Éducation et culture

Augmenter le temps de travail des enseignants

21 octobre 2011 • l'équipe de la Fondation iFRAP

arton12367.jpg

Notre proposition : demander aux
enseignants du second degré d'effectuer
2 heures de cours de plus par
semaine et ainsi économiser plus de
44.000 postes.

Les enseignants assurent statutairement
entre 15 et 18 heures de cours

par semaine. Mis à part les professeurs
des écoles qui donnent plus d'heures
de cours que la moyenne OCDE, les
certifiés français sont en dessous des
moyennes européennes (639 heures
contre 707 en moyenne OCDE et 758
en Allemagne)… Une grande part de
cet écart vient des dispositions statutaires
qui remontent à 1950 et garantissent
aux professeurs des collèges
et lycées un temps de cours réduit.
De plus, ce temps de service doit être
défini annuellement (et non plus par
semaine) afin de réduire le nombre
d'heures qui sont payées aux enseignants,
mais non effectuées, lorsque
les élèves sont en stage, en voyage ou
encore lorsque les salles de classes sont
réquisitionnées pour des examens.

On pourrait également, comme en
Allemagne, moduler le nombre d'heures

en fonction de l'ancienneté : plus
on est aguerri au métier, plus on
donne d'heures de cours. Cela faciliterait
l'entrée dans le métier des
enseignants débutants, qui assurent
autant d'heures que les autres professeurs,
alors qu'ils doivent préparer
leurs cours de A à Z.

PDF - 503.8 ko
Télécharger les propositions de la Fondation iFRAP pour 2012

Commentaires

  • Par mic67500 • Posté le 02/04/2012 à 23:02 Je suis enseignant mais j'ai travaillé dans le privé avant. Une enquête ministérielle montre qu'un enseignant effectue l'équivalent de 39 h47 min par semaine alors que les autres employés de France sont à 35 heures. L'enquête ne prend pas seulement en compte les 18 heures devant les élèves, mais les préparations, les recherches, les réunions, les formations etc. Pour atteindre les 35 heures comme les autres,il faut donc diminuer les heures des enseignants en les passant de 18h par semaines à 16h devant élèves. Alors si vous n'êtes pas d'accord avec cette proposition, lâchez la grappe aux enseignants, préparez et réussissez d'abord le concours du CAPES et après seulement venez critiquer le métier. De plus 1 heure devant un ordinateur comme beaucoup d'entre vous est moins stressant qu'1 heure devant les élèves. Considérer que l'enseignant ne fait que 18h par semaine,c'est comme si un footballeur ne faisait qu'1h30 par semaine, le temps du match, et qu'en plus vous applaudissez, ou que le présentateur de télé ne fait le journal que 30 minutes par jour ou Monsieur météo 5 minutes par jour, mais là personne ne dit rien. Ce n'est pas à nous de subir la crise, mais aux responsables comme les banquiers et à l'Etat qui s'est fait berner par les agences de notation avec des emprunts toxiques. Attaquez-vous à eux. Là il est 23h43 et je finis de corriger certaines copies. Bien cordialement
  • Par pat • Posté le 27/01/2012 à 23:30 Il est vrai que numériquement si une personne travail plus à rémunération constante, il devient possible d'économiser. Cette approche revient à placer un curseur entre des contraintes économiques, humaines et sociales dont les relations peuvent être contradictoires. Afin d'éviter toute subjectivité abusive, la question préliminaire à se poser est que représente le temps de travail des enseignants en terme de service rendu: c'est à dire la fonction couverte en France par rapport au temps de travail.

    Il apparait que dans un lycée 18 heures de cours hebdomadaire devant des élèves, le service rendu représente un service de cours, de préparation de cours, de suivi des élèves, de gestion administrative, de relation avec les familles, de coordination et réflexion d'équipe,... pour une durée de 42h par semaine avec des pics pouvant aller à 55 heures, le tout en milieu de carrière. Cela laisse apparaitre que ce temps est important par rapport à l'unité de fonction couverte au point de ne pas permettre de l'augmenter dans le cadre de notre choix de civilisation et d'organisation sociale. L'économie est un élément important, je salue votre intention. Mais une réponse adaptée nécessite de bien poser les problématiques, de posséder les bons outils d'analyses, et de savoir les utiliser sans quoi des facteurs importants de réflexion sont négligés ouvrant la porte à la faute d'interprétation.
  • Par centaures • Posté le 13/11/2011 à 19:26 Le temps de 15 à 18 h est le temps de travail devant èléve, qui ne prend pas en compte le temps de préparation, de correction des copies ( ce jour de 7h38 à 19h42, de conseil de classe, de reunions Parents -Profs. On peut passer plus de temps en établissemnet mais dans quelles conditions. dans les lycées nous n'avons que les salles de classe ce qui n'est pas pertinent pour faire de l'accompagnement, recvoir les parents, corriger nos copies. Comptabiliser le temps de travil sur l'année et non plus par semaine afin de reduire le nombre d'heures payées ecrivez-vous, mais nous ne sommes pas à l'origine de l'organisation de l'année, ni à la fermeture de notre établissement quand il y a des examens ou des stages obligatoires entrant dans le cursus.

    oui il y a des choses à réformer, oui d'accord pour faire deux heures de plus sous reserve qu'elles soient payées et qu'il n'y ait pas de licenciement de collègues.
  • Par callens • Posté le 12/11/2011 à 16:45 Oui le but est de faire travailler plus les enseignants. mais comment leur faire admettre ainsi qu'à l'ensemble des français. Je vous ai déjà signalé ma solution.

    Démontrer et argumenter que en plus des personnels mais aussi les immeubles et les matériels de l'EN sont très mal utilisés donc ne peuvent pas être renouvelés et mis au niveau des possibilités modernes.

    Ce trsè mauvais Retour sur investissement provient du fait que l'EN ne travaille pas en continu sur toute l'année. C'est non seulement une question de vacances et de jours de fête mais c'est surtout une question de paradigme. Chaque été on arrête tout on quitte l'entreprise on oublie les leçons de l'année passée. On en profite d'ailleurs pour tout casser, méthodes et matériels. C'est ainsi que je le CONSTATE dans toutes les écoles et surtout les facs.

    Imaginez un peu si nos usines faisaient cela. Je crois que cet argument duement présenté serait compris par les Français.

    J'aimerais bien savoir si vous recevez ces commentaires.

    PR Callens

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.