Emploi et politiques sociales

Livre
La société des égaux, de Pierre Rosanvallon

12 octobre 2011 • Philippe François

arton12328.png

Pierre Rosanvallon vient de publier aux éditions du Seuil "La société des égaux". Voici notre avis sur ce livre qui décrypte ce que l'on peut entendre par "égalité".

- Un impressionnant livre d'histoire des idées,

- Une analyse approfondie et subtile des différents concepts d'égalité

- Directement utile en 2011 : un rappel des régimes de terreur où ont mené les fanatismes égalitaires

Liberté, Égalité, Fraternité. A priori, tout le monde est d'accord pour soutenir le second terme de notre devise nationale, au même titre que les deux autres. Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France, aussi, bien sûr. Mais cette affirmation est moins simple qu'il n'y paraît puisque ce mot « égalité » peut être interprété de très nombreuses façons, son sens ayant d'ailleurs beaucoup évolué au cours du temps.

Le livre commence à la Révolution française où la demande d'égalité portait sur la reconnaissance d'égalité des capacités. Les aristocrates assuraient disposer, par hérédité, de talents spécifiques qui justifiaient que leur soient réservés des postes et des responsabilités correspondants [1]. Les révolutionnaires demandaient que chacun soit reconnu comme capable, en principe, de prétendre à toutes les activités et tous les postes. Les déclarations des droits de l'homme et du citoyen de 1789 et de 1793 sont très claires :

« Tous les citoyens, étant égaux aux yeux de la loi, sont également admissibles à toutes les dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents ». A partir de là, Pierre Rosanvallon passe en revue les avatars du concept d'égalité de 1789 à nos jours, dont voici un échantillon que j'ai schématisé pour les besoins de cette recension :

Dix variétés d'égalité
Terminologie utilisée dans le livre Signification pratique
Égalité des capacités tous capables
Égalité des droits tous le droit de
Égalité des chances à chacun une aide compensatrice
Égalité citoyenneté une personne, une voix
Égalité identité tous identiques
Égalité morale/religion tous égaux devant le devoir ou dieu
Égalité redistribution à chacun selon ses besoins
Égalité de liberté tous libres de
Égalité d'indépendance tous autonomes
Égalité de relation, d'échange tous ensemble

L'analyse est très subtile et extraordinairement complète (l'index des noms cités compte 650 entrées, et donc beaucoup plus de livres référencés). Le parcours est passionnant et réserve des surprises. Au nom de l'égalité prise au sens moral ou religieux par exemple, les maîtres et les esclaves ont pu être considérés comme tout à fait égaux. Ou comment l'affirmation de la citoyenneté (une personne, une voix) a pu sembler mettre un point final à cette quête d'égalité. De 1789 à nos jours, l'évolution du concept d'égalité, resituée dans les différentes situations économiques, sociales ou politiques, est étonnante.

Des réponses sans question et des questions sans réponse

Pour un livre aussi ambitieux, il est curieux que l'auteur semble fonder son raisonnement dès les premières pages sur des statistiques concernant l'augmentation des inégalités de revenu et de patrimoine en France et dans le monde. D'autant plus que le sujet de « l'inégalité financière » n'a que très peu à voir avec les notions beaucoup plus complexes d'égalité qui sont développées dans le reste des 400 pages. Les données utilisées sont très incertaines et, portant sur peu d'années, ne sont peut-être que des accidents de parcours au regard des centaines d'années couvertes par ce livre. Plus probablement, le « grand retournement » que déplore Pierre Rosanvallon, ne constitue qu'un correctif légitime à des excès passés. La baisse du taux marginal d'imposition en Suède de 87% en 1979 à 51% en 1983, ou au Royaume-Uni de 83% en 1977 à 44% en 1999, montre sans doute que ces taux confiscatoires se sont avérés nocifs pour l'économie et pour toute la population. La poursuite de la « Révolution de la redistribution » aurait conduit à des taux d'imposition dépassant les 100%, ce qui aurait quand même été étrange. Enfin, si ce sujet financier était considéré comme central, le livre ne répond pas aux deux questions de fond :

  • Comment l'égalité peut-elle être aussi en danger que le dénonce l'auteur, alors que l'action publique française consacre 56% de son produit intérieur brut en dépenses collectives ?
  • Que faudrait-il faire pour améliorer l'efficacité de ces dépenses vers l'objectif d'égalité ?

