Emploi et politiques sociales

La recherche biomédicale EN DANGER

Livre du Professeur Philippe EVEN

10 janvier 2011 • Philippe François

arton11901.png

Avec ce titre, on pense bien que Philippe Even est très inquiet pour la recherche scientifique française. Mais avant de traiter des problèmes, Philippe Even veut d'abord nous faire saisir ce qu'est vraiment la recherche scientifique, ses chemins mystérieux, ses succès extraordinaires mais aussi ses fausses pistes, sa quête haletante auprès de laquelle les meilleurs romans policiers apparaissent fades. Et l'aspect humain de cette aventure, avec les personnalités si diverses des acteurs, leurs coopérations amicales et leurs rivalités féroces, rend le sujet passionnant.

On est ému de voir Tycho Brahé collecter pendant des milliers de nuits des données extrêmement précises dont il ne tire aucune conclusion, laissant Kepler découvrir les orbites elliptiques des planètes. On tremble en voyant Einstein, modeste fonctionnaire, végéter au bureau des brevets en Suisse. On envie Penzias et Wilson, les découvreurs du rayonnement cosmique résiduel, trace matérielle du big bang, alors qu'ils mettaient au point un radar. On remercie le hasard qui a permis à Fleming de fabriquer la pénicilline.

Sauvez la recherche

Le terme « biomédical » a été ajouté au titre du livre, sans doute pour s'abriter derrière la crédibilité de Philippe Even dans ce domaine, mais c'est évidemment de l'ensemble de la recherche scientifique que traite ce livre.

Et le scénario se poursuit jusqu'aux découvertes les plus récentes.

Une fois posée l'importance de la recherche pour l'humanité, la variété des voies qui conduisent aux découvertes et l'importance essentielle des personnalités, Philippe Even plonge dans son sujet. D'abord faire le point sur la recherche biologique et médicale française : « Le feu dans la maison », « Les Nobel. Quels Nobel ? » donnent une idée du constat. Il n'y a pourtant rien d'inéluctable puisque derrière le Etats-Unis, les performances du Royaume-Uni, de la Suisse, de l'Australie et du Canada sont meilleures que les nôtres, en attendant la Corée et la Chine.

Une enquête minutieuse

Ayant participé pendant toute sa carrière à la vie universitaire et scientifique, Philippe Even s'est certainement lancé dans ce livre avec des convictions. Mais avant de l'écrire, il s'est livré à un véritable travail « de bénédictin », a analysé 30 années de publications scientifiques spécialisées et générales, et s'est plongé dans le fonctionnement des structures de recherche des différentes filières en France et à l'étranger.

Les causes

Après le constat, les causes, qui se situent à plusieurs niveaux. D'abord, « manque de chercheurs d'excellence ou excès d'improductifs ? ». On comprend que dans l'esprit de Philippe Even, le point d'interrogation est là pour la forme. Mais surtout, absence d'évaluation. L'auteur ironise sur les cris d'orfraies qui ont entouré la publication du classement de Shangaï des universités, imparfait mais évident et confirmé depuis par plusieurs autres. Il s'insurge contre la préférence des politiques et des « grands corps » de l'administration pour les « grands projets » de type Iter, Mégajoule, Station spatiale, Génopole et pour les grandes structures de type CNRS, ou l'INSERM. Il déplore encore que les Universités soient laissées à l'abandon avec de faibles moyens et l'interdiction de sélectionner leurs étudiants, tandis que les grandes écoles sont placées en situation de monopole et manquent souvent à leur devoir de recherche.


Professeur Philippe Even

Les solutions

Finalement, Philippe Even propose 12 mesures fortes dont l'autonomie réelle des universités avec des présidents forts et responsables, la mise en place d'une véritable évaluation, le renforcement d'agences de moyens pour attribuer les crédits aux équipes et non pas aux structures et la réforme des méthodes de recrutement des chercheurs.

Franc et direct

Ce livre n'aurait pu être qu'un vague cri d'indignation, mais il est au contraire très concret. Les réussites et les échecs sont décrits précisément. Leurs responsables sont cités nommément. Même s'il existe forcément une part de subjectivité dans ces palmarès, lancer clairement le débat est une preuve de courage, y compris pour saluer la démarche de Valérie Pécresse comme très insuffisante mais enfin dans la bonne direction.

Si cet ouvrage suscite des questions dans le public, des vocations de chercheurs chez les étudiants, et des décisions de réforme chez les responsables politiques et scientifiques, il aura rempli sa mission.

Pr Philippe Even, La recherche biomédicale en danger, Le Cherche Midi, décembre 2010, 535 p.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.