Emploi et politiques sociales

Cols rouges de Drouot : les affaires d'un petit monopole

30 septembre 2010 • Philippe François

arton11762.jpg

A l'iFRAP on est habitué à ce va et vient incessant de camions dans le quartier, et on a souvent croisé ces « Cols rouges » en train de charger et de décharger des meubles, des tableaux ou des bibelots, des plus ordinaires aux plus précieux. Leur histoire est savoureuse. Tous Savoyards en principe, organisés en une coopérative, une confrérie même depuis 1832, ils étaient chargés de la manipulation et du transport des objets à vendre et vendus aux enchères à la salle Drouot. Ce travail pénible était recherché parce qu'en plus d'un salaire de base de 4.000 euros par mois, les commissionaires recevaient régulièrement des pourboires pour de menus services, tout à fait légaux, qu'ils rendaient aux acheteurs et aux vendeurs. Une belle histoire, presqu'un conte de fées. On avait simplement oublié qu'il s'agissait d'un monopole.

Les commissaires priseurs

Au-dessus de ces manutentionnaires, les Commissaires Priseurs ont aussi bénéficié d'un véritable monopole pendant 4 siècles, jusqu'à ce que Bruxelles impose à la France l'ouverture de cette profession. Non seulement leur monopole semblait peu justifié, mais il provoquait la fuite de nombreux objets que leurs propriétaires préféraient vendre à l'étranger. Malgré des protestations vigoureuses, (lire l'article de l'Express qui détaille ces guerres picrocholines), la France avait dû s'incliner en 2000. Est-ce à cause de l'inertie inhérente aux monopoles que la place de la France dans les ventes les plus prestigieuses avait considérablement baissé et que les plus grandes entreprises de vente aux enchères (Sotheby's, Christie's …) n'ont pas été créées en France malgré la richesse de son patrimoine ?

Les commissionnaires

Les 110 commissionaires étaient au service des commissaires priseurs mais ceux-ci étaient mal placés pour reprocher aux Cols rouges leur monopole de fait. Ils ont donc conservé leur privilège jusqu'aux affaires des accusations de vols en bande organisée révélées en 2009 mais qui auraient duré depuis très longtemps. Bien avant 2009, les trois problèmes classiques des monopoles s'étaient naturellement manifestés :

- Une attitude de monopole

Depuis que les langues se délient, on apprend que les commissaires priseurs eux-mêmes (pourtant leurs employeurs ou leurs clients selon la façon dont on les considère) devaient « filer doux » devant les commissionnaires pour ne pas s'attirer de mesures de rétorsion. Un commissaire (voir le Figaro Magazine du 25 septembre 2010) qui avait porté plainte il y a 10 ans s'est vu interdire l'accès au quai de déchargement des objets et a subi d'autres brimades plus discrètes.

- Un coût et un niveau de service arbitraires

Faute d'appel à la concurrence, les commissaires priseurs n'avaient aucun moyen de savoir si le service qui leur était rendu et son coût étaient optimums. Tout ce qu'ils savaient c'est qu'on avait toujours fait comme cela.

- Des tentations quasiment irrésistibles

Comme toujours avec les monopoles, leur position de force ouvre des possibilités de monnayer des faveurs aux clients (pour une denrée rare - ex : logement-, ou plus vite, ou un traitement spécial) ou d'obtenir des privilèges (ex : temps de travail pour les contrôleurs aériens, comité d'entreprise très spécial pour les salariés d'EDF). Dans le cas présent, certains des commissionnaires sont allés plus loin puisqu'ils auraient carrément volé des objets et de façon tout à fait organisée.

Une solution si simple

Instruits par cette aventure, les commissaires priseurs de Drouot ont tout simplement lancé un appel d'offres et choisi une entreprise fournissant ce genre de service. Rendus prudents, le contrat est à durée limitée. Dans 2 ans, les commissaires priseurs de Drouot lanceront un nouvel appel d'offres pour vérifier s'ils peuvent trouver mieux, ou moins cher.

Cette crise de deux petites structures illustre une nouvelle fois les dégâts inhérents aux monopoles. On imagine ce que ce doit être avec les grandes. Car malheureusement, une fois le monopole en place, il est très difficile de savoir ce qui se passe à l'intérieur.

Depuis 20 ans, plusieurs monopoles ont été supprimés : la distribution du Livret A, les télécommunications, le transport aérien, une partie du courrier, l'électricité, le gaz, les paris sur Internet… Il reste encore beaucoup de domaines à ouvrir à la concurrence du secteur privé : une grande partie du transport ferroviaire, les régies municipales de fourniture d'eau, l'impression des billets et la fabrication des pièces de monnaie, la fabrication des passeports, les HLM, le Pôle Emploi, l'Assurance Maladie…

Commentaires

  • Par DANIEL74 • Posté le 01/10/2010 à 11:26 Quand l'état veut, il peut surtout s'il n'y a aucun hauts fonctionnaires concernés. Ne peut-il le faire avec la SNCF, les dockers, les aiguilleurs du ciel et le C.E.S.E ?
  • Par Philippe François • Posté le 01/10/2010 à 09:23 Je ne crois pas, à condition que l'Etat ne s'en mêle pas. Sinon, les petits dynamiques (Google, Nokia, Facebook, Lidl, ...) finissent toujours par supplanter les gros, avant de devenir (souvent) gros et bureaucratiques eux-mêmes.
  • Par nenuphar • Posté le 01/10/2010 à 09:23 En théorie, ils sont illégaux, au moins en france? or, chaque jour nous apprend l'absorption d'un plus petit concurrent par un plus gros: n'est-ce pas, et mondialement, une orientation définitive vers des monopoles de + en + puissants donc intouchables?
  • Par beligue • Posté le 01/10/2010 à 06:44 "Depuis 20 ans des monopoles ont été supprimé"

    Excusez moi, mais à mon échelle je ne vois pas d'amélioration depuis 20 ans je vois plutot une détérioration à tous niveaux

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.