Emploi et politiques sociales

Capitalisation des entreprises naissantes, clé de l'emploi

06 mai 2011 • un chercheur de la Fondation iFRAP

arton12098.jpg

Une étude de l'INSEE [1] se concentrant sur le suivi des entreprises créées en France en 2002, a mis en avant que, cinq ans après leurs créations, 52% de ces entreprises sont toujours actives. Cependant, ce taux de survie des entreprises est très dépendant du montant investi au moment de leur création. En effet, il apparaît que plus l'investissement de départ est important, plus le taux de survie de l'entreprise est élevé. La capitalisation des entreprises naissantes serait-elle la clé de l'emploi ?

Graphique 1. Taux de survie des entreprises créées en 2002, 5 ans après leur création, selon leur capital social

Taux de survie des entreprises créées en 2002, 5 ans après leur création, selon leur capital social

Source : Insee, enquête Sine 2002, interrogations 2002, 2005 et 2007.

Ainsi, le taux de survie des entreprises ayant bénéficié d'un investissement inférieur à 2.000 euros pour leur création est de 46% contre 67% pour les entreprises ayant bénéficiées d'un investissement supérieur à 80.000 euros.

L'impact de l'investissement initial sur le taux de survie des entreprises est une donnée importante mais il est nécessaire de vérifier que ceci se traduit par un impact positif sur l'emploi.

Pour valider ce point, nous avons analysé l'évolution du nombre d'entreprises créées en France en 2002 et de leur nombre d'employés, selon leur niveau de capital social, sur la période 2002-2009 [2]. Les résultats de notre étude mettent en avant que les entreprises dont le capital social d'origine est supérieur à 100.000 euros créent, relativement, 8,5 fois plus d'employés que les sociétés avec un capital social d'origine inférieur à 100.000 euros. Ces entreprises, les « high growth firms », très peu nombreuses en France, sont les entreprises ayant le potentiel de croissance le plus important.

Données utilisées

Dans cette étude, nous avons considéré seulement les entreprises employeuses lors de leur création, c'est-à-dire les entreprises créées avec au moins 1 salarié. Ainsi, en France, pour l'année 2002, le nombre total de sociétés commerciales créées dont le capital social d'origine est connu et dont le nombre d'employés est connu sur toute la période 2002-2009, est le suivant :

Tableau 1. Nombre d'entreprises employeuses créées en France en 2002
Nombre de créations de sociétés commerciales employeuses - 2002
Catégorie Juridique Nombre d'employés à la création 37 063
Soc. Commerciales 1-5 31 439
>5 5 116
Soc. Commerciales >100k€ de capital social 1-5 254
>5 254
Source : Données pH Group

Résultats

Afin de déterminer s'il existe des différences entre les types d'entreprises présentés ci-dessus, nous avons étudié l'évolution des emplois créés par ces entreprises employeuses. Il apparait ainsi que l'évolution du nombre d'employés des deux groupes d'entreprises créées en France en 2002 sur une période de 7 ans est la suivante :

Graphique 2. Évolution du nombre total d'employés des entreprises employeuses selon le niveau de capital social à la création (base 100 = 2002)

Evolution du nombre total d'employés des entreprises employeuses selon le niveau de capital social à la création (base 100 = 2002)

Source : Données pH Group

Ainsi, ce graphique nous montre que, en proportion, la création du nombre d'employés est plus importante et est effective sur une période plus longue pour les sociétés commerciales ayant un capital social supérieur à 100K€ lors de leur création que pour celles ayant un capital social inférieur à 100K€. En effet, alors que les sociétés commerciales avec un capital social supérieur à 100K€ sont créatrices d'emplois sur une période de 4 ans, celles ayant un capital social inférieur à 100K€ sont destructrices d'emplois dès leur deuxième année.

Ainsi, sur la période étudiée, le taux annuel moyen de création d'emplois par les entreprises employeuses créées en 2002 et ayant un capital social supérieur à 100K€ est d'environ 6,5%, alors que le taux de création pour les entreprises ayant un capital social inférieur à 100K€ est de -2,6%. Il faut cependant noter que cette diminution du nombre d'employés provient majoritairement de la disparition de certaines entreprises employeuses au fur et à mesure de leur durée de vie. Ainsi, malgré la diminution du nombre d'employés pour les entreprises ayant un capital social inférieur à 100K€, le nombre de salariés moyen par entreprise active est croissant sur la période étudiée.

Cependant, les entreprises toujours en vie après 7 ans ayant un capital social supérieur à 100K€ lors de leur création ont un nombre d'employés moyen beaucoup plus important que celles ayant un capital social inférieur à 100K€ (18 employés en moyenne, comparés à 3 employés). Sur la période de 7 ans, l'augmentation, en valeur absolue, du nombre moyen d'employés des entreprises ayant un capital social supérieur à 100K€ est 8,5 fois plus importante que pour celles ayant un capital social inférieur à 100K€ (augmentation de 17 employés comparée à une augmentation de 2 employés). En variation, le nombre d'employés par entreprise toujours en vie après 7 ans a augmenté de 96% pour les sociétés commerciales ayant un capital social supérieur à 100K€ contre 55% pour celles avec un capital social inférieur à 100K€.

Enfin, après 7 ans, le taux de disparition des entreprises marchandes ayant un capital social supérieur à 100K€ à sa création sur la période étudiée est deux fois moins élevé que pour celles ayant un capital social inférieur à 100K€ (taux de disparition 21% comparé à un taux de disparition de 46% pour les sociétés commerciales ayant un capital social inférieur à 100K€). Ces résultats sont en ligne avec les résultats de l'étude de l'INSEE.

Conclusion

L'analyse de l'évolution de l'emploi des sociétés créées en 2002 selon leur niveau de capital social permet de mettre en avant que le niveau de capital social existant à la création d'une entreprise est un facteur déterminant du potentiel de croissance des entreprises, principalement en termes de création d'emplois : l'amorçage est donc crucial pour le reste de la vie des entreprises.

Ainsi, les entreprises identifiées comme étant les plus dynamiques en termes de création d'emplois, les high growth firms, ont un niveau de capital social lors de la création très supérieur aux autres entreprises. Ces entreprises créent, relativement, une part importante des emplois et sont créatrices nettes d'emplois sur une période plus longue que les autres entreprises. Cependant, elles représentent une très faible part des entreprises créées en France chaque année (environ 0,5%).

Les high growth firms sont les locomotives de la création d'emplois. En effet, ces entreprises sont celles qui créent relativement le plus d'emplois, de façon plus soutenue et sur une période plus longue. Cependant, à la vue du déficit d'emplois créés en France comparativement aux principaux pays de l'OCDE, il serait nécessaire de déterminer si ces locomotives sont assez puissantes et assez nombreuses pour permettre à la France de combler son retard sur ses principaux voisins.

[1] Institut Nationale de la Statistique et des Etudes Economiques, Janvier 2009, « Créations et créateurs d'entreprises – Enquête de 2007 : la génération 2002 cinq ans après » (source : http://www.insee.fr/fr/themes/docum…).

[2] Notre étude se base sur une base de données longitudinale du pH Group.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.