Budget et fiscalité

Chèque carburant, l’incohérence suprême de la fiscalité énergétique

08 novembre 2018 • Bertrand Nouel

voyan.jpg

Pour tenter de calmer la grogne sur le prix des carburants, voici que le gouvernement lance l’idée de généraliser, à la charge des régions, le chèque carburant qui existe depuis deux ans dans la région Hauts de France, et rendre cette aide non imposable. C’est la dernière des incohérences qui met en exergue l’impuissance d’un Etat qui ne dispose (en partie par choix) d’aucune marge de manœuvre fiscale face à la grogne des Français – compte tenu, encore une fois, du niveau de dépenses publiques qu’il lui faut financer.

Qu’est-ce que le chèque carburant ? Il s’agit, dans le modèle de la région Hauts de France actuel, impulsé par Xavier Bertrand, d’une somme de 20 euros par mois accordée sous condition de ressources par la région aux salariés domiciliés à un minimum de 30 km de leur lieu de travail, à condition qu’ils ne disposent pas de transport en commun – ou que leurs horaires de travail ne permettent pas de les utiliser, et à condition que leur salaire net soit au plus égal à deux fois le smic. Cette aide n'est pas cumulable avec le remboursement par l'employeur de dépenses de transports collectifs, ni avec la mise à disposition par l'employeur d'un véhicule pour les trajets domicile-travail. Enfin, les bénéficiaires sont uniquement les salariés… et les fonctionnaires.

Le chef de l’Etat entend généraliser cette aide et la rendre non imposable. L’idée est pétrie de contradictions et d’incohérences.

C’est d’abord la reconnaissance de la nécessité d’utiliser l’automobile, parce qu’il n’existe pas de moyen de transport alternatif. Dans ce cas, les taxes que le chèque en question est censé rendre plus supportables sont sans effet sur la transition énergétique, puisque le principe censé être « pigouvien » de ces taxes est d’inciter à diminuer la consommation de carburants, ce qui est impossible dans les circonstances actuelles : le « signal prix » ne sert donc à rien. Comme on le relève généralement, il s’agit en réalité de taxes de nature purement budgétaire.

Le montant mensuel de 20 euros, soit un quart de réservoir d’automobile, ne correspond d’ailleurs, ni à ce que peut coûter la consommation d’un mois – et c’est normal, ni à ce que coûtent les augmentations de taxes - c’est très supérieur. Il n’y a en vérité pas de rapport entre la motivation de Xavier Bertrand, purement axée sur le pouvoir d’achat, et les augmentations de la fiscalité, qui ne peuvent donc pas justifier de copier ce qu’a fait ce dernier dans sa région.

C’est ensuite créer plusieurs discriminations inéquitables : pourquoi seulement les salariés et les fonctionnaires ? Et les travailleurs indépendants, artisans, médecins, qui courent la campagne bien plus que les salariés et sont au forfait fiscal qui leur interdit de déduire leurs frais réels ? Et les retraités ? etc.

La seconde discrimination concerne le montant du salaire maximum (ici, deux fois le smic). C’est devenu une habitude de multiplier les impôts négatifs pour les diverses strates de la population dite modeste (ainsi, la PPE autrefois, la prime d’activité maintenant, et toutes les exonérations et niches fiscales sous condition de ressources). Dans le domaine touchant à la transition énergétique, nous avons, pour les foyers très modestes, le chèque énergie maintenant généralisé (ex-tarifs sociaux du gaz et de l’électricité), distribué sous condition de ressources, d’une moyenne de 150 euros que le gouvernement veut porter à 200 euros en 2019. Il faudrait donc encore y ajouter le chèque carburant pour les seuls salariés et fonctionnaires sous des conditions de ressources différentes.

On crée ainsi des taxes prétendûment écologiques que tous acquittent, puis on en exonère une partie de la population, mais il faut compenser la perte de ressources fiscales qui en résulte et on augmente en catimini les impôts dont les payeurs finissent par subir la double peine. Il y avait la fiscalité-redistribution, on passe maintenant au couple fiscalité punitive-compassion.

En l’occurrence, le chèque carburant serait à la charge, non pas de l’Etat comme il serait normal, mais des régions, ou même des entreprises. Actuellement, le chèque carburant est en effet dépendant d’accords d’entreprises volontaires, ce que l’Etat voudrait bien généraliser autoritairement à charge des régions ou des entreprises pour les financer. L’Etat accorderait en contrepartie généreusement la non-imposabilité de l’aide, laquelle bénéficie le plus souvent à des salariés non imposables.

On atteint l’absurde. Bien évidemment, les régions, comme les entreprises, se refusent (pour le moment) à entrer en négociation avec l’Etat à ce sujet, estimant à juste titre qu’elles n’ont pas à supporter la charge d’exonérations décidées par l’Etat au titre de la solidarité nationale, d’autant plus qu’il s’agit de compenser une moindre rentrée fiscale aussi décidée par l’Etat. Et aussi d’autant plus que les entreprises ont déjà la charge, très lourde et en augmentation constante, du versement transport et du remboursement à leurs salariés de la moitié de leurs dépenses de transport collectif, et qu’ils vont enfin subir la fin du taux réduit de la TICPE sur le gazole non routier. L’incohérence des prétentions de l’Etat saute enfin aux yeux quand on évoque la future loi PACTE, censée diminuer les charges des entreprises.

