Agriculture et énergie

Éolien : un remarquable effort de transparence d'EDF/RTE

08 février 2012 • Philippe François

arton12540.jpg

Le site de EDF/RTE fournit chaque jour, en temps réel, les prévisions de production éolienne du jour suivant et la production effective du jour. Un remarquable effort de transparence de la part du gestionnaire du réseau électrique qui permet par exemple de juger de la contribution de cette énergie dans la période de grand froid de février 2012.

Prévisions de production éolienne en France : taux de charge prévus

Données du 5 février 2012 de 0 à 24 heures

GIF - 9.5 ko
Production éolienne

Le site de RTE donne accès aux informations sur la production éolienne suivantes :

  • les prévisions de production pour la journée à venir : ces informations sont disponibles et mises en ligne à 18h et sont qualifiées de « Prévisions de Référence » pour l'intégralité de la journée du lendemain.
  • les prévisions infra-journalières : il s'agit des prévisions recalculées au cours de la journée. Ces informations sont actualisées toutes les heures.

Nous avons conservé ici le seul affichage du taux de charge prévisionnel infra-journalier de la filière éolienne. Ce taux est calculé comme le rapport entre la production prévue et la puissance installée du parc éolien français.

La production d'électricité éolienne est intermitente

Comme prévu par la météorologie, les vents sont en général faibles pendant les épisode de grand froid et de canicule. Début février, la production est restée assez proche de la moyenne annuelle (25 % de la puissance installée) grâce à la dépresssion qui est restée au voisinage des côtes françaises. Le 5 février, on voit que la production d'électricité éolienne a été forte pendant la nuit alors qu'elle était inutile, et faible entre 17 et 22 heures pendant les pics de consommation. C'est pendant ces heures-là qu'il faut produire de l'électricité à partir de gaz en France et importer de l'électricité venant d'Allemagne produite à partir de gaz et de charbon. L'examen des courbes de production des jours voisins du 5 février montre l'extrême variabilité de la production éolienne, à la fois en quantité par jour (très faible les 3, 4 et 6 et très forte le 7) et suivant les heures du jour.

En 2012, on connaît le coût de revient d'un MWh éolien, mais on n'a toujours pas de réponse à la question "A quel prix un fournisseur d'électricité comme EDF ou l'un de ses concurrents (Direct Energie, Enercoop, GdF-Suez …) considère-t-il comme rentable d'acheter le MWh moyen des éoliennes sans subvention ? ". Pour que ce sujet soit tout à fait transparent, c'est l'information qui nous manque.

Commentaires

  • Par Philippe François • Posté le 23/03/2012 à 07:54 L'Espagne a accepté d'implanter des éoliennes sur les collines en bordure de mer ce qui permet de bénéficier de conditions de vent particulièrement favorables, mais présente l'inconvénient de créer une signature visuelle importante.

    Ces éoliennes bénéficient des avantages des éoliennes offshore sans en avoir le coût. Ceci explique que leur durée de fonctionnement annuel à pleine puissance soit sensiblement plus élevée que celle que l'on mesure en France (2200/2300 heures) et donc que le coût de production éolien du MWh soit compétitif. Les conditions d'ensoleillement de l'Espagne sont aussi un facteur favorable car il s'ajoute au vent barométrique un effet de brise thermique lié aux différences de température entre la terre et la mer, ou entre deux zones de terre avec des reliefs différents.

    Malheureusement ces conditions sont assez spécifiques.
  • Par Patrick Boulland • Posté le 23/03/2012 à 07:54 Je suppose que vous avez lu le décret sur le tarif de rachat et vu qu'il variait entre 2,8 et 8,2c/kWh pour l'éolien terrestre et entre 3 et 13c/kWh pour l'offshore.

    Ce tarif variable n'encourage pas à planter des éoliennes là où elles seraient le plus rentables car plus le vent est régulier moins l'électricité est rémunérée (à 2,8c/kWh on est bien en dessous de l'électricité nucléaire et je ne parle pas de l'EPR dont les estimations sont autour de 7 à 8c/kWh).
    Pour moi le meilleur exemple d'implantation de l'éolien est l'Espagne et je lis les publications de l'AEE qui font quelques fois référence à la production française :"Wind power, which is replacing more expensive, fossil fuel-based technologies in the electricity market, helped to keep the average price of electricity in Spain far lower than that of other European countries. While in the first two weeks of the month the average Spanish electricity market price stood at €51/MWh, in France it was more than double at €105/MWh. Moreover, in the first half of February wind energy accounted for 28.9% of average demand coverage. " (source http://www.aeeolica.org/en/new/wind-energy-output-in-february-reaches-a-...).

    Dans ce document http://www.aeeolica.org/uploads/documents/Observatorio Eolico 2011 ingles_baja.pdf?phpMyAdmin=nkH26XnGN7Ws3Rn1f-QjR33eVc7

    vous verrez que la variabilité de la production éolienne décroit fortement avec l'étendue du parc.
    Cordialement
  • Par Patrick Boulland • Posté le 23/03/2012 à 07:36 Je trouve curieux qu'il n'y ait pas de tarif spécifique heures de pointe, lequel inciterait à reporter une bonne partie de la consommation vers une autre heure.
    Avec 74% de nucléaire, la France est peu équipée pour s'adapter à une consommation irrégulière et elle paie très cher les kWh importés au moment de pointe.
    Beaucoup d'équipements (machine à laver...) sont programmables pour fonctionner à une autre heure et ceux qui chauffent avec des radiateurs électriques trouveront facilement des radiateurs à accumulation et reporter à une autre heure la consommation d'électricité.
    Nous allons avoir de nouveaux compteurs dits "intelligents" encore faudrait-il que la politique tarifaire soit adaptée au système de production pour que l'ensemble fonctionne à moindre coût.
  • Par P • Posté le 10/02/2012 à 13:35 Remarquable effort de transparence en effet et qui devrait persuader tout individu de bonne foi que le rendement par rapport à la puissance installée, donc à l'investissement (ignoré dans ce rapport) est particulièrement faible. Donc solution seulement romantique à l'usage de bobos urbains, si l'on ignore des dégâts infligés au paysage, et à son silence, mais cela ne nuit qu'à ces ruraux arriérés.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.