Éducation et culture

Refonder ou réinventer l'école ?

07 septembre 2012 • Agnès Verdier-Molinié

arton12845.jpg

On ne parle que de cela rue de Grenelle, au ministère de l'Éducation, la grande « refondation » de l'École. Qui pourrait être contre l'idée de refondation de l'École ? De 1980 à 2009, selon les chiffres du ministère, la dépense par élève a été multipliée par 1,75 tandis que les performances des écoliers français ont continûment reculé dans les classements internationaux. Avec 6 % du PIB, La France dépense plus en éducation que la moyenne des pays de l'OCDE (5,7 %).

Au classement PISA 2009, la France a reculé. Elle est désormais 22ème en lecture, distancée par la Corée du Sud, la Finlande, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Suisse, la Suède, l'Allemagne entre autres…

Si on lit l'analyse intitulée « PISA à la loupe » publiée en février dernier par l'OCDE [1] les conclusions sont claires :

- les résultats PISA suggèrent que dans les pays qui ont la meilleure performance l'accent est mis sur la façon dont les ressources sont allouées plutôt que sur le montant des ressources investies ;

- l'importance de l'investissement dans l'éducation ne garantit pas une bonne performance des élèves ;

- les systèmes d'éducation performants tendent à privilégier la qualité des enseignants par rapport à la taille des classes ;

- les systèmes d'éducation performants croient en la réussite de tous les élèves et leur donnent les moyens d'y parvenir.

La méthode qui consiste à mettre toujours plus d'argent dans la machine éducative sans vraiment contrôler les moyens, et à créer des zones d'éducation prioritaire n'est donc vraisemblablement pas la bonne. L'idée encore de réduire le nombre de professeurs pour avoir de très bons professeurs mieux payés quitte à avoir des classes plus remplies serait aussi à étudier.

L'étude que nous avons réalisée à la Fondation iFRAP en juin 2011 comparant les premier et second degrés publics avec les premier et second degrés privés avait conclu que, si l'on appliquait les mêmes coûts par élève aux établissements scolaires publics, nous pourrions collectivement économiser plus de 20 milliards d'euros par an de dépenses publiques d'éducation.

Un chiffre incroyable mais qui s'explique très bien, notamment par les écarts entre les retraites des professeurs du secteur public et du secteur privé (par élève cet écart coûte plus de 500 euros par élève du premier degré et plus de 1 200 euros par élève du second degré) ou encore par des investissements bien plus importants dans le secteur public que dans le privé sous contrat, voire par des dépenses plus importantes dans les personnels techniques (TOS). Pourtant, malgré moins de moyens, les écoles privées sous contrat obtiennent de meilleurs résultats aux examens nationaux. De fait, les lycées privés les mieux notés pour la valeur ajoutée apportée par l'établissement aux élèves sont 62 parmi les 100 premiers de France. En conséquence, les parents se précipitent dans le privé sous contrat.

Lorsqu'un établissement peut concevoir de manière un peu plus libre son projet éducatif, recruter ses professeurs et gérer son budget, il est en mesure d'adapter sa pédagogie aux profils de ses élèves. Certains pays l'ont bien compris. Quand on lit le témoignage de cette jeune professeure de mathématique française partie enseigner en Finlande (au classement PISA 2009, la Finlande est 3ème en lecture, 6ème en mathématiques et 2ème en sciences…) que nous publions cette semaine, cela apparaît clairement : « Le Principal choisit les professeurs travaillant dans son établissement. Il s'agit la plupart du temps de contrats temporaires. Pour ces contrats, le principal décide seul des enseignants avec lesquels il désire travailler. Puis si la collaboration est fructueuse, il peut proposer à l'enseignant un contrat permanent ».

On pourrait penser qu'une des clés serait de rendre les collectivités locales plus responsables des dépenses d'éducation. Aujourd'hui, l'État français participe à hauteur de 60 % de la dépense et les collectivités territoriales à 25 %. Dans les pays de l'OCDE, la moyenne est de 51 % pour les collectivités locales et de 34 % pour l'État. Les collectivités locales, plus proches du terrain (à condition d'être contrôlées et transparentes), s'autoriseraient vraisemblablement plus d'expérimentations qu'aujourd'hui où elles n'interviennent qu'en payeur suppléant de l'État. Elles pourraient par exemple mettre plus en concurrence l'offre d'éducation avec un forfait par élève, permettre aux parents d'élèves d'être plus investis dans l'école et créer du lien avec les entreprises locales.

Réinventer l'école demande d'ouvrir l'horizon de réflexion de l'éducation nationale : décentraliser, expérimenter, rapprocher l'école de l'entreprise pour lier éducation et emploi, évaluer sur la base de données ouvertes à tous. Réinventer l'école demande aussi, comme le souligne l'OCDE, de croire vraiment que chaque élève peut « réussir ». Mais qu'est-ce que réussir sinon être capable, une fois qu'on est sorti de l'école et de l'université de trouver un emploi ou l'énergie pour fonder une entreprise ? « Refonder » l'école demande aussi de se poser la question suivante : pourquoi étudie-t-on ?



[1] « Argent rime-t-il avec bonne performance dans l'enquête PISA ? »

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.