Le chèque carburant est enfin une nouvelle usine à gaz, pour aboutir à une distribution de 20 euros. Qui va se charger de vérifier la juste application des critères de distribution ? Les entreprises sous leur responsabilité (comme pour la retenue à la source) ? L’Etat qui devra embaucher des cohortes de vérificateurs ? Le chef de l’Etat argumente qu’il préfère taxer le carburant plutôt que le travail. Mais quel est le rapport, si la taxation du carburant a vraiment une motivation écologique ? Et de toutes façons en taxant le premier on taxera aussi le second.

Quant à l’application des critères, cela donnera lieu bien entendu à détournements et fraudes, et en tout cas à d’interminables contestations : appréciation de la distance de 30 km, non-disponibilité de transports en commun… sans compter le problème de l’application dans le temps (défaut de contemporanéité entre les ressources prises en considération (référence) et la date de versement des aides).

Comment comprendre ces jeux de bonneteau fiscaux ? Comment saisir les objectifs du gouvernement, qui incite à acheter des automobiles diesel pour revenir brutalement à l’essence ou même à l’électricité, alors que l’essence est au moins aussi néfaste pour la planète (moins de particules mais plus de CO2) ? Comment comprendre les incitations à renouveler notre parc automobile, même avec des véhicules anciens d’occasion ?  

Nous sommes toujours en hyperfiscalité, et les Français y sont devenus extrêmement sensibles, plus qu’à toute autre chose si l’on en croit les sondages récents. Dès lors n’importe quelle augmentation d’impôt, quelle qu’en soit la motivation, est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Il est à ce sujet plus que surprenant que l’Etat, sous la direction à l’époque de Nicolas Hulot, ait prévu d’augmenter encore les taxes sur le carburant de 9 milliards d’ici 2022 (+12,3 milliards depuis 2017).

L’Etat ne dispose d’aucune marge de manœuvre, et doit compenser toute baisse d’impôt par une augmentation. Les Français bénéficient incontestablement de baisses de la fiscalité, mais ils ne voient que l’augmentation qui vient en compensation, et cela suffit à attiser leur colère.

Et comment se fait-il que l’Etat ne dispose d’aucune marge de manœuvre ? Parce qu’il doit faire face au financement de dépenses publiques qui sont toujours au niveau inégalé de 56% du PIB… Ce niveau est le premier maillon de la chaîne qu’il faut briser.

