Retraite

Présidentielle 2017 : ce qu’ils proposent pour les retraites

12 avril 2017 • Manon Meistermann

retraitepr2017.jpg

Les systèmes de retraite constituent l'un des postes de dépenses de loin les plus importants de notre protection sociale. Et avec 14% du PIB, ce système est parmi les plus chers des pays d’Europe. Compte tenu du vieillissement de la population et des changements dans les risques sanitaires que ce vieillissement entraîne (prédominance des maladies chroniques et liées à la dépendance), mais aussi compte tenu du poids de la dette sociale (135 milliards d’euros restent à amortir par la Cades), ces deux piliers de notre protection sociale doivent être réformés, ce qui implique de ne pas avoir peur de repenser notre modèle social. Seulement 3 candidats à l'élection présidentielle proposent une vaste réforme structurelle tendant vers un régime de retraite unique : François Fillon, Emmanuel Macron et Nicolas Dupont-Aignan qui est aussi le seul à proposer un système par points pour les nouveaux entrants. 

Nathalie Arthaud

Age de départ à la retraite : 60 ans avec une réduction de la durée de cotisation à 37,5 annuités.

  1. Augmentation des pensions de 300 euros.
  2. Instaurer un montant minimum de retraite, sur le modèle du smic.

François Asselineau

Age de départ à la retraite : « Arrêt immédiat de l'augmentation du nombre d'annuités (plafonné à 41) et du rapport de l'âge légal. »

  1. Inscrire dans la Constitution le principe de la retraite par répartition et celui d'une retraite minimale pour assurer à chacun une existence convenable.
  2. Consolider le système de retraite par répartition
  3. Réexaminer, de façon générale et complète, la question des retraites dans un cadre dégagé des instructions européennes.
  4. Assurer un minimum vieillesse équivalent à 950 euros par mois

Jacques Cheminade

Age de départ à la retraite : 62 ans mais avec 42 ans et six mois de cotisations pour tous ceux nés après 1969.

  1. Clarifier la question de l’âge de départ à la retraite avec une commission tripartite Etat/salariés/employeurs qui devra examiner métier par métier ceux qui justifient, notamment en fonction de l’espérance de vie qui leur est attachée, un départ anticipé. Les médecins du travail examineront le cas de chaque salarié dans ce cadre.
  1. Revalorisation de toutes les retraites au niveau du smic et les pensions de réversion relevé à 75 %. Dans l’immédiat, les retraites les plus modestes doivent être accrues de 200 euros. Cela doit valoir pour les retraites et les réversions des agriculteurs, des artisans et commerçants et leurs conjoints.
  2. Plafonnement des retraites à dix fois le SMIC,
  3. Indexer le niveau de toutes les retraites sur celui des salaires en se basant sur un indice des prix traduisant plus fidèlement la réalité que l’actuel, dont la sous-évaluation est incontestable par rapport aux besoins réels d’un ménage moyen.
  4. Augmenter tout de suite de 100 euros par mois l’allocation de solidarité des personnes âgées (ASPA, auparavant appelée minimum vieillesse).
  5. Pour que les médecins du travail, assistés par les inspecteurs, établissements eux-mêmes les situations de pénibilité au cas par cas et sur la base de leur expérience, sans une surcharge de critères qui entraîne les contestations.
  6. La solution de la capitalisation doit être dans ce contexte rejetée une fois pour toutes

Nicolas Dupont-Aignan

Age de départ à la retraite : 62 ans, sans changement de la durée de cotisation.

  1. Moderniser notre système de retraites en instaurant un unique organisme pour tous et un système unique à points pour les nouveaux cotisants.
  2.  Instaurer un système de retraites par point pour les nouveaux cotisants. La valeur du point sera revalorisée chaque année pour que les retraités puissent améliorer leur niveau de vie. De plus, le système par point permettra à chaque cotisant de connaître à tout moment le montant de sa pension en fonction de son départ à la retraite.
  3. Augmenter les droits de retraites pour les mères de 3 enfants et plus. 
  4. Financer le système en augmentant le nombre de cotisants, c'est à dire en créant 2 millions d'emplois sur le quinquennat. Réaffecter 8 milliards de contribution nette au budget de l’Union Européenne au financement des petites retraites soit une augmentation de 100 € par mois pour 6 millions de retraités.
  5. Valider plus souplement des trimestres de cotisation vieillesse pour les femmes d’artisans, de commerçants et d’agriculteurs qui ont œuvré à l’activité de leur conjoint. Rétablir complètement la 1/2 part fiscale pour les veuves et s’opposer à toutes réformes allant dans le sens d’une diminution des pensions de réversion. 
  6. Indexer les retraites à minima sur l’inflation pour augmenter les retraites chaque année de manière juste : les retraités ne doivent plus perdre de pouvoir d’achat.
  7. Mieux prendre en compte la pénibilité du travail pour tous les travailleurs du privé et du public ainsi que les situations de handicap.