Les « pathologies »

Les chapitres sur ce que l'auteur appelle à juste titre des « pathologies de l'égalité » sont parmi les plus passionnants. D'abord parce que certaines dépassent tout ce qu'on pouvait imaginer. Et surtout parce qu'elles nous concernent encore en France en 2011. L'auteur en compte 5 que j'ai regroupées en 3 :

  • Communisme utopique
  • Racisme, National-protectionisme
  • Libéralisme-Conservateur

Communisme utopique


Pierre Rosanvallon

Pour arriver à l'extrême auquel peut conduire cette pathologie, il suffit de suivre les titres des différents paragraphes : « Critique de l'individualisme et de la concurrence », puis « Socialisme utopique », puis « L'idée communiste », puis « L'extinction du politique, de l'économique et du psychologique » pour finir par « Désindividualisation, indistinction et similarité ». En bas de cette pente (ou en haut pour les partisans de cette idéologie), l'égalité est obtenue par la similarité totale des êtres humains. « Dupliquer » les êtres humains n'était pas encore faisable, mais c'était bien leur rêve. « Plus de défiance ou de rivalité possible dans un tel monde où tous seraient identiques, parce qu'il n'y aurait plus d'écart entre le mien et le tien. » Dom Deschamps qui a écrit ces lignes a dû voir que cela s'imaginait facilement pour les logements ou les vêtements, mais que cela posait un problème sur d'autres sujets. Mais il n'a pas hésité : « Plus de concurrence non plus pour la conquête des femmes, puisqu'elles seraient toutes les mêmes, formant alors de fait un bien commun pour tous les hommes ». Il n'a pas dit si tous les hommes constitueraient un bien commun pour toutes les femmes. L'URSS, la Chine communiste et le Kampunchea démocratique (Cambodge) avaient fait un bon bout de chemin dans cette direction.

Racisme, National-protectionisme

Cette seconde dérive est également simple à suivre : « Travail national », « L'âge d'or du national-protectionisme », « Protectionisme ouvrier et xénophobie ». Cette pathologie se base sur l'objectif de renfermement sur une population homogène visant une forme d'égalité-identité. Pour une cause a priori positive, la défense des travailleurs nationaux, elle prône la fermeture des frontières aux travailleurs étrangers et l'élévation des droits de douane. L'Allemagne nazie a fourni une démonstration de l'aboutissement d'une telle pathologie.

Libéralisme-Conservateur

Cette troisième dérive consiste à pousser les critères fixés par la Révolution à leur extrême : égalité oui, mais en gardant une situation personnelle en fonction des capacités, des vertus et talents de chacun. Certains en ont conclu que les « misérables » étaient responsables de leurs problèmes. Les paragraphes vont donc de « La stigmatisation de l'ouvrier », à « Le régime industriel et l'inégalité nécessaire », puis « L'égalité contre la liberté » et enfin « L'égalité restreinte des chances ». Quoique rangée au côté des deux autres pathologies, cette déviation curieusement nommée « Libéralisme-conservateur » n'a pas, il me semble, engendré de monstruosité proche, ni de près ni de loin, des deux précédentes.

L'égalité idéale au sens de Pierre Rosanvallon

Ayant passé toutes ces interprétations en revue, on comprend que l'auteur redoute par-dessus tout une baisse de la solidarité et un reflux de la "révolution de la distribution" qui n'avait cessé de progresser tout au long du XXème siècle. Mais son véritable idéal, c'est « l'égalité-vivre ensemble », le « peuple faisant socialement corps ». L'égalité ne serait vraiment aboutie que si les personnes sont en situation d'entrer en relation les unes avec les autres, et à condition que chacun puisse prendre l'initiative de la relation. Pierre Rosanvallon signale que la description de sa « Société des égaux » contenue dans le dernier chapitre, ne constitue qu'une « première ébauche ». Un prochain volume s'attachera sans doute à préciser ce que devrait être cette société d'égalité, et comment y parvenir.

[1] Un objectif dont on peut se demander s'il n'est pas remis en cause par la multiplication des "statuts", des "corps" et des "grands corps" qui se sont multipliés et renforcés dans le secteur public, avec leurs cortèges de privilèges et de rigidités.

Commentaires

  • Par chpaq • Posté le 20/10/2011 à 12:18 J'aime bien votre analyse du livre sur l'egalite. 2 choses ont retenu mon

    attention.

    1)la conclusion sur la notion d'egalite sociale ou les gens discutent entre

    eux que j'ai ressenti dans les pays nordiques ou les riches ne regardent pas

    les pauvres avec defiance mais peut etre que le niveau d'education des plus

    pauvres est trop faible en france ou alors le phenomene de rejet est plus

    exacerbe aussi.

    2)egalite de moyens selon ses besoins. vous avez tres peu developpe la dessus

    alors que je pense que la clef est la. pourquoi on a de tres tres gros

    salaires, pourquoi la taxe sur le revenu capital est limte a 19%, pourquoi les

    riches arrivent a s'exonerer des impots. un travail est un travail et meme

    avec des responsabilites et des centaines d'employes, les decisions sont

    collegiales et les gains/pertes aussi. qu'est-ce que les besoins ? avoir une

    activite donc creer des emplois, avoir un toit, avoir a manger, avoir des

    divertissements et non de la luxure. on peut recompenser quelqu'un qui

    maintient/cree des emplois mais pas quelqu'un qui cree de l'argent pour juste

    creer de l'argent.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.