État et collectivités

Le palmarès de l'absentéisme dans les grandes villes

19 mai 2016 • Christian ArnaultSandrine Gorreri

b2uz9eriiaicwgt.jpg

Faisant suite à l'étude sur l'absentéisme dans les 30 premières villes de France de 2014 (chiffres 2011), la Fondation iFRAP continue son enquête avec la consultation des bilans sociaux 2014 des 50 plus grandes villes (chiffres 2013). Ayant participé au comparatif 2014, il faut regretter que les villes de Montpellier (qui arrivait en tête avec 39,16 jours d'absence par agent en moyenne), du Mans, de Caen et d'Angers, n'aient pas répondu à nos demandes de bilans sociaux. Dans le nouveau palmarès, les villes de Boulogne, de Dijon, de Rouen, de Brest et de Paris n'ont pas non plus communiqué de données exploitables par nos équipes. 

Ce qu'il faut retenir du palmarès de l'absentéisme dans les plus grandes villes de France :

  • En 2013, c'est la ville d'Amiens qui arrive en tête du classement avec 39,94 jours d'absence par agent, suivi de Marseille (36,80), Avignon (35,07) et Grenoble (34,84).
  • Les fonctionnaires sont plus absents que les agents non titulaires de la fonction publique : A Amiens, les fonctionnaires sont 3,4 fois plus absents que leurs collègues non titulaires (49,3 jours contre 13,7 jours). Si l'on regarde uniquement l'absentéisme des fonctionnaires, le classement change puisque après Amiens, on trouve Montreuil (45,7), Toulon (45) et Argenteuil (39,5). 
  • Il n'y a qu'à Saint-Etienne, que les non titulaires sont presque autant absents que les fonctionnaires : respectivement, 26,9 et 32,1 jours d'absences par agent et par an, en moyenne. 

La moyenne des chiffres de l'absentéisme :

  • 24,5 jours par an et par agent dans les communes.
  • 19 jours par an et par agent dans les départements.
  • 27,7 jours par an et par agent dans les conseils régionaux.
  • 16,7 jours par an et par salarié dans le privé (selon les données d'Alma consulting).

Nombre de jours d'absences toutes causes par agent, dans les 50 plus grandes villes de France, en 2011 et 2013

Données mis à jour dans un article du 22 décembre 2016, cliquez ici.

Nombre de jours d'absence chez les agents titulaires (fonctionnaires) et les agents non titulaires, en 2013

Rappel des chiffres de l'absentéisme dans les communes, les départements, les conseils régionaux et chez les enseignants en France

Méthodologie  utilisée lors de l’étude sur l’absentéisme des Grands Villes

Le Bilan Social traite principalement  les aspects suivants :
- Les effectifs
- Le recrutement, la mobilité des agents, les carrières
- La rémunération
- Le temps de travail, l’absence et la santé au travail
- La formation
- Le dialogue social

Les Bilans Sociaux ne concernent que les entités supérieures à 300 agents.
Les communes qui  diffusent un Bilan Social sous le format DGCL le font tous les deux ans (typiquement 2009, 2011, 2013) Les communes qui diffusent sous format libre le font pratiquement tous les ans.

Les bilans sociaux se présentent sous deux formats principaux, le format de la DGCL, ou le format libre, dans lequel elles améliorent la présentation des données avec des textes et des graphiques.

Les Bilans Sociaux reçus le sont sous forme électronique, papier, CD ….

Bilans Sociaux format DGCL (72% sur notre échantillon) :

Dans tous les bilans sociaux  reprenant le formulaire de la DGCL les jours d’absences sont exprimés en jours calendaires (unité ramenée  à l'équivalent en jours calendaires)

L’indicateur utilisé est le 211. Les absences enregistrées dans ce compteur concernent les agents occupant un emploi permanent (fonctionnaires et agents non titulaires, hors formation, jours de grève et absences syndicales).

