2]. Pour l’Igas-IGF, la taille critique minimale d’efficience d’une Cpam est la gestion de 170.000 bénéficiaires consommants pondérés et les Cpam gérant moins de BCP présentent les rations les plus faibles de BCP/ETP. On le voit bien sur ce graphique, la Cpam de Paris gère environ 820 BCP/ETP (ordonnées) pour plus de 1,8 million de BCP (abscisses) et est 101 sur 102 au classement de productivité.

Après analyse de ces données, deux modèles d’organisation mettant en relation effectifs et nombre de BCP apparaissent selon la mission du SGMAP : un premier modèle qui correspond à une structure légère avec entre 250 et 400 ETP qui gèrent entre 250.000 et 450.000 BCP, et un second modèle qui correspond à une organisation plus lourde avec 900 ETP en moyenne gérant entre 900.000 et un million de BCP. En orientant les Cpam vers l’un ou l’autre de ces modèles en fonction du nombre de BCP dont elles ont la charge, il est possible de réduire les coûts par BCP en amortissant les coûts fixes d’organisation.

Mutualisation et transferts de charges : des outils de gain de productivité

Les Cpam doivent absolument profiter des progrès des outils informatiques et de la dématérialisation pour gagner en productivité. L’Igas-IGF est claire sur ce point : « il n’y a pas d’obstacle technique à des mutualisations ou à des transferts d’activité opérés entre Cpam, dès lors que les données métiers sont dématérialisées et accessibles ». La fusion des bases de données des Cpam va d’ailleurs dans ce sens. À titre d’exemple, la Cpam de Nanterre, la plus productive de France, gère déjà 80.000 paiements de décomptes PN par jour pour le compte d’autres départements.

Le télétravail, facilité par une gestion électronique des documents plus développée, sera également un facteur de productivité pour les Cpam, notamment par des économies immobilières. L’Igas-IGF indique en effet que la Cpam de Nanterre a réussi à gagner 22 ETP en développant le télétravail, tout en constatant des gains de productivité par agent en télétravail compris entre 15% et 40%.

Une autre méthode simple pour dégager des gains de productivité rapides est le rattachement de nouveaux bénéficiaires à des caisses peu efficientes, et ce, sans augmentation des effectifs. Cela revient simplement à augmenter le ratio de bénéficiaires par agent. Comme nous l’avons déjà évoqué plus haut, les Cpam les plus productives sont en effet celles avec un ratio supérieur à 1.000 BCP/ETP. L’Igas-IGF note bien qu’en 2012, l’alignement des Cpam sur la moyenne du coût du BCP des 10 caisses les productives (51,33€/BCP à l’époque) aurait permis une économie annuelle de 540 millions d’euros et que le seul alignement des 30 caisses les moins efficientes sur les 70 premières génèrerait 241 millions d’euros d’économies. Selon nos calculs, l’alignement de l’ensemble des Cpam sur la caisse la plus productive en 2014 (Nanterre, 47,54€/BCP) permettrait de dégager plus de 750 millions d’euros d’économies tous les ans[3].

L’Igas dresse une liste de recommandations avec laquelle nous ne pouvons qu’être en accord :

  • Rattachement de nouveaux bénéficiaires aux Cpam les moins efficientes plutôt qu’à la Cpam du ressort géographique de l’affilié ;
  • Regroupement des plus petites Cpam ;
  • Poursuite des réductions d’effectifs dans l’ensemble des caisses ;
  • Transfèrt de charges des Cpam les plus efficientes vers les grandes Cpam (plus d’un millier d’ETP) les moins efficientes.

Revoir les objectifs fixés dans la COG 2014-2017

En 2011, la Cour des comptes dénonçait déjà « la faible ambition des objectifs fixés dans les conventions d’objectifs et de gestion (COG) » des organismes de Sécurité sociale[4]. Les Cpam avaient en effet atteint leur objectif de réduction de personnels (4.000 ETP) fixé par la COG 2006-2009 dès 2007  et réalisé près du double de l’objectif de productivité à la fin de la période. Cette « performance » n’était donc pas due à l’efficacité des Cpam, mais bien à la faiblesse des objectifs fixés.

