Société civile

Budget et fiscalité

Budget : Risque de dérapage

N° 162 • 17 novembre 2015 • Samuel-Frédéric Servière

Les attentats du 13 novembre 2015 posent la question des « marges de manœuvre » budgétaires pour la sécurité publique de nos concitoyens sur le plan intérieur comme sur le plan international. Les fonctions régaliennes doivent à nouveau monter en puissance alors même qu’elles ont pourtant été largement ponctionnées dans les années antérieures afin de « gager » des arbitrages à destination de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche mais aussi de certaines missions jugées prioritaires comme la justice ou le ministère de l’Intérieur.
Cet aggiornamento de la politique budgétaire gouvernementale implique, non pas comme l’a évoqué le président de la République le 16 novembre dernier devant le Congrès réuni à Versailles, de faire primer « le pacte de sécurité sur le pacte de stabilité », mais de permettre de renforcer la stabilité budgétaire de la France en respectant nos engagements européens et de nous redonner des capacités d’action.
 
Or, 2016 est une année charnière sur le plan budgétaire puisque ce devrait être la dernière année à présenter un déficit public supérieur à 3% avant de se redresser en 2017 à 2,7% de déficit. C’est aussi l’année où les efforts d’économies devraient être les plus massifs à cause des effets de l’inflation basse en 2015 qui en a reporté la charge sur 2016, notamment en matière de dépenses de Sécurité sociale. Or, il apparaît que :
  • Toutes administrations confondues, les économies non documentées oscillent entre 3,5 et 4,3 milliards d’euros pour 2016 (hors gages éventuels de 815 millions d’euros pour les mesures de sécurité du 13 novembre 2015) ;
  • La hausse des effectifs de l’État et de la masse salariale, désormais acquise, rend difficile la stabilisation du solde de l’État qui concentre tous les déficits ;
  • Les collectivités territoriales pour maîtriser leurs dépenses devraient geler l’évolution de leur masse salariale (ce qui n’est pas crédible) ;
  • Sur la Sécurité sociale, les économies liées à l’Ondam sont comparables à celles de 2015, alors même qu’il faudrait renforcer l’effort ;
  • La Fondation iFRAP estime un risque de dérapage sur les dépenses publiques de 7,6 milliards d’euros ;
  • Par ailleurs, nous estimons qu’il existe un risque de moindres recettes dû à des hypothèses macroéconomiques optimistes de 5,75 milliards d’euros.