Commentaires

  • Par Bruno CAIRE • Posté le 15/11/2018 à 20:00 Sur qui faudrait il faire pression pour rétablir une dose de cohérence, de sérieux même pourrait on argumenter, dans la gestion de notre fiscalité ?! L'IFRAP fait un excellent travail, et espérons que les décideurs (il n'y a pas que Emmanuel dans notre pays !) décideront un jour avec une certaine dose de courage...à lire vos excellentes analyses !
  • Par LUCAS • Posté le 14/11/2018 à 18:08 l impôt les riches dispensés les pauvres exonérés les classes moyennes paient toujours plus depuis Mitterrand exclure es pauvres de l impôt un exercice coutumier que dis je un réflexe qui perdure et qui en rien ne résout ce phénomène sociétal hélas...bien hélas il s accentue avec de multiples causes deux solution pour remedier: la première retirer du fronton des mairies liberté égalité fraternité ce que l actuelle politique met en place un rejet de solidarité et construit un conflit générationnel il y avait une solidarité familiale les vieux aidaient un peu les petits enfants ou les parents aujourd hui cela devient difficile.inversement les jeunes ne veulent plus participer a la prise en charge des anciens en ephad par exemple entendu autour de moi......... quant a la députation beaucoup de jeunes inexpérimentés qui n ont pas d expérience de vie leur permettant de prendre des décisions constructives La faute revient aux anciens politicards qui déconnectes voulaient tous régler d un coup de baguette magique...... ce n est pas en restant tenace que le président convaincra les français en ont raz le bol et rejetteront de façon brutal la prise de conscience environnementale Pour fiscaliser il aurait fallu que les nouvelles technologies existent ce qui n est pas le cas.... En fait on nous reprend d une main ce qui a été donne de l'autre ceci sera plus insidieux car les taxes fluctueront en fonction du prix du baril. les contradictions je n en parle pas je fais court car je ne pense pas etre la seule personne a réagir....bientot je serai des vôtres en adhérant cordialement jpl
  • Par Hubin • Posté le 13/11/2018 à 14:55 l'usine à gaz la voilà , on prend une taxe et on la rembourse en demandant aux contribuables et aux fonctionnaires de remplir des dossiers , comme nos gouvernants ne sont pas débiles , ils le savent mais ils sont prix au piège et pour en sortir sont prets à appliquer les idées absurdes des services , qui a inventé cela ? , il faut le connaitre , le dénoncer et le virer il ne peut pas rester un instant encore dans l'administration; trop dangereux !!
  • Par Jean-Pierre • Posté le 12/11/2018 à 01:21 Ce qui m'inquiète de plus en plus, c'est l'incapacité de Mr Macron à réduire le train de vie de l'Etat. Après avoir promis de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires pendant son mandat, il commence par en créer ! Et il y a toujours de bonnes raisons à cela. Comme en plus la croissance n'est pas aussi forte que prévu, le déficit budgétaire et la dette vont encore se creuser, et ainsi de suite. Je comprend qu'un énarque qui a passé une bonne partie de sa vie à participer à l'effort socialiste aie des pudeurs quand il s'agit de s'attaquer au problème, mais je considère qu'il y a là une trahison qui va encore faire régresser le pays et également lui faire perdre son rang en Europe. Mr Macron, c'est un avatar socialiste qui ne dit pas son nom. Mais qui en porte tous les risques.
  • Par Jean-Pierre • Posté le 12/11/2018 à 01:21 Ce qui m'inquiète de plus en plus, c'est l'incapacité de Mr Macron à réduire le train de vie de l'Etat. Après avoir promis de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires pendant son mandat, il commence par en créer ! Et il y a toujours de bonnes raisons à cela. Comme en plus la croissance n'est pas aussi forte que prévu, le déficit budgétaire et la dette vont encore se creuser, et ainsi de suite. Je comprend qu'un énarque qui a passé une bonne partie de sa vie à participer à l'effort socialiste aie des pudeurs quand il s'agit de s'attaquer au problème, mais je considère qu'il y a là une trahison qui va encore faire régresser le pays et également lui faire perdre son rang en Europe. Mr Macron, c'est un avatar socialiste qui ne dit pas son nom. Mais qui en porte tous les risques.
  • Par rffly • Posté le 10/11/2018 à 17:18 Bonjour, j'ai suivi votre intervention sur cnews. Vous étes toujours pertinente mais après votre départ, la cgt a mis l'accent sur l’inégalité de répartition des richesses notamment sur le revenu du capital. Est il possible de faire comprendre que les dividendes résultent souvent de profit des entreprises à l étranger, que les français ont toujours refusés la participation (c est dommage) et ne veulent pas prendre de risque !!! la CGT elle même pourrait prendre des part des entreprises et decider de la stratégie !! (on verra combien de temps la boutique tiendra!) . J"a acheté votre dernier ouvrage. Vous êtes déprimante mais indispensable. R Fong
  • Par A ADAM VAN GEEM • Posté le 10/11/2018 à 15:12 Quand on songe à tout ce petit monde de "bureaucrates" pour la plupart fonctionnaires occupés à gérer les dossiers des heureux bénéficiaires de ces "largesses" et à comptabiliser les "entrées" et les "sorties" de prélèvements et de redistributions toujours plus nombreux, on comprend mieux les causes du déficit de la France.
