Retraite

Rétablir la confiance dès 2018

Cotisations retraite : des centaines de milliers d’euros par personne

18 janvier 2018 • Philippe François

cotis.jpg

« Tout euro cotisé donnera lieu au même montant de retraite ». Cette promesse d’Emmanuel Macron de rendre transparent le rendement du système de retraites est claire, mais pour être convaincante, il faudrait que chaque assuré sache combien il a cotisé : ce n’est pas le cas.

Côté montant de la retraite, l’information s’est nettement améliorée, même si des données comme les majorations de durée pour d’enfants ne sont pas encore renseignées automatiquement. Pour les actifs, grâce au Relevé individuel de situation (RIS) qui leur est envoyé tous les cinq ans à partir de 35 ans, et à l’Estimation indicative globale (EIG) envoyée à partir de 55 ans ; et pour les nouveaux retraités, grâce au guichet unique qui se met en place progressivement. Mais côté cotisation, il est pratiquement impossible pour un salarié de connaître le montant total des cotisations qu’il a consacrées à préparer sa retraite. Pour que cela change, les caisses de retraite doivent ajouter, sur chaque Relevé individuel de situation, le montant total des cotisations versées, par la personne et par son employeur. C’est indispensable pour que les Français connaissent objectivement leur situation et que l’engagement d’Emmanuel Macron soit tenu.  

L’ambiance conflictuelle qui a entouré les quatre réformes majeures des régimes de retraites réalisées en France depuis 1990, ont jeté un doute sur la viabilité du système à moyen terme. Interrogées, les jeunes générations sont convaincues 1) qu’elles seront spoliées, 2) qu’elles ne percevront que de très faibles retraites, et 3) que le système est injuste entre les différents régimes. En réalité, la situation n’est pas aussi catastrophique, mais nettement plus grave que ce qu’affirmait à nouveau en 2016 le gouvernement et ses experts chargés de l’éclairer : "L'équilibre financier des régimes de retraites est assuré".  

Un investissement individuel considérable

La principale dépense des actifs n’est pas consacrée à leur logement, mais à leur retraite. Un coût peu visible, une grande partie de cette charge étant supportée par l’employeur. Chaque mois, chaque salarié français (privé ou non titulaire de la fonction publique[1]) investit en moyenne 800 euros sur ses deux comptes retraites obligatoires (CNAV et ARRCO-AGIRC/IRCANTEC). Une somme importante pour un revenu brut moyen de 3.000 euros en 2017.

Dépense de consommation des ménages (en %, 2014, source Eurostat et iFRAP)

Electricité, gaz, eau

Habillement

Santé

Autres

Transport

Alimentaire

Loisirs, Boissons alcoolisées, Restaurant
Hôtel

Logement

Retraite

2,5

3,3

3,6

10,3

11,1

11,3

15,6

19,8

22,6

 
Pour un salarié de 20 ans commençant à cotiser en 2017 sur un salaire de 2.000 euros par mois évoluant comme l’inflation pendant 42 ans (cas A), le total de ses cotisations en euros constants 2017 serait de 272.160 euros. En réalité, son salaire évoluera généralement au moins comme le PIB (cas B). En supposant une croissance du PIB de 1,8% par an, au moment de son départ en retraite, ce salarié aura versé 401.569 euros constants 2017 à ses régimes de retraites. Le plus souvent, son salaire évoluera plus rapidement que le PIB au fur et à mesure de sa carrière : s’il progresse de 1% en moyenne de plus que le PIB (cas C), à 62 ans, il aura versé 506.693 euros. 
 

 

En euros constants 2017

Total des cotisations sur 42 ans

A

Correspondant à un salaire

fixe de 2.000 euros par mois

272.160 euros

B

Correspondant à un salaire initial de 2.000 euros par mois indexé sur le PIB (+1,8%)

401.569 euros

C

Correspondant à un salaire initial de 2.000 euros par mois indexé sur le PIB (1,8%)+1%

506.693 euros

D

Correspondant à un salaire initial de 2.000 euros par mois indexé sur le PIB (1,8%)+1%

avec réévaluation des cotisations versées

(voir encadré ci-dessous)

657.464 euros

 

 
Ces montants sont très importants et concrets pour les intéressés. Les actifs savent que leurs cotisations ne sont pas « stockées » jusqu’à leur départ en retraite mais qu’elles servent immédiatement à verser les pensions aux retraités. Mais il serait naturel que chaque salarié (chaque Français plus généralement) connaisse le total du montant de ses cotisations, un gage de responsabilisation tout au long de sa carrière et de renforcement de sa confiance dans le système. Cela leur permettrait aussi de savoir combien il perçoit pour chaque euro cotisé, et donc de faire clairement le lien entre les montants de ses cotisations et de sa retraite, comme le souhaite le président de la République.   
 