François Fillon

Age de départ à la retraite : 65 ans pour l’âge légal, 63 ans pour les personnes ayant commencé à travailler jeunes, l’’âge maximal du taux plein sera maintenu à 67 ans.

  1. Harmonisation des régimes privés, publics et spéciaux : âge de départ à la retraite, modalités de calcul de la pension, etc. Ajout de mars 2017 : S’agissant des régimes spéciaux d’entreprises, les nouveaux entrants seront affiliés au régime général ;
  2. Suppression du compte pénibilité.
  3. Ajout du 30 janvier 2017 : Augmenter de plus de 300 euros par an toutes les pensions de retraite du régime de base inférieures à 1 000 euros. Augmenter d'au moins 600 euros par an, les petites retraites de réversion dès le début du quinquennat. 
  4. Proposition de la primaire qui ne figure plus dans le projet présidentiel du candidat : Mise en place d'un étage de retraite par capitalisation du type PERCI / PERP, mise en place d'un régime par points et fusion des retraites de base et complémentaires ;

Benoît Hamon

Age de départ à la retraite : 62 ans, sans changement de la durée de cotisation.

  1. Inclure le temps consacré aux engagements associatifs dans le calcul des droits à la retraite. 
  2. En faveur de la prise en compte de la pénibilité dans le cadre du calcul des cotisations. 
  3. Augmentation du minimum vieillesse.

Jean Lassalle

Age de départ à la retraite : 62 ans, sans changement de la durée de cotisation.

  1. Ouvrir des droits à la retraite quelle que soit la durée travaillée, non plus seulement en trimestres.
  2. Ne plus inciter au départ une fois atteint l'âge de la retraite.
  3. Abolir les régimes spéciaux en matière sociale.

Marine Le Pen

Age de départ à la retraite : 60 ans avec une durée de cotisation de 40 annuités pour une retraite à taux plein.

  1. Abaissement de l’âge de la retraite pour les mères ayant élevé au moins trois enfants ou ayant élevé un enfant handicapé.
  2. Pour les travailleurs ayant débuté leur activité professionnelle précocement, des négociations par branche et par secteur détermineront les modalités d’une possible dérogation à cette règle des 60 ans.
  3. Un calendrier devrait être défini et ajusté en permanence, en fonction de la situation financière de la Nation. élargir l'assiette du financement des retraites aux revenus du capital pour financer notamment l’ensemble des prestations qui relèvent du principe de solidarité nationale et non du principe d’assurance : minimum vieillesse, bonifications pour enfants, cotisations du salaire parental, etc.

Emmanuel Macron

Age de départ à la retraite : 62 ans, sans changement de la durée de cotisation.

  1. Favorable à un système de retraite par points.
  2. Mettre les régimes de retraite au service du financement : sur les 130 milliards d’euros que représentent ces régimes, 15 à 20 milliards d’euros pourraient être réorientés vers le financement de l’économie réelle, et donc vers la création d’emplois et d’activités économiques.
  3. Construire un régime universel de retraite indépendant du statut (salarié, indépendant ou fonctionnaire). Un système universel avec des règles communes de calcul des pensions sera progressivement mis en place. Le fait de changer d’activité ou de secteur sera sans effet sur les droits à la retraite. Avec un principe d’égalité: pour chaque euro cotisé, le même droit à pension pour tous.

Objectif fixé : ne pas toucher à l’âge de départ à la retraite, ni au niveau des pensions. 

Jean-Luc Mélenchon 

Age de départ à la retraite : 60 ans avec une durée de cotisation de 40 annuités pour une retraite à taux plein.

  1. Recul de l’âge de départ à la retraite, coût estimé à 18 milliards d'euros par an.
  2. Revaloriser les pensions de retraite au niveau du smic pour une carrière complète et porter le minimum vieillesse au niveau du seuil de pauvreté. Pour un coût de 15,8 milliards d'euros par an.
  3. Assurer le financement durable des régimes de retraites solidaires, intergénérationnelles et par répartition, par la mise à contribution des revenus financiers des entreprises, par l’augmentation du nombre de cotisants et de l’assiette des cotisations (créations d’emplois, hausse des salaires, recul de la précarité, hausse de l’activité des femmes, etc.) et de leur taux, la fin des exonérations fiscales pour les régimes de retraite par capitalisation.

Philippe Poutou

Age de départ à la retraite : 60 ans avec une réduction de la durée de cotisation à 37,5 annuités  (55 ans pour les travaux pénibles). 

Pour une protection sociale élargie assurera des retraites correspondant aux meilleurs salaires.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.