  • Par Bernard PONTET • Posté le 10/11/2018 à 11:37 L'actuelle politique de gribouille, inévitable conséquence d'un programme bâclé et non financé, s'accompagnant d'une suffisance clivante à l'égard de quiconque pense autrement, où que ce soit dans le Monde, ouvre un boulevard pour la droite classique. Saura-t-elle le voir et en profiter? Les grandes lignes? La compétitivité des entreprises, seul levier pour pouvoir vraiment baisser les impôts, le chômage, les déficits, améliorer le pouvoir d'achat et le commerce extérieur. Une vision européenne raisonnable et respectueuse de tous les peuples, et donc de tous les gouvernements qu'ils ont démocratiquement élus. Commencer par appliquer les règles chez nous avant de houspiller les voisins. Mettre fin à certaines contradictions dramatiques comme mondialisme/records d'impôts et de dépense publique, écologie/pouvoir d'achat, mondialisme/arrogance, etc. Arrêter de s'en prendre à Trump qui après tout fait ce qu'il peut pour rééquilibrer son commerce qui en a bien besoin aussi, dans l'intérêt de tous. On peut duper l'électorat, on ne trompe pas l'économie, et on a beau haranguer, on est peu écouté à l'étranger quand on ne tient pas correctement sa maison.
  • Par VENEAULT Bernard • Posté le 10/11/2018 à 10:49 Que tous automobilistes de quelques ressources que ce soit sortent le 17 avec le gilet jaune, pour rappeler en douceur a Mr MACRON et à sa fine équipe tourneurs de vestes qu'en 1789 il ne s'agissait pas de gilets jaunes.....
  • Par Phil92 • Posté le 10/11/2018 à 00:11 Il n'y a pas que les dépenses publiques qui sont responsables du manque de marge de manoeuvre de l'Etat. Il y a aussi la suppression de l'ISF, qui a conduit à distribuer plusieurs milliards d'euros à des personnes qui n'avaient pas vraiment besoin de recevoir ces sommes (au passage les fameux retraités de l'île de Ré qui se sont retrouvés avec des terrains valant de l'or restent, eux, taxés). N'aurait-on pu utiliser cet argent plus intelligemment ? On peut faire beaucoup de choses avec 4 milliards ! Concernant les dépenses publiques, elles sont élevées, oui. Mais elles servent à financer des biens publics forts appréciés de nos concitoyens. Aux USA les dépenses publiques sont nettement moins élevés, mais les étudiants s'endettent pour des dizaines d'années et on rencontre fréquemment des gens qui n'ont d'autre solution pour financer le traitement de leur cancer que de faire appel à la charité !
  • Par Marie-Martine Tabart • Posté le 09/11/2018 à 17:44 Sous prėtexte de diminuer l'impact carbone sur la planète, le gouvernement augmente le prix du diesel afin de l'aligner ou de dépasser le prix de l'essence : deux carburants indispensables à beaucoup de concitoyens habitant la campagne et ėloignės de leur travail entre autres. Cela a pour effet d'annuler la maigre hausse de leur pouvoir d'achat. Ce que leur donne le gouvernement au dėtriment des retraitės est repris sous forme de taxe. Ce gouvernement nous trompe. En rėalité, tout cet argent qu'il nous prend sert å renflouer les caisses de l'ėtat. L'ėcologie a bon dos car tous les moyens de transport motorisés polluent : le diesel emet des particules fines et l'essence du CO2. Elle est punitive car la taxation est injuste. Un vrai ėcologiste, au lieu d'augmenter le prix du diesel, baisserait plutôt celui de l'essence et faciliterait beaucoup plus l'usage des transports en commun et l'achat de vėlos. Des bonus seraient les bienvenus pour tous vrais comportements écologistes. Evidemment, cela implique un budget conséquent mais nous sommes très largement imposės et taxés pour doter les fonds nėcessaires au ministère de l'ėcologie.
  • Par Bernard PONTET • Posté le 09/11/2018 à 16:57 L'hypocrisie du gouvernement est à son comble quand il exhorte les pétroliers à répercuter la baisse du brut. Il est alors clair que son but n'est pas de dissuader la consommation par des prix élevés, mais bien de se ménager le maximum de marge de taxation, avec en vue la nouvelle hausse de taxes prévue 2019. Par ailleurs, quand E. Macron renvoie sur les pétroliers l'essentiel de la responsabilité des hausses, dont il fait par ailleurs l'apologie (allez comprendre), il oublie que quand le pétrole était à 120 dollars (au lieu de 80 aujourd'hui), les prix à la pompe étaient bien plus bas! Le prétexte de l'écologie ne peut tromper, de la part d'un président dont le budget et les promesses de nouveau monde paradisiaque prennent l'eau de toutes parts. Baisse des déficits, baisse du chômage (qui doit être ramené à 7% en 2022!) croissance, commerce extérieur, pouvoir d'achat etc. rien ne semble pouvoir être tenu. Ne reste donc plus qu'à se draper dans la vertu écologiste, une conversion bien récente! En réalité le pouvoir est ainsi devenu, électoralement, l'otage des écologistes. En exaspérant et en faisant réagir la France qui clope et qui roule diesel, il redore son blason auprès de l'électorat écolo-urbain, le seul qui lui reste, pour faire court. Résumé : Le gouvernement a deux buts, boucler son budget et se renforcer sur ce qui reste de son socle électoral. Ceux qui râlent, de toute façon il les a perdus!