Il comprend :
- La maladie ordinaire
- La longue maladie (et assimilé)
- Les accidents du travail (trajet et service)
- La maladie professionnelle (et assimilé)
- Maternité, Paternité, adoption.
- Autres raisons (exprimées en jours ouvrés !?)

A noter que le taux d’absentéisme n’est pas calculé dans le questionnaire de la  DGCL.

Bilans Sociaux Format  Libre (28% sur notre échantillon):

Les Bilans Sociaux  en format libre ne présentent pas toujours les mêmes indicateurs  que les bilans sociaux sous format DGCL, par exemple le type d’unité servant au décompte n’est pas toujours spécifié  (jours calendaires ou ouvrés …..)

Dans certains cas :
-  Tous les types d’absences ne sont pas documentés.
-  Les données fournies ne concernent par exemple que les accidents de travail, les absences pour maladie avec ou sans la parentalité.....
- Les moyennes exprimées en jours d’absence par cause ne le sont que pour les effectifs concernés.
- Les résultats aussi ne sont pas toujours exprimés en jours d’absences mais en taux d’absentéisme soit global, soit par cause ……et Il n’est pas toujours possible de reconstituer les valeurs en jours afin que la comparaison soit possible entre les différents formats.

Précisions :

La répartition des absences entre Fonctionnaires et autres agents n’est pas systématique dans les Bilans Sociaux  sous format libre.
Par contre le format libre permet de détailler les actions entreprises pour faire baisser l’absentéisme etc.

En 2014 les études sur les Bilans Sociaux pour les départements, les régions concernaient l’année  2011 et les absences « toutes causes » étaient « hors parentalité ».

Dans notre dernière enquête  sur les grandes villes les résultats en jours sont  exprimés :
- Toutes Causes 
- Toutes Causes Hors Parentalité
- Maladie Ordinaire

 

Commentaires

  • Par didier SANDMAN • Posté le 16/06/2016 à 17:05 "J'ai pris un congé maladie pour venir manifester" dit "Sandra" citée dans l'article du Monde "A Paris, un défilé d'ampleur émaillé de violences" daté du 16 juin 2016, page 11. Sandra est-elle fonctionnaire ou employée d'un grand groupe ? En tous cas, bel exemple d'absenteisme sans état d'âme
  • Par suaud • Posté le 01/06/2016 à 14:47 il suffit d'un agent en longue maladie pour plomber les chiffres de l'absentéisme. Si 4 agents font tourner un service et que l'un d'entre eux tombe en longue maladie, ils se retrouvent à 3 à travailler pour 4 (je l'ai vu à titre personnel), et vous allez leur dire qu'ils sont nuls parce que dans leur service il y a 25 % d'absentéisme....

    (mais vous avez raison sur le fait que le statut permet des abus).

    pour les profs, il faudrait qu'ils soient recrutés par les collectivités (exit l'éduc
  • Par pascal • Posté le 31/05/2016 à 10:13 Bonjour, votre analyse intègre sans différenciation les absences pour maladie ordinaire, accident du travail et les congés liés à l'arrivée d'un enfant.

    Ne devriez vous pas comparer ce qui est comparable et chercher une analyse plus fine. Par exemple, il me semble que les congés parentalité devrait être analysés à part ainsi que les accident du travail. Déjà sur le fond, il s'agit d'absentéisme n'ayant pas la même signification que celle liée à la maladie et ensuite au niveau de l'analyse il faut le ramener au taux d'emploi féminin (souvent plus représentées dans la FP 61% dans la FP contre 44%). Rien que sur les 16 semaines de congé maternité représentent 112 jours d'absences. Il me semble donc que vous avez conservé les absences pour parentalité car elles correspondent à vos hypothèses. Ce que j'appelle une "recherche" orientée.
  • Par Patrick Lhoumeau • Posté le 24/05/2016 à 10:01 Il serait intéressant de communiquer ces études aux candidats à la future présidentielle et de leur demander les solutions qu'ils envisagent pour remédier au problème. Rétablissement des jours de carence ou contrat unique de travail ?

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.