Force est de constater que la COG 2014-2017 entre l’État et la Cnam ne fixe quant à elle aucun objectif chiffré de réduction des effectifs ou de gain de productivité. Surtout, le terme même de « productivité » n’apparait que 5 fois sur… 235 pages. De même, il n’est nulle part fait référence à des baisses d’effectifs dans le document.

Conclusion

Les gains de productivité et la diminution des coûts et des effectifs sont à saluer, mais il ne faut surtout pas les considérer comme acquis, ni comme suffisants. L’évolution démographique et le vieillissement de la population sont autant de facteurs qui, à l’avenir, pèseront lourd sur l’organisation de notre système d’assurance-maladie si ce dernier n’arrive pas à anticiper ces changements et à se réformer en conséquence. Il faut poursuivre la recherche continue d’une plus grande productivité dans les Cpam en visant un alignement de ces dernières sur la plus productive. Cela passera, notamment, par des réductions d’effectifs couplées à une réorganisation territoriale des caisses, pour atteindre des seuils critiques de bénéficiaires par caisse et par agent, mais aussi par un plus grand partage des tâches entre les Cpam et des spécialisations de celles-ci. La mise à disposition en open-data de l’ensemble de ces données nous semble également être indispensable pour effectuer un suivi en toute transparence de l’évolution de la productivité et des effectifs des Cpam. Ce sont plus de 750 millions d’euros par an d’économies qui sont ici en jeu.


[1] Source : Ucanss, rapport sur l’emploi 2014, p.14.

[2] Source graphiques : Igas, rapport sur les coûts de gestion de l’assurance maladie, 2013, p.74 et 76.

[3] Pour obtenir ce résultat, nous avons multiplié le coût moyen actuel par BCP, soit 60,41 euros, par le nombre total de bénéficiaires du régime général d’assurance-maladie, soit 59 millions de personnes, ce qui donne 3,564 milliards d’euros. Ensuite, nous effectuons le même calcul mais avec le coût par BCP de la Cpam de Nanterre, soit 47,54€, ce qui donne 2,804 milliards d’euros. La différence entre les 2 résultats, 3,564 milliards -2,804 milliards, donne la somme finale de 759,330 millions d’euros.

[4] Cour des comptes, Sécurité sociale 2011, La productivité dans les organismes de Sécurité Sociale du régime général. 

Commentaires

  • Par coût de gestion complet • Posté le 04/04/2016 à 09:39 L'Ifrap observe l'efficacité des politiques publiques : cette étude commet une erreur d'analyse totale en comparant les coûts budgétaire (2 à 3% de coût de gestion en cpam contre 15 à 30 pour les assurances privées) sans examiner l'impact sur les dépenses d'assurance maladie d'une caisse à l'autre par habitant (97 à 98% des dépenses). Ainsi, certaines caisses investissent leurs contrôleurs administratifs et médicaux dans les vérifications du bien fondé de la dépense et d'autres...paient les yeux fermés. La diminution drastique des contrôles de la dépense sur le risque va au contraire d'une bonne gestion et les enjeux sont de 3 à 5 milliards par an.
  • Par Laurent C. • Posté le 02/04/2016 à 16:27 Les CPAM sont des organismes de droits privés, tout comme leurs employés qui ne sont pas des fonctionnaires mais des salariés de droit privé. Il faudrait cesser de les appeler des agents. Cela porte a confusion.
    Et une autre pise de d economie consisterait a mettre en concurrence ces organismes entre eux et avec tout autre entreprise de gestion privé. Pour remuer de la paperrasse pas besoin d un statut monopolistique.
    D ailleurs, où est l appel d offre public qui a désigné ces CPAM comme delégataire d un service public ?
  • Par DUPONT • Posté le 01/04/2016 à 10:59 un autre classement serait interessant à publier sur l'efficacité des Caisses :leur endettement...

    Il me semble que les CPAM de la Moselle ,du Haut-Rhin et du Bas-Rhin ,qui comptent parmi les moins efficientes de votre liste ,comptent aussi parmi les moins endettées...
  • Par outre-mer • Posté le 01/04/2016 à 00:47 Je ne vois pas les résultats concernant les CPAM d'outre-mer qui doivent être intéressants, aussi.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.