Cas D : calcul tenant compte de la réévaluation des cotisations déjà versées

Même dans un système par répartition, les points (ou les droits) déjà acquis par un assuré bénéficient des progrès du PIB grâce à l’augmentation des salaires des nouveaux entrants.

En supposant que les droits déjà acquis sont « réévalués » de 1,8% par an, le total des cotisations versées et réévaluées se monte, 42 ans plus tard à : 657.464 euros constants 2017.

« Devoir de cotiser, droit de savoir »

Dans le cas de la CNAV comme des ARRCO-AGIRC-IRCANTEC il est pratiquement impossible, à moins d’être un expert, de connaitre la rentabilité de ses cotisations versées pendant sa carrière, compte tenu d’une longévité moyenne. Cette rentabilité dépendant de facteurs externes au système de retraite (ex. démographie, taux d’emploi), ses gestionnaires ne peuvent pas en être rendu totalement responsables. Mais si cette opacité est commode pour les responsables politiques et les gestionnaires, elle n’est pas conforme en 2018 à l’exigence générale de transparence, et elle entretient des peurs excessives. Si le rendement est secret, redouter de perdre la moitié de ses cotisations est aussi crédible que s’imaginer en récupérer le double.

Conclusion

Le relevé individuel de situation (et l’Estimation indicative globale) regroupant tous les régimes obligatoires par répartition constitue un progrès majeur. Il permet aux intéressés de vérifier, bien avant la retraite, que toutes les informations sont bien enregistrées, et sensibilise les intéressés sur leurs perspectives de retraites. Mais comme le montrent les copies des documents joints, le montant des cotisations versées n’est pas fourni aux intéressés comme s’il était secret. Cette opacité interdit d’évaluer la promesse « 1 euro de cotisation = x euros de retraite », et ne peut qu’entretenir le doute sur le fonctionnement du complexe système de retraite. 


[1] Pour les régimes spéciaux (fonctionnaires, SNCF, EDF/GDF, RATP, Banque de France…), la situation est plus opaque mais similaire. 

Réactions


Sujet : Retraites du Privé
Commentaire : Bravo tout d'abord pour cet excellent article. Espérons que le gouvernement en tiendra compte.
En ce qui me concerne, retraité du Privé, je voulais attirer votre attention sur un sujet dont vous avez peut-être été déjà informés : le prélèvement sur nos retraites n'est pas de 1,7% comme annoncé un peu partout, et qui serait déjà suffisamment désagréable, mais de 1,86% car les 1,7% s'appliquent sur le Brut et pas sur le Net touché ! Je suppose aussi que pour rendre la mesure encore plus écœurante nous serons imposés à l'IR sur ce Brut déjà imposé. Il serait bon que ce scandale soit dénoncé, même si le sort des retraités "nantis" ne soulève aucune compassion dans un pays de "jaloux", comme dit Jupiter.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sujet : nos retraites soumises à un bradage du gouvernement
Commentaire : Combien d'années doit on vivre durant sa retraite pour qu'un cadre récupère
ses cotisations indexes.
prioori jamais

