Emploi et politiques sociales

L'INSEE et l'intox sur les riches

08 avril 2010 • Bernard Zimmern

emploi_politiquessociales.jpg

A chaque fois que se profile une échéance politique importante, la gauche se précipite sur son sujet favori : les inégalités et l'aggravation de l'écart entre riches et pauvres.

L'INSEE qui n'avait pas manqué de venir au secours de Lionel Jospin avant les élections de 2002 en faisant disparaitre 400.000 chômeurs, reprend ce thème opportunément dans sa dernière étude « Les revenus et le patrimoine des ménages ».

On y apprendra que le nombre de pauvres a augmenté mais c'est la pauvreté relative (qui a permis de montrer qu'il y a moins de pauvres au Bengladesh qu'aux USA) ; il faut chercher dans le rapport pour trouver que la pauvreté absolue, celle fondée sur une structure stable dans le temps, a diminué.

On y apprendra aussi que la catégorie des riches débute à 5.000 euros par mois (pauvres riches… !).

Ce que cette étude ne dit pas, c'est que :
La première des inégalités, c'est le chômage et que si nous voulons sortir de cette lèpre les 4 ou 5 millions de Français qui y sont, il nous faudrait beaucoup plus de riches et des riches beaucoup plus riches.

Souhaitons à notre pays d'avoir beaucoup plus de riches et beaucoup moins de fonctionnaires payés sur les deniers publics pour développer des thèses qui sont hors d'âge.

Nous avons choisi de développer ce sujet dans deux papiers, l'un sur la pauvreté en France selon l'INSEE et le second sur la richesse en France selon l'INSEE.

Commentaires

  • Par regina • Posté le 09/04/2010 à 19:24 Ne serait-il pas souhaitable de revoir l'indice INSEE qui date d'après la guerre et qui mesure notre richesse?... Savez-vous que dans cet indice la part du logement ne représente que 6% du budget des ménages...Quel ménage français ne consacre aujourd'hui que 6% de ses revenus à son logement si ce n'est les héritiers d'un patrimoine issu de leurs parents...Voilà déjà la 1ère des injustices, l'accès au logement surtout en région parisienne... Pour ma part mon loyer+ les charges représentent 60% de mes revenus( famille monoparentale).. Je suis éligible au logement social et j'attends depuis déjà plus de 6 ans un logement qui corresponde à mes revenus
  • Par • Posté le 09/04/2010 à 17:24 Bonjour,
    la notion d'utilité n'aide guère car il y a toujours des choses à faire et à améliorer. Partout. Mais dans le privé, c'est la concurrence et le compte de résultat qui donnent la limite, il n'y a rien de tel dans les services publics.
    Cordialement,
    Pour Bernard Zimmern,
  • Par JmP • Posté le 09/04/2010 à 17:24 Les fonctionnaires sont nécessaires, voire indispensables, dès lors que leur utilité est avérée. Le but en soi n'est pas de diminuer le nombre de fonctionnaires, mais de savoir quelles administrations sont réèlement utiles à la Nation et aux citoyens. Il est souhaitable de supprimer tous les services administratifs inutiles et de redéployer les fonctionnaires qui y sont rattachés à des missions utiles.Mais pour cela le législateur devrait d'abord supprimer les textes règlementaires inutiles qui occupent de nombreux fonctionnaires, et prendre soin en légiferant de mesurer l'impact de leurs decisions sur la création de nouveaux services administratifs, ou assimilés, chargés de veiller a l'application de leurs textes. Trop de Lois génère trop de fonctionnaires, me semble-t-il.
  • Par PhG • Posté le 09/04/2010 à 13:52 Le plus scandaleux est que tous les gouvernements laissent se perpétuer ce crime contre l'esprit qu'est la production de statistiques biaisées. Il serait bon de rappeler à ces fonctionnaires qu'ils TRAHISSENT leur métier. La noblesse de leur métier réside dans la rigueur scientifique.
    Comment susciter la création d'un institut de la statistique qui cherche la vérité, au delà de toute conviction partisane? Et pour commencer comment diffuser largement vos critiques?

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.