  • Par P hilto 58 • Posté le 09/11/2018 à 15:43 Notre societe est basee sur la consommation plus de de taxes =moins de consommation =plus de chaumage l équation est simple!
  • Par tonton • Posté le 09/11/2018 à 15:40 bon article , simple et lisible ,manque un détail combien cela coute pour les Hauts de France. par ailleurs une histoire racontée ce matin à la radio par un patron : une dame (mère célibataire un enfant) est embauchée en CDI à 40 ans , elle explique que c'est sont 1ere cdi, elle est super heureuse, elle le clame. ...18 mois se passent..... et elle demande une rupture conventionnelle. Pourquoi demande le patron. Parce que le chômage et toutes les aides réunies font le même montant que mon salaire. Des Aides que je perds si je travaille. Le patron l' a regrettée. Une aide de plus....il est vrai pour les travailleurs
  • Par P hilto 58 • Posté le 09/11/2018 à 15:33 Face a la grogne montante ce président a bien compris qùil fallait calmer une partie de la population alors il promet certains avantages a des minorités qui d ailleur on du mal a se reconnaître mais ca permet de faire douter les gents
  • Par lucas jean pierre • Posté le 09/11/2018 à 14:57 bonjour l augmentation devrait permettre a un meilleur état des routes pour consommer moins il n en n est rien . Remettre en cause la voiture sur laquelle notre société a été bâtie quel erreur il faudrait tout changer idéologies économie fonctionnement étatique. L écolo démagogie ça suffit m de ruggi ,m hulot!!dans le passé la vignette auto n a jamais servi les vieux contrairement a l'effet d annonce a l'époque de son instauration souvenez vous les taxes sur le carburant restent un maquillage qui compensera la suppression de la taxe d habitation. Croyez vous un instant que dans d autres pays chine inde japon usa on va aussi réduire la voiture? A l approche de l arrivée du père noël certains osent y croire. Le nucléaire deviendra incontournable imaginez chaque français rechargeant sa voiture l éolien une goutte d eau en énergie absorbée a l heure ou je rédige ceci nous sommes en train de payer certains dividendes de mai 68........d un point de vue philosophique. développer la voiture hybride en attendant de vraies solutions sur la fiabilité des batteries et le recyclage propre eut été plus judicieux.....non m les écolos aucun engin de btp aucun camion ne pourra devenir électrique imaginez l encombrement de certaines aires d autoroutes qui n ont pas été pensées dans cette direction ...l'écologie fera un bon spectaculaire le jour ou sera organisée une COP de l Humanité sous l 'égide de l'ONU du HCR et de l'OMS, afin de définir un format et sa répartition par pays répondant au réelles capacité de la planète.on régule bien certaines parties de la flore 'civiculture production agricole gibier etc) une utopie aujourd'hui qui rapidement deviendra une contrainte planétaire notre terre est limitée en capacité nourricière et en matériaux et combustibles énergétique ceci afin d éviter les horreurs de guerres inutiles et stupides lorsque des faits religieux en sont la cause effroyable voila M macron a tort de faire la sourde oreille lorsque le peuple grogne. je n ai rien d un "contestataire permanent" j approuve certaines de ses reformes mais la fiscalité reste une médiocrité au regard de ses choix . imposer un budget constant d une année sur l autre laminer le mille feuille de l administration en supprimant le département éviter que le ter par exemple soit une cogestion SNCF-régions..le prélèvement a la source une bonne réforme car 3 foyers sur 4 étaient mensualisés ce sera un pb d écriture sur le bulletin de paie mais cela ne change rien au pouvoir réel d achat augmenter la fiscalité parle arbitraire de l impôt pourrait conduire a un mai 68 que notre président na pas connu ce que je crains croire que le crédit peut et continuera a museler les ménages ceci devient faux et absurde . écrit avec respect et sagesse toutes ces idées devraient être développer et réordonnéespar une autre rédaction mais ceci est top long dou ce pèle mêle
  • Par GOBY Henri-Philippe • Posté le 09/11/2018 à 13:21 Bel article, à compléter par le commentaire ci-après: il n'y a pas que l'Etat qui ne réduit pas son déficit. Beaucoup de villes, comme Grasse, 06130, n'ont pas le courage de baisser leurs dépenses de fonctionnement. Elles s'appauvrissent en vendant leurs actifs pour maintenir leur train de vie. A terme, c'est le contribuable qui paiera, quand il n'y aura plus de réserves.
  • Par Iñes • Posté le 09/11/2018 à 12:34 D accord avec ce que je lis ce jour jeudi 8 nov2018à propos des taxes carburant.Ns sommes victimes de l absence de projections intelligentes à long et moyen terme.Habitant le gd Lyon je vis au quotidien l encombrement du tunnel de Fourvière et de l ' autoroute Lyon St Etienne: une honte absolue: pollution, perte de temps,pathologies induites ,dépenses pour la sécu etc....merci pr votre lucidité
