Emploi et politiques sociales

Film : « La loi du marché »

Un miroir terrible pour les responsables

26 mai 2015 • Philippe François

la_loi_du_marche.jpg

C’est pour son rôle dans ce film que l’acteur Vincent Lindon a reçu le Prix d’interprétation à Cannes cette année. L’histoire d’un chômeur de cinquante ans qui se heurte à la dureté du monde du travail : la réalité pour toute une partie de la population française. Et un  acte d’accusation contre les responsables dont les erreurs et les lâchetés ont produit de trois à cinq millions de situations similaires à celle décrite par le film.   

Nulle caricature dans ce film. Les personnes que croise Thierry, chômeur, au cours de sa recherche d’emploi, puis dans son nouveau travail de vigile de supermarché, sont juste normales. Les agents de Pôle Emploi qui ne peuvent pas grand-chose pour les chômeurs, les casent dans des formations inutiles comme on leur ordonne de le faire pour abaisser les chiffres du chômage. Le recruteur, même si l’entretien se passe par vidéotéléphone, est correct et franc avec le candidat, et ne lui pose aucune question indiscrète. Le formateur fait son travail avec compétence. Le proviseur du collège est très attentif à l’avenir du fils handicapé du couple. L’employé de banque traite logiquement et poliment les demandes de son client. Le directeur du supermarché gère rationnellement son entreprise. Les vigiles qui interpellent les voleurs surpris en flagrant délit dans le supermarché respectent les procédures et traitent les voleurs avec fermeté mais politesse. Les acheteurs du mobil home qui refusent le prix souhaité par Thierry et son épouse, défendent leurs intérêts, exactement comme le fait le vendeur. Même la façon dont l’entreprise où il a travaillé pendant trente ans a été fermée, révoltante pour lui et ses collègues, est traitée avec une distance qui laisse chacun juger de la validité des raisons avancées.  

Ce film très sobre, où le seul acteur professionnel est Vincent Lindon (les autres jouent leur propre rôle), ne fait qu’évoquer les scènes de pathos violent comme le suicide d’une caissière, la remise à la police d’un retraité « très correct » incapable de payer les steaks qu’il a volés, ou le retour à la maison de Thierry qui vient d’abandonner son emploi de vigile qu’il ne supporte plus.   

Le drame des 10 % de chômage

Il n’empêche qu’après quinze mois de galère, et malgré le soutien constant de son épouse, Thierry est très atteint physiquement, psychologiquement et moralement. Et comme pour les millions de Français qui ont vécu un parcours similaire ou souvent pire, c’est le chômage, pas le marché, qui est à la source de tous ces problèmes. Seuls ceux supposés les plus  performants (jeunes mais pas trop, compétents, dynamiques, bonne santé, bon quartier,  pas de soucis familiaux…) trouvent du travail. Ils évincent même des emplois peu qualifiés, ceux qui devraient logiquement les occuper. Et comme toujours en cas de pénurie, qu’il s’agisse de logements, de nourriture ou d’emplois, les relations se tendent entre les personnes : au lieu de changer d’emploi, des salariés mécontents de leur sort restent en place ; et les employeurs en position de force utilisent la situation au mieux pour leur entreprise. Une démarche qui n’est pas spécifique aux « méchants » employeurs du privé, puisque c’est ce que fait l’État quand il recrute par concours ses fonctionnaires, choisissant ceux qu’il estime les meilleurs et rejettant les autres.

Agir

Jusqu’à présent, la réaction classique des gouvernements et des parlementaires a été de multiplier les embauches sur des emplois non-marchands (fonctions publiques, emplois « jeunes ») et les règlements pour protéger les plus faibles (minorités, familles monoparentales, jeunes, vieux), sans aucun résultat. En parallèle des mesures pénalisant l’investissement privé (taxations, règlementations) ont découragé les entreprises et les entrepreneurs de travailler en France.   

Pour atténuer la dureté actuelle du monde du travail, la seule solution est de rétablir l’équilibre sur le marché du travail entre salariés et employeurs, en réduisant le chômage : un retour à la situation qui existait quand le chômage était à 3%, où tout le monde trouvait rapidement du travail. Il faut donc s’attaquer aux causes de fond du problème au lieu d’en traiter les conséquences. Le plan des 100 jours de la Fondation iFRAP avait résumé les mesures essentielles : autonomie des établissements de l’éducation nationale et des universités, suppression du statut de la fonction publique hors domaines régaliens, autonomie des hôpitaux publics, ouverture à la concurrence de l’assurance maladie, simplification du  droit du travail et notamment du droit  du licenciement, baisse des dépenses publiques et du taux de prélèvements obligatoires, régime unique de retraites par répartition, dé-bureaucratisation de l’agriculture, privatisation et ouverture à la concurrence des monopoles publics.     

Tant que ces réformes ne seront pas mises en œuvre, des artistes de talent continueront à faire des films qui arracheront des larmes aux spectateurs, mais surtout, espérons-le, des remords à nos responsables politiques. Car au lieu de «  La loi du marché » le titre de ce film aurait dû être « L’échec des responsables politiques ».

 

Commentaires

  • Par Pascak • Posté le 14/06/2015 à 16:26 Arrivant d'une assurance privè vers la SS, quelle n'a pas ètè ma surprise de me confronter a autant de formalitès inutiles, repetitives et extremement couteuse en temps et en appel tel. En moins de 3 semaines, j'ai recu 17 lettres indicant souvent les memes chose ou alors carrement son contraire. C'est plus de lettres qu j'ai recu de mon assurance privè en 10 ans !!! et pour 2,5 fois e prix que je payais auparavent. Un seul mot me vient quand je pense a tous ces fonctionnaires de la SS: PARASITES
  • Par Bernard • Posté le 02/06/2015 à 10:02 des années d'incompétence et de démagogie ont ruiné notre beau pays; nos jeunes, quand ils le peuvent, quittent la France; c'est triste mais on les comprend; nous nous disons souvent que si nous avions 20 ans de moins, nous partirions aussi vers un pays ou l'avenir est prometteur. Ici, j'ai l'impression d'être prise en otage par des institutions corrompues, inefficaces et envahissantes. Nous devons travailler toujours plus pour payer toujours plus et nous sommes fatigués. Je plains nos enfants, ceux qui restent, le pire reste à venir.
  • Par Villard • Posté le 31/05/2015 à 11:58 Excellent article sur votre blog! Continuez, on a vraiment besoin de l'IFRAP
  • Par Jidé • Posté le 30/05/2015 à 12:26 Pourtant les directives européennes de 96, transcrites en droit français en 2001 permettaient de choisir pour sa retraite et sa protection sociale l'organisme de son choix?

    Comme ce n'est pas appliqué il ne faut pas s'étonner de payer à Bruxelles près de 600 millions d'euros par an en amendes et astreintes!!

    Réponse : malheureusement, la directive de Bruxelles est très complexe, et son interprétation en France et à Bruxelles est que les Français ne peuvent pas choisir librement leur caisse de retraite ou d'assurance maladie.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.