Société civile

État et collectivités

Régions, des économies sont possibles

N° 161 • 22 octobre 2015 • Pierre-Andrea Pineau

Les 6 et 13 décembre prochains, les électeurs vont élire leurs nouveaux conseils régionaux dans les 13 régions métropolitaines, en Guadeloupe et à la Réunion. La Guyane et la Martinique éliront leur collectivité territoriale qui cumule les compétences exercées par les conseils généraux et régionaux. Initialement prévues en mars 2015, ces élections ont été repoussées à décembre pour permettre la mise en place de la nouvelle carte des régions (loi MAPTAM) et d’achever le processus législatif concernant la nouvelle carte de compétences entre les différents échelons institutionnels (régions, départements, intercommunalités, communes) grâce à la loi NOTRe.

Alors que tout le monde s’interroge sur les surcoûts inévitables liés aux fusions et à la nouvelle répartition des compétences, la Fondation iFRAP montre qu’il n’y a pas de fatalité et que de réelles marges de manoeuvre existent. Grâce à cette étude, on constate qu’il est possible d’économiser :

  • 2,99 milliards d’euros sur les dépenses de fonctionnement ;
  • 4,08 milliards d’euros sur les dépenses d’investissement ;
  • 2 237 ETP sur 80 000 agents en réduisant le niveau de l’absentéisme.

Commentaires

  • Par Martin Randrianoely • Posté le 01/12/2015 à 18:53 Pour nous permettre d'élucider les parties prenantes de notre pays.
  • Par GALTEAU • Posté le 30/10/2015 à 12:01 Des économies sont bien sûr possibles ET souhaitables. Cela supposerait le minuscule "seulement préalable": changer le mode de raisonnement des dirigeants régionaux pour qui gouverner est dépenser, avec l'excuse que toute dépense administrative est produit pour le PIB. Voilà d'ailleurs une vraie réforme à apporter: la calcul du PIB.
  • Par filhoulaud • Posté le 30/10/2015 à 10:33 Et que fait on pour les 21 conseils economiques et sociaux regionaux et les vingt et un FR3 apres le 13 decembre ??
  • Par bouvier • Posté le 29/10/2015 à 15:39 Tout le monde connais la solution :

    C est l'application du délai de carence de 3 jours applicables au salariés du privé aux fonctionnaires dans un soucis d'équité.

    Manque le courage politique...