  • Par reiller • Posté le 09/11/2018 à 12:03 Total désaccord avec votre analyse: ce chèque carburant est une excellente idée écologique et sociétale. Les régions sont responsables de l'organisation des transports; c'est donc logiquement qu'elles doivent prendre en charge ce dossier. Leur faire payer l'aide aux déplacements est donc normal ,mais en plus c'est un excellent moyen (le seul hélas) de les faire réfléchir à leur système de transport: les trains ne passent pas au bon horaire ,le covoiturage est difficile, la ligne de bus qui ne permet pas d'aller travailler sans faire trois changements incertains,...et les logements sont construits partout là où il n'y a pas de travail. Que font les Hauts de France? Ils font ce travail intelligent ,et il serait bon que des voix le disent haut et fort, car c'est cela une politique écologique. C'est cette action que nous devons demander!
  • Par francine deuxville • Posté le 09/11/2018 à 10:25 effectivement on nage en absurdie .nous demandons simplement à l'etat de faire des économies!! fermons enfin les sous préfectures inutiles,simplifions l'octroi des aides sociales en croisant enfin tous les fichiers y compris ceux des placements non imposables! seuls les personnes travaillant sur le terrain peuvent voir à quel point les fraudes sont nombreuses
  • Par Taillardat Jean • Posté le 09/11/2018 à 10:22 L'Etat chercherait à libérer les forces entrepreneuriales et c'est bien, mais les oligarques cherchent à préserver leurs intérêts bien compris, qui n'ont pas de frontières. L'Etat en France agit comme un cancer qui gagne tous ses membres, toutes les couches sociales, hormis celle des oligarques. Ce cancer consiste à nier l'intangibilité du droit à la propriété, par une taxation hallucinante des biens acquis. Certains parlent même de taxer les terres des propriétaires (de faire payer un loyer) en arguant que le sol appartient à la collectivité ! La propriété serait-elle le vol ? Comment le haut fonctionnaire nourri au biberon de l'ENA pourrait-il avoir des attitudes et des comportements libéraux ? c'est-à-dire favorisant la LIBERTE ! Si encore c'était pour favoriser la fraternité ! Quelle est cette fraternité qui consiste à voler l'argent des uns pour le donner aux autres !
  • Par Guicheteau • Posté le 09/11/2018 à 09:36 Le gouvernement persiste à ne pas vouloir comprendre les raisons de la colère. Ce n'est pas tant le coût du carburant en soi qui est contesté, que la duplicité des pouvoirs publics qui donnent l'impression de reprendre d'une main (les taxes multiples) ce qu'ils n'ont pas encore donné d'une autre (la suppression de la taxe d'habitation). Or c'est quelque chose de profondément IMMORAL que d'invoquer le réchauffement climatique et la soi-disante transition énergétique (bonjour les éoliennes partout !), pour se remplir les poches en catimini parce qu'on est incapable de baisser VRAIMENT les dépenses publiques ! Les français attendent de l'Etat qu'il ne se comporte pas comme n'importe quel maquignon qui vous roule dans la farine, mais que les dirigeants aient une attitude HONNETE et transparente vis à vis de leurs impôts (les impôts ne l'oublions jamais c'est l'argent des contribuables et non de l’Etat).
  • Par Pirou • Posté le 08/11/2018 à 23:52 Notre dette s'élève à 2300 milliards avec une augmentation de 37 milliards au 1 er trimestre 2018; depuis plusieurs années l' augmentation journalière est comprise entre 100 et 400 millions. Le consensus politique est total pour ne pas évoquer ce sujet alors que l'innovation est permanente pour complexifier notre fiscalité.
  • Par Kucing4 • Posté le 08/11/2018 à 22:03 En effet cette augmentation va nous coûter plus cher que ce qu'elle rapporte! Et, oui, il faudrait penser à diminuer les dépenses de l'Etat: 56% du PIB c'est ahurissant! Tout le monde le dit mais aucun gouvernement n'a le courage, ni l'envie d'ailleurs de baisser ces dépenses, et comme vous le dites c'est pourtant par là qu'il faudrait commencer.
  • Par tatou • Posté le 08/11/2018 à 21:14 quand on parle pollution on dit essence ou diesel pour le parc automobile mais on ne cite jamais,et on en parle jamais de la pollution extraordinaire des cargos par pitié faite le comparatif: 1 cargo pollue autant que 5.000.000 d'autos !!!!!! parlez des cargos, fiscalisons les cargos, ce sera + d'emplois en france
  • Par Communaille • Posté le 08/11/2018 à 20:58 La démarche du "chèque carburant" est aussi illisible qu'un contrat d'assurance. L'ancien courtier Xavier Bertrand est au meilleur de sa forme. Dans le prolongement de cette excellente analyse, admettons l'espace d'un instant qu'on lance ce truc insensé, ..., comment on l'arrête après ?
  • Par Aglophile • Posté le 08/11/2018 à 19:58 Je n'ai pas fait de grandes études, c'est pourquoi je ne comprends pas, comment la hausse du prix des carburants n'agit pas sur le pouvoir d'achat. Elle sera bien répercuté sur le coût de transport des marchandises et sur la TVA qui l'accompagne, sur le prix de revient des produits et toujours avec tva. Si vous pouviez m'expliquer je crois que je serais moins idiot Mr le Président.
