Emploi et politiques sociales

Livre
France : état d'urgence, une stratégie pour demain de Christian Saint-Étienne

13 février 2013 • Philippe François

arton13136.jpg

« Médiocrité consentie » : sur le carnet de notes de la France, c'est l'évaluation globale que le Professeur Christian Saint-Étienne a écrite. Ou plutôt, sur celui des Français, l'auteur ayant une grande admiration pour son pays et la volonté de contribuer à améliorer sa situation.

Son diagnostic est sévère mais incontestable. Notre pays est mal placé pour son système d'éducation dans le classement PISA de l'OCDE, pour ses universités dans le classement de Shanghai, pour sa compétitivité dans le classement du World Economic Forum, pour son commerce extérieur et son budget en déficits, et pour son taux de chômage. Avant 1981, le niveau des dépenses publiques était inférieur en France à ce qu'il était dans les autres pays de l'OCDE. En 2013, il est de 9% supérieur à celui du reste de la zone euro, soit de 200 milliards d'euros.

Dépense publique en % du PIB en France
1980 1982 1993 2013
46 % 50 % 55 % 56,3 %

Alors que se déclenchait, en 1980, la troisième révolution industrielle, basée sur l'informatique, Internet et l'économie entrepreneuriale de l'innovation, la France se refugiait dans la « consommation à crédit [1] » et la « république de l'envie ». Dans cette société, « Les envieux ne veulent pas imiter ceux qui inventent, produisent ou excellent dans l'économie de l'innovation, mais les punir et les rabaisser au niveau de leur petitesse ». Le ni-ni et le principe de précaution sont les marqueurs de vingt années de blocage de la société, et notamment des élites face à cette révolution. L'action du nouveau gouvernement est jugée très proche de celles de certains de ses prédécesseurs : « Le gouvernement a préféré alourdir sévèrement la charge fiscale pesant sur les classes moyennes et entrepreneuriales afin de continuer à financer la gabegie publique. »

Pourquoi ?

Après le constat, Christian Saint-Etienne cherche à comprendre pourquoi on en est arrivé là. Au-delà des petites lâchetés de plusieurs des responsables politiques qui se sont succédé à la tête de l'État, l'auteur pense qu'il faut chercher la cause profonde dans le dilemme entre liberté et égalité : l'ambiance générale en France est toujours qu'il faut préférer l'égalité à la liberté. Ce n'est plus l'égalité des chances que la société doit assurer à chacun, mais l'égalité des résultats. Une des conséquences en serait le foisonnement des « droits à avoir », ajoutés subrepticement aux « droits de faire » de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Pour l'auteur, « Il ne saurait y avoir d'allocations inconditionnelles versées à des populations maintenues en marge de la société dans des ghettos dont elles ne peuvent plus s'extraire. »

Propositions

Le constat rejoint celui de nombreux livres et rapports publiés sur le même sujet, mais l'auteur consacre plus de la moitié de son ouvrage aux solutions décrites de façon précise, constituant un véritable plan d'action pour un nouveau gouvernement.

La fiscalité est qualifiée de « clé merveilleuse permettant de déverrouiller les mécanismes de notre développement ». Mais la politique actuelle « constitue un matraquage fiscal dévastateur ». Les propositions de l'auteur sont de baisser les dépenses publiques de 56,3% à 50,3% du PIB, ramener le déficit public à zéro et la croissance à 2,5% en 2018. Une partie des charges sociales (40 milliards d'euros) serait remplacée par une augmentation de la TVA (taux : 7, 15, 23%) et de la CSG (taux : 12%). Le taux sur les sociétés serait réduit à 18% (26% pour les bénéfices distribués). L'impôt sur le revenu serait autour de 30% (40% provisoirement pendant la crise). L'ISF serait remplacé par une tranche supplémentaire de l'impôt sur le revenu. Un prélèvement libératoire serait rétabli sur les revenus de l'épargne. La réforme des retraites allongerait progressivement la durée de cotisation à 44 années et consacrerait 20% à la capitalisation.

S'agissant de la ré-industrialisation, Christian Saint-Etienne propose un plan d'investissement massif de 600 milliards d'euros financé à parts égales par l'État et le secteur privé, et piloté par une « Haute autorité dotée de moyens importants et qui coordonnerait l'action des régions et des métropoles ». La politique des filières serait relancée, et « les Régions devraient financer des centres de compétence dans lesquels les porteurs de projets pourraient trouver tous les conseils juridiques et financiers nécessaires ainsi que l'accès à des spécialistes pouvant les orienter vers les ressources en recherche et développement qui leur seraint nécessaires ».

La perspective de ce super « Investissement d'avenir » inquiète dans la mesure où la puissance publique serait le pilote de ces investissements dans « les infrastructures énergétiques et scientifiques, numériques et de transport ainsi qu'en zones industrielles et techniques ». Les OSEO, CDC Entreprise, Banque Publique d'Investissement, Chambres de commerce, banques, fonds privés d'investissement sont déjà supposés remplir cette fonction. De façon typique, l'auteur indique que « Il ne faudra pas se tromper sur le choix des hommes qui mettront en œuvre ce programme ». Mais des conseillers publics, même très motivés, peuvent-ils remplacer le dynamisme, la prise de risque, la responsabilité des multiples investisseurs et des entrepreneurs ?

Il semble au contraire prioritaire de demander à l'État de se concentrer sur la gestion de ses domaines d'activité propres (par exemple : universités, recherche, éducation nationale, hôpitaux, transports), de réduire ses prélèvements obligatoires et de mettre en place des mécanismes fiscaux et sociaux incitatifs. Pour le reste, les investisseurs et les entrepreneurs s'en chargent. L'auteur s'interroge lui-même : « Une telle dynamique économique peut-elle s'inscrire dans un État hypertrophié comme la France, qui a le record de la dépense publique au sein de l'OCDE ? ».

Bien que la situation actuelle lui semble comparable à celle de Juin 1940, Christian Saint-Etienne témoigne de sa conviction que notre pays peut relever ses défis. La feuille de route qu'il propose, se termine par un mot d'ordre « Battons-nous ! ».

[1] Combien de fois a-t-on entendu les responsables se vanter de ce que « la consommation tient » ou « la consommation tire la croissance »

Commentaires

  • Par yves buchsenschutz • Posté le 18/02/2013 à 11:54 Cette remarque est fondamentale : ce que l’on observe et commente à qui mieux mieux dans tous les débats sur les rémunérations, est de fait une inégalité de résultat, de plus le plus souvent comparée avant impôt, donc avant redistribution ! (Alors pourquoi la fait-on ?). Or la déclaration des droits de l’homme comme la plupart des constitutions promeut une égalité de moyens en fait l’égalité des chances : la corrélation entre les deux n’est pas évidente mais, au moins dans un pays comme la France en 2013, il est probable que l’égalité de moyen est plus satisfaisante que l’égalité de résultat (ie, son indice de Gini est meilleur). Il faut tout de même laisser à la nature humaine son moteur principal qui est, à partir d’une ligne de départ commune, la recherche individuelle au final de la survie et du bien-être.

    Par ailleurs, si c’est l’inégalité de résultat qui est réellement l’objectif visé, la question se pose alors différemment : « Je souhaite donc en tant qu'individu, coucher ce soir à l'Élysée, à l'égal du président de la république et m'y rendre dans une voiture avec chauffeur précédée de motards à lumière bleue ». Même d'ailleurs si j'ai perdu les élections. Il va y avoir là queue dans la République de l'envie !

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.