Emploi et politiques sociales

"Quel modèle économique pour la France ?" : la Fondation iFRAP au Forum des Think Tanks

Le 6 novembre 2010, à Paris

10 novembre 2010 • Agnès Verdier-Molinié

arton11808.png

Samedi 6 novembre 2010, Agnès Verdier-Molinié, directeur de la Fondation iFRAP, est intervenue au Forum des Think Tanks sur le thème : "Quels modèles de développement, pour quelles finalités ?"


Nous n'avons plus les moyens de notre modèle social fondé sur l'État providence. Le problème majeur qui se présente à nous est l'explosion des dépenses sociales : plus de 550 milliards d'euros chaque année qui nous placent depuis 2007 au premier rang mondial (en pourcentage de PIB). (…) Le nouveau dogme du « à chacun selon ses besoins » a une limite : les possibilités budgétaires de l'Etat et de la Sécurité sociale.

Dans son rapport d'octobre, la Commission Attali pour la libération de la croissance a insisté sur la nécessité de réduire la dette publique française en taillant dans les dépenses, « pour permettre la croissance ». C'est maintenant économiquement prouvé : au-delà d'une dette publique correspondant à 90% du PIB, tout déficit supplémentaire se traduit par une contraction de la croissance.

Nous avions en 2009 déjà 55,6% du PIB en dépenses publiques contre 47,6% en Allemagne. C'est plus de 100 milliards de dépenses publiques toutes politiques publiques confondues, qu'il s'imposerait de supprimer chaque année pour redonner du souffle à la France et converger résolument vers l'Allemagne. Réduire les dépenses publiques serait plus efficace qu'une hausse des prélèvements pour lesquels nous sommes déjà à saturation (43% quand l'Allemagne est à 39,5% et la Grande-Bretagne à 38%, même avec les hausses d'impôts prévues). (…)

Chez nos voisins d'Europe, la crise des dettes publiques a amené les gouvernements à prendre des mesures de rigueur ambitieuses. Les Britanniques coupent les prestations sociales (maximum 26.000 livres par foyer fiscal et par an), les emplois publics, les subventions et 81 milliards de livres de dépenses publiques, quant à l'Allemagne, elle poursuit sa coupe dans les dépenses publiques et sa gestion rigoureuse. L'avenir du modèle social français n'est plus dans de multiples mesures de béquilles sociales mais dans une redéfinition du périmètre public à l'instar de ce que fait le gouvernement Cameron avec la Big Society. Mais surtout notre avenir, et la Fondation iFRAP se bat au quotidien pour cela, est dans la dynamisation du financement au démarrage de nos entreprises qui créent des emplois. Qui peut encore oser dire que la décroissance crée des emplois ?
Choisir un modèle qui renoue avec la croissance, c'est choisir de vaincre le chômage. (…)

Je vous remercie pour votre attention.

[(

Nos propositions

- Réduire le périmètre de l'Etat

- Identifier un maximum de prestations sociales versées par foyer fiscal

- Mettre la fiscalité au service d'un seul but : financer les entreprises et les emplois

- Concentrer le Parlement sur un contrôle efficace des dépenses publiques )]

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.