  • Par FRANCOIS • Posté le 08/11/2018 à 19:56 Le sujet de la fiscalité Française est le plus important en France. Mais pour la diminuer, il faudrait déjà que l'État soit exemplaire en diminuant ses dépenses ce qu'il ne fait pas. D'autre part, et concernant les charges que les Français du privé, comment se fait-il que nos députés, nos sénateurs, nos ministres ne contribuent à aucun régime de protection sociale ou retraite? Il me semble pourtant qu'il bénéficient largement de la protection sociale Française. Combien sont-ils en France a ne pas avoir de feuille de salaire, mais des revenus au termes détournés d'allocations, d'indemnités, j'en passe et d'autre. ce n'est pas les petits fonctionnaires qui maintiennent comme ils peuvent les services de l'État qu'il faut diminuer mais tous ceux qui sont catégorie A, qui en sur abondance, grève les dépenses publiques. On ne compte plus la cohorte de chefs à l'ancienneté qui pullulent dans la structure publique. Tous des chefs!! Ils n'en portent malheureusement que le nom. On ne se décrète pas chef, on naît chef.... Je ne voies pas d'autre solution que de s'affranchir de tout système politique actuel, de créer la 6ème République parlementaire, la suppression du Président, l'autonomie des régions renforcée et sous contrôle, la diminution des ministères, la suppression du Sénat et Conseil économique et social. La diminution du nombre des députés, l'obligation de cotisation sociale et de retraite pour en bénéficier, la contribution obligatoire au chômage, mesure exemplaire de solidarité. Enfin, une seule TVA, un seul régime d'impôt sur le revenu (barème progressif avec plafond à 35%), un seul régime de santé et retraite avec possibilité de complément moyennant contribution individuelle. Et tout le reste, doit disparaître y compris le régime présidentielle à vie. Simple, facile à comprendre, lisible par tous. Et là, c'est sûr les économies vont venir. Mais comme c'est la République des copains, rien ne changera sans coup de balai.
  • Par Alain Chergui • Posté le 08/11/2018 à 19:36 Ne surtout pas mettre une entreprise entre les mains de nos politiques . Du jamais vu Créer taxe sur taxe sur taxe ..... Ayant voté Monsieur Macron. Je doute réellement des capacités de sont gouvernement. Aucune substitution au diesel rien est organisé. Du délire total..
  • Par jeanbapt • Posté le 08/11/2018 à 19:29 La dépense publique en France ne cesse d'augmenter. Le taux de 56,4 % du PIB en 2017 est un record mondial et se situe à plus de 10 points de la moyenne européenne. Les réformes profondes de structure n'ont pas été engagées (l'Etat utilise la technique du rabot). Cette situation entraîne l'augmentation de la dette. En outre l'Etat emprunte pour couvrir des dépenses de fonctionnement. Une suggestion : mettre en place au niveau de l'Etat un système comptable identique à celui des Collectivités territoriales qui ont l'obligation de ne pas être en déficit. En outre, la séparation des budgets de fonctionnement et d'investissement au niveau de l'Etat permettrait de rendre visible le "trou" de fonctionnement.
  • Par GrandPierre • Posté le 08/11/2018 à 19:25 Vous avez parfaitement raison, l' État après avoir appliqué la TVA sur les nombreuses taxes énergétiques va demander aux Régions et aux entreprises de rembourser 20€ aux plus impactes. On marche sur la tête, une absurdité totale! Quand l'Etat et les Collectivités vont -t- elles enfin réduire leur train de vie somptueux et baisser les impôts comme Trump a su le faire avec les résultats économiques que l'on connaît. Continuons ainsi, nous entrerons en récession et les populistes gagneront les élections comme en GB et en Italie.
  • Par bernard maroy • Posté le 08/11/2018 à 18:55 Comme toujours, le gouvernement n'ose pas exposer la nécessité de diminuer la production de CO2 et, donc de pousser à s'adapter, que ce soit en se rapprochant de son travail, en se regroupant pour co-voiturage, en passant à l'électricité etc. Le seul moyen de faire bouger les choses, c'est d'attaquer au portefeuille. Enfin, il faut dire que les autres politiciens sont encore pires et tout aussi démagogiques.
  • Par dupond • Posté le 08/11/2018 à 18:39 25 % des travailleurs sous statuts publics , gaspillages en tous genres ,utopies écolo qui conduisent le pays au sous développement ( logements insalubres , règles administratives incohérentes , irresponsabilité à tous les niveaux administratifs .. etc) Jamais de sanctions pour incompétences. La vie est belle pour ceux-là mais dégradée pour les autres .......Les entreprises familiales à échelle humaine sont essorées par les taxes et les réglements inventés par des bureaucrates hors sol Le tout imposé par des lois votées par une grande majorité d' élus ( de tous bords ) enfermés dans leur bulle réglementaire
  • Par BERTRAND DEGHILAGE • Posté le 08/11/2018 à 17:54 Cette France, enfoncée jusqu'au cou n'a rien trouvé de mieux que de choisir un Président compliqué.. Déjà la France était connue pour un pays où pourquoi faire simple lorsque l'on peut faire compliqué. Tout cela génère des postes en plus et des structures dont les responsables passent à la caisse pour 4-5 et 6 fois le SMIC..Énormément de temps passé en paperasse et en parlotte..
  • Par Faïk Henablia • Posté le 08/11/2018 à 17:51 Pour paraphraser l'ancien président Reagan, à propos des démocrates, "tout ce qui bouge on le taxe ; ce qui bouge encore on le réglemente ; tout ce qui ne bouge plus on le subventionne."
  • Par Athenas • Posté le 08/11/2018 à 17:10 Pour notre Président c'est perdre la face; mais ne l'a-t-il pas déjà perdu ? En faisant un petit effort pour traquer les innombrables dépenses inutiles ou non indispensables (comme le service universel) ne pourrait-il pas la retrouver ?
