Emploi et politiques sociales

Libérer les Urgences hospitalières

09 décembre 2008 • Philippe François

emploi_politiquessociales.jpg

Patrick Pelloux, président du syndicat des médecins urgentistes est un excellent communicant. Mais, après les nombreuses réformes et augmentations des moyens accordés aux Urgences hospitalières publiques depuis 10 ans, le doute commence à s'installer : ces plaintes permanentes, ce nouveau mouvement de grève sont-ils justifiés ?

Si oui, le problème peut-il être résolu par plus de moyens ?

En 2006, un ministre, un député et un directeur d'hôpital ont voulu en avoir le cœur net. Ils ont fait auditer les Urgences de l'hôpital Beaujon. Les consultants n'avaient peut-être pas une expérience approfondie de l'hôpital, mais ils ont observé les allées et venues des malades et du personnel hospitalier. Sur le film passé en accéléré cela ressemblait à "Panique dans une fourmilière".

Sans augmentation des moyens, l'application de leurs recommandations et de celles des personnels ont réduit de moitié le temps d'attente des malades et augmenté la satisfaction des salariés.

Les leçons de cette expérience n'ont malheureusement pas été généralisées aux autres services hospitaliers d'Urgence, même pas à ceux dépendant de la même organisation, les Hôpitaux de Paris (APHP).

La méthode de l'audit est utile, mais il en existe une autre gratuite et durable, c'est la comparaison. Des cliniques privées assurent déjà volontairement des services d'Urgence à travers toute la France. Mais l'administration limite drastiquement le nombre de cliniques autorisées à ouvrir un tel service.

En Languedoc Roussillon, les dossiers de 4 cliniques sont bloqués par l'administration. Si des Urgences privées existent en Région parisienne (Hôpital Privé d'Antony, Polyclinique Chirurgicale de Champigny, Clinique d'Aulnay…), aucune clinique n'assure ce service à Paris.

D'un côté, des hôpitaux qui se plaignent d'avoir à assurer les urgences : « Le fardeau est lourd, la tâche est immense , elle s'alourdit chaque jour davantage » nous disent les urgentistes, de l'autre, des cliniques privées qui le veulent, la solution semble simple.

Pourquoi l'administration bloque-t-elle ces dossiers ? Réponse : de peur que l'hôpital public ne perde encore plus de parts de marché. Grâce à ses Urgences, l'hôpital, en position de monopole, est assuré de pouvoir traiter dans ses services les malades qui y arrivent. Une fois qu'il a été pris en charge aux Urgences d'un hôpital, il est très difficile de faire transporter un malade dans un autre établissement.

En tant que citoyen, impossible de savoir si les revendications des Urgentistes sont justifiées. Mais comme dans tous les autres domaines, c'est la comparaison entre les performances des différents opérateurs qui permettra une évaluation objective. Pour les soins programmés, on a le choix et les résultats sont clairs : la plupart des hôpitaux doivent s'adapter s'ils veulent survivre. Pour les soins non-programmés (les Urgences), là encore, la comparaison doit jouer. Alors pourquoi bloquer les dossiers de demandes d'ouverture de services d'urgences privés à Paris ou dans le Sud quand la tâche est un tel fardeau insurmontable pour l'hôpital public ?

Commentaires

  • Par Courtois • Posté le 10/12/2008 à 17:12 Il serait intéressant que nos politiques enquêtent pour savoir par qui et pourquoi les acceptations de cliniques privées demandeuses sont bloquées (des personnes qui ne cherchent qu'à entretenir une situation malsaine pour des raisons .... malsaines ?).
    Par ailleurs, il parait qu'une proportion non négligeable des personnes qui se présentent aux urgences n'ont aucune bonne raison de le faire : ces personnes doivent être détectées à l'arrivée et purement et simplement renvoyées à leur médecin.
    N'y a-t-il pas aussi des personnes qui viennent "en groupe" ? et donc à virer le plus souvent.
  • Par Philippe François • Posté le 10/12/2008 à 16:35 Vous soulevez deux questions:
    - D'après ce que vous dites, certains actes ne semblent pas correctement rémunérés, c'est cela qu'il faut corriger pour les hôpitaux comme pour les cliniques.
    - Si des personnes très âgées restent trop longtemps dans des services de pointe où il y a trop de lits ou aux urgences des hôpitaux, c'est qu'il manque des établissemsnts de suite (lire cette nième description du problème dans le livre du Professeur Sedel, "Chirurgien au bord de la crise de nerf"). Et si on corrigeait ce déséquilibre ?
  • Par Nell • Posté le 10/12/2008 à 16:35 C'est bien beau ce que vous dites cher monsieur, un simple fait : une dame âgée de 80 ans mal en point est accueillie dans un service d'urgence d'un hôpital privé, vu son état de santé et étant certain que sa DMS (durée moyenne de séjour) sera certainement élevée... l'hôpital privé ne risquera pas d'informer cette charmante dame qu'aucune place d'hospitalisation ne sera disponible pour elle, et la transfèrera vers un hôpital public qui bien évidemment l'accueillera.... par contre 10 minutes plus tard une place sera trouvée pour une autre charmante dame d'une cinquantaine d'année permettant une DMS beaucoup moins élévée et des actes médicaux bien mieux rémunérés.. à méditer...
  • Par PhL • Posté le 10/12/2008 à 10:13 Est-ce bien conforme aux réglements et traités européens d'empêcher une clinique privée de recevoir en urgence ?

    Si contrôle il y a, ce doit être en premier lieu un contrôle de qualité de la prestation, éventuellement un contrôle de coût mais certainement pas un contrôle sur l'opportunité.

    Comment font les autres pays européens et à quel coût ?

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.