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sujet : CSG SUR LES RETRAITES
Commentaire : J'ai effectivement constaté avec surprise que le Gouvernement a réduit les retraites de plus de 1.7 % comme il s'y était engagé,encore une tromperie supplémentaire... Les retraités ont cotisé pour les anciens aujourd'hui ils cotisent pour les jeunes (double peine).
L'argument qui consiste à dire que cette mesure est de nature à relancer la consommation ne tient pas ! En effet, les deniers pris dans la poche des retraités pour être donnés aux salariés ne constituent en rien, une masse budgétaire supplémentaire.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sujet : Le montant des cotisations retraites
Commentaire : Votre article fournit des chiffres intéressants. Il y a bien longtemps qu'à son humble niveau, NewTonE dénonce l'ignorance des retraités du privé sur l'importance du montant cumulé des cotisations retraites salariale+patronale. Bien d'accord avec vous: si chaque salarié du privé pouvait connaitre tout au long de sa vie professionnelle , le montant cumulé des cotisations versées sur "son compte", il comprendrait mieux comment fonctionne son "régime de retraites", et risquerait de découvrir que toutes les "réformes des retraites" ne sont que des mascarades . Mais les diverses caisses de retraites n'ont aucune envie de voir rendus publics leurs comptes... Et surtout, imaginez ce qui se passerait s'il venait à l'idée d'un organisme honnête, donc indépendant du gouvernement des fonctionnaires (think tank , pourquoi pas parti politique, ..) de faire une comparaison claire entre le rendement des cotisations du privé, et ceux des régimes spéciaux à commencer par ceux des 3 fonctions publiques...Supposez que, dans cette étude, on définisse tout simplement le rendement comme le rapport entre cotisations versées (pendant toute la vie prof) et pensions reçues (tout au long de la retraite). Cette comparaison ferait apparaitre le taux réel des "cotisations décalées" que la République des Fonctionnaires consacre au règlement des pensions des fonctionnaires (entre autres "Agents Publics"). Quel scandale, quelle indignation en perspective... Tout milite en faveur d'un maintient dans l'obscurantisme. D'ailleurs votre étude reste sagement dans le cadre du régime de retraite des salariés du Privé: la majorité des citoyens, soumis à des contributions injustifiables (directement ou via leur employeur: voir votre article sur les SEUILS),pour financer en premier lieu les privilèges retraite des salariés du Public.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sujet : Augmentation CSG
Commentaire : Le gouvernement actuel prend des décisions beaucoup plus lâches politiquement que tous les gouvernements précédents.
En s'attaquant aux retraités, il sait (et surtout ce président "Jupiter") qu'il ne risque rien car les retraités sont pacifiques et ne "casseront" rien! Il est aussi très grandement aidé dans cette lâcheté par les syndicats et autres qui sont totalement aux abonnés absents!
Les retraités ont travaillé beaucoup plus durement qu'aujourd'hui et ont payé leurs cotisations pour avoir le droit d'avoir un revenu décent et en augmentation par rapport aux coûts de la vie'.
Contrairement à cela, ils doivent constater amèrement que non seulement, depuis quelques années, leurs retraites ont été bloquées et maintenant diminuées!!!! C'est une honte!!!!!
Et les députés qui ont votés cette loi, paient-ils aussi cette augmentation de la CSG????
Il y a sûrement d'autres pistes que celle-ci, mais sûrement avec beaucoup plus de risques !!!!
Malheureusement ce gouvernement n'a pas ce minimum de courage pour les affronter (voir le revirement complet sur l'aéroport des Landes )!
Ça ne peut pas durer!

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sujet : cotisations retraites
Commentaire : Votre optimisme sur le système actuel ignore la lourdeur des prélèvements patronaux , qui pèsent quand même pas mal sur notre compétitivité, non?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sujet : Rendement des cotisations retraite
Commentaire : Il serait utile de compléter cette inintéressante étude en examinant le rendement de ces cotisations et en le comparant avec celui des régimes par capitalisation. On mesurera alors la déperdition du système actuel pour les régimes de droit commun due au coût de la gestion des différents régimes ( sur effectif, manque de productivité ) et à leur multiplicité ( Une de mes caisses me sert 15.00€ de rente par mois ) mais également aux transferts en faveur des régimes spéciaux. Il n'existe qu'une seule solution: un régime unique pour les retraites de base et complémentaires. Cela implique la fin sans délai des régimes spéciaux, mais contrairement à ses engagements, le Président MACRON reculera devant la difficulté, on sait depuis cette semaine que comme ses deux prédécesseurs il est dépourvu de tout courage.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sujet : rendement des cotisations retraite
Commentaire : Il y a quelques années, l'association Sauvegarde Retraites avait fait une étude de rendement comparé des cotisations retraite des différents secteurs privés, publics et spéciaux : 1 euro cotisé engendre X euros de retraite. De mémoire, les écarts allaient de 1 à 5 entre un retraité du privé et un retraité de la SNCF.
Il serait peut-être intéressant de reprendre cette étude, d'examiner si elle "tient la route" et de la réactualiser.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.