  • Par Athenas • Posté le 08/11/2018 à 17:10 Pour notre Président c'est perdre la face; mais ne l'a-t-il pas déjà perdu ? En faisant un petit effort pour traquer les innombrables dépenses inutiles ou non indispensables (comme le service universel) ne pourrait-il pas la retrouver ?
  • Par BOBO54 • Posté le 08/11/2018 à 17:09 Comme d'habitude, nos ZZélites créent des usines à gaz pour accoucher d'une souris. Ce que veulent les gens (pour beaucoup ) ce ne sont pas des aides ( donc des impôts ) qui rendent esclaves ceux qui en reçoivent mais des revenus décents. Actuellement les gens en ont plus que marre du matraquage fiscal qui perdure depuis bien trop longtemps. Ajouter à ceci tous les problèmes actuels tels que immigration + insécurité + justice "" par trop laxiste "" + corruption des politiques + etc + etc................. Toucher à la bagnole aura été la goutte d'eau qui fera déborder le vase qui se remplissait depuis 50 ans. macron avec "" son pognon de dingue et ceux qui ne sont rien aura encore plus contribué à attiser les mécontentements
  • Par liberal • Posté le 08/11/2018 à 17:03 Contrairement à ce qui est dit dans cette article, les nouveaux moteurs à essence émettent plus de particules fines que les nouveaux moteurs diesel.... Quant aux voitures électriques tout dépend de l'origine de l'électricité de recharge et du mode de recyclage des batteries, encore inconnu! Le Diesel reste encore le moins polluant en CO2 et en particules fines!! L(Etat et les politique sont toujours en retard de quelques évolutions technologiques! Quels plans d'action pour réduire la consommation? le covoiturage, vélo, éteindre les bureaux et le vitrines à une certaine heure, entretien des routes
  • Par FIFI111 • Posté le 08/11/2018 à 16:56 Lorsque vous dites: "C’est ensuite créer plusieurs discriminations inéquitables : pourquoi seulement les salariés et les fonctionnaires ? Et les travailleurs indépendants, artisans, médecins, qui courent la campagne bien plus que les salariés et sont au forfait fiscal qui leur interdit de déduire leurs frais réels ? Et les retraités ? etc. C'est archi faux: Ces contribuables déduisent leurs frais réels avec il est vrai un barème kilométrique mais un barème très convenable
  • Par napo • Posté le 08/11/2018 à 16:54 Chèque essence: bonneteau fiscal, c'est le mot qui s'applique clairement aux chamboulements de fiscalité cette année. Et cela va plus loin : il y a une taxe vautours: l'actif d'un couple qui divorce est taxé à 2.85%!!! Comment a t on pu imaginer de taxer la détresse? Honte à ceux qui ont instauré cela.
  • Par Porthos • Posté le 08/11/2018 à 16:50 Ce qui est très agaçant, c'est que nos dirigeants nous prennent pour des imbéciles. Si la transition écologique des voitures leur importe tant, qu'ils utilisent le milliard d'euros que rapportent les radars ( par exemple ) pour inciter vraiment les citoyens qui le peuvent à changer de véhicule ! Le moindre véhicule électrique vaut plus de 25.000 € et souvent 30.000. Avec une prime de 6.000 € seulement, l'incitation reste de faible importance. Plutôt que l'aberrant chèque-carburant dont vous explorez les incohérences, mieux vaudrait augmenter très significativement ( 10.000 voir 15.000 € étalés par exemple sur la durée d'un prêt à l'achat qui rendrait les mensualités attractives) la prime pour des véhicules faiblement polluants : la justification écologique aurait alors un sens pour les Français qui sont capables de comprendre quand on les arnaque, ou pas.
  • Par LYH56 • Posté le 08/11/2018 à 16:43 principe de compensation émanant d'un cerveau totalement imbibé d'idéologie socialiste ; càd conforme au raisonnement de l'ancien monde : "on crée une taxe pour la redistribuer", au moins en partie, en créant de facto au passage une administration chargée : d'une part de contrôler qui a droit à la redistribution ; d'autre part assurer la redistribution aux ayants-droits" .
  • Par gribouille • Posté le 08/11/2018 à 16:22 Une nouvelle aide qui ne sera pas vérifiée comme le chèque énergie que j'ai reçu l'année dernière alors que je ne devrais pas y avoir droit. La niche fiscale pour les travaux énergétiques avec des entreprises "compétentes" qui ont la publicité par l'ADEME alors que rien n'est vérifié et qui est juste de l'arnaque, je suis en procès avec cette "entreprise compétente" depuis Décembre 2015 pour abus de confiance. Toutes ces niches fiscale payées par 40% des contribuables et cet argent est distribué gracieusement sans vérification par le gouvernement pour acheter "la paix". A présent ce sont les habitations "insalubres" qui s'écroulent. La France est a l'image de l'Afrique.
  • Par Michel • Posté le 08/11/2018 à 16:19 Encore une invention d'un produit de l'ENA ? ou d'un politique ? Des deux à la fois encore plus certainement. Que d'inventions saugrenues. Promesse : on n'augmentera pas les impôts, on les baissera... C'est bien sûr le contraire qui se passe. Mais où est la volonté de changer en bien la France ?
  • Par Bibi • Posté le 08/11/2018 à 16:08 L’APL ayant été un grand succès on refait le même processus : matraquage fiscal puis reversement d’une aide compensatoire. A quand la prochaine partie ?

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.