Société civile

Éducation et culture

Libérer nos écoles, nos collèges et nos lycées

N° 171 • 10 octobre 2016 • Manon Meistermann

Tout un chacun a son idée sur l’éducation car c’est une des politiques publiques avec laquelle nous sommes le plus en contact tout au long de notre vie en tant qu’élève, parent, grands-parents… Mais force est de constater que notre système d’éducation tourne en rond. En juillet dernier, une hausse du budget éducation de 2 milliards d’euros a été annoncée pour 2017. Une annonce qui résume bien la politique éducative des derniers gouvernements successifs : le saupoudrage de chèques, c’est la seule solution quand on ne veut pas lancer les réformes nécessaires et qu’on craint des grèves d’enseignants particulièrement médiatisées. 

Et pourtant, plus personne n’est satisfait : ni élèves, ni enseignants, ni parents d’élèves. Tous se plaignent des classes surchargées. Et pourtant, 855.028 enseignants, cela revient à compter 15,3 élèves par enseignant. Tous se plaignent du manque de moyens. Et pourtant, en comparant la dépense d’éducation des enseignements public et privé, on constate que ce dernier produit le même résultat pour 34,5  milliards  d’euros  de  moins. La vérité, c’est que la France a fait le choix d’une fausse décentralisation. On a multiplié les strates, les niveaux de décision avec l’État qui emploie les enseignants au travers de ses 30 académies (et 17 nouvelles régions académiques !) et 97 directions académiques. Les communes ont en charge uniquement les bâtiments des écoles et leurs effectifs techniques, les départements pour leur part, les bâtiments des collèges et les transports d’élèves handicapés, les régions supervisent les bâtiments des lycées et les effectifs techniques, une partie de la formation en alternance, des lycées professionnels et des transports scolaires… Une organisation unique en son genre et que personne ne nous envie. La réforme de notre système éducatif est une question capitale à laquelle les gouvernements n’ont pas voulu s’atteler. Plus inquiétant, pour l’instant on entend trop peu les candidats à la présidence de la République proposer vraiment des réformes structurelles.

Pourtant, si nous voulons un système éducatif dont les résultats ne s’enfoncent plus année après année, les maîtres mots doivent être :

  • La décentralisation du pilotage de l’Éducation au niveau des régions et des communes ;
  • La responsabilisation des chefs d’établissement qui doivent devenir les vrais managers des équipes ;
  • L’autonomisation grandissante des établissements sur la gestion RH et la gestion du budget ;
  • La délégation de gestion des établissements publics doit être possible quand les décideurs locaux le souhaitent ;
  • La suppression du « plafond de verre » des accords Lang-Couplet (1993) qui fixent les moyens du privé sous contrat à 20 % du budget global de l’action éducatrice de l’État ;
  • L’innovation en encourageant la créativité pédagogique des enseignants et en facilitant la création d’écoles hors contrat.