Agriculture et énergie

Le gaspillage des terres agricoles en France

Une idée fausse : la menace d'artificialisation des terres agricoles

08 décembre 2010 • Philippe François

arton11839.jpg

En 2010, les syndicats agricoles ont propagé l'idée que la France allait manquer de terres agricoles, erreur immédiatement reprise par le gouvernement et certains media. D'après eux, tous les dix ans l'agriculture perdrait une surface correspondant à un département comme la Seine-et-Marne ou la Manche au profit des routes, supermarchés et logements. Une inquiétude surprenante puisque, par rapport à ses voisins européens, la France est un pays vaste et peu peuplé.

Comme le montre le diagramme ci-dessous publié par Agreste, les activités non agricoles n'utilisent qu'une faible partie du territoire français, environ 14%. Sauf en des points particuliers, leur extension ne compromet en rien l'activité agricole. De 1992 à 2009, les agriculteurs ont d'ailleurs volontiers mis deux millions d'hectares en jachère en échange d'une modeste subvention de Bruxelles.


Le gaspillage des terres agricoles en France

En 2010, tout en s'alarmant d'une éventuelle pénurie de terres agricoles, l'Etat poursuit d'ailleurs son aide en faveur des biocarburants et des fermes photo-voltaïques au sol géantes (317 hectares pour une seule centrale dans les Landes). La pénurie de terres agricoles n'est visiblement pas considérée comme un problème sérieux, et n'est agitée qu'à des fins démagogiques et pour justifier le maintien et la création de structures administratives.

Pénurie de terres ou excès de candidats ?

« De nombreux candidats agriculteurs qui souhaitent s'installer ou s'agrandir ne trouvent pas d'exploitation agricole à louer ou à acheter ». C'est ce fait bien réel qui est avancé pour justifier l'idée d'une pénurie de terres en France. Ces deux facteurs ne sont pas liés. De par ses bonnes performances, l'enseignement agricole attire de très nombreux jeunes. Un mouvement renforcé par la vogue « verte », mais les jeunes doivent être informés du nombre limité de débouchés dans le secteur des exploitations agricoles. La société n'est pas (encore) responsable de fournir à chacun le métier dont il rêve, mais c'est au contraire à chacun de s'orienter vers un métier dont la société a besoin [1].

Dans l'industrie automobile, la pénurie d'usine n'est déclarée que si les clients ne trouvent pas de voitures à acheter, pas si les candidats désireux de travailler dans ce secteur ne trouvent pas tous de poste. De même, il n'y a pénurie de terres que si la production agricole est insuffisante, pas quand les candidats agriculteurs sont trop nombreux.

La forêt coupable ou sauveur ?

L'évolution de la surface de la forêt montre que c'est la forêt qui a occupé les espaces abandonnés par l'agriculture. Mais cette évolution a été volontaire et naturelle, l'agriculture s'étant recentrée sur les terres les plus utiles. L'arrêt de la croissance de la forêt en 2008 n'est peut-être que temporaire, mais ne présente aucun caractère inquiétant vu son développement considérable depuis deux siècles et même depuis 1950.

Extension de la surface occupée par la forêt en France
Dates 1820 1950 1980 2007
Surface en millions d'hectares 8 11 14 16

Trois avis : un syndicaliste, un politique et deux experts indépendants

Source : FNSAFER, communiqué de presse, 2010

« Le gaspillage des terres continue, menaçant gravement les équilibres agricoles, écologiques et territoriaux »

Source : Bruno Le Maire, Ministre de l'agriculture, 2010

« Nous perdons sans cesse des terres agricoles, l'équivalent d'un département tous les dix ans. Il est temps que les choses changent ! »

Source : Jacques Crémer, chercheur à l'Ecole d'Economie de Toulouse et Bernard Salanié, professeur à Columbia University

« Les surfaces agricoles qui seraient gaspillées par l'urbanisation sont en fait réutilisées à des fins dont la valeur sociale est désormais supérieure. »

Lire le texte complet de l'article : Cette drôle de taxe agricole

Faire peur

En 2010, la pénurie de logements largement due à la pénurie de terrains à bâtir constitue un problème beaucoup plus urgent que l'éventuelle pénurie de terrains agricoles. Face à de nombreux défis, la société française, et notamment les jeunes, semble parfois découragée. Il est vraiment inutile d'agiter de faux problèmes mis en avant pour défendre des intérêts catégoriels.

[1] Un problème similaire existe dans le domaine du spectacle où les candidats sont tellement nombreux qu'un statut particulier (les intermittents du spectacle) a été créé pour partager le travail. Une méthode ruineuse pour les régimes sociaux et humiliante pour les intéressés.

Commentaires

  • Par Philippe François • Posté le 01/02/2011 à 10:33 Le colloque sur la disponibilité des terres au niveau mondial a eu lieu hier. Laurence Roudart, l’auteur de l’étude commandée par le Ministère Français de l’Agriculture, est professeur de développement agricole à l’Université libre de Bruxelles et semble un chercheur très respecté par les personnes participants au colloque.
    Ses conclusions sont résumées par le titre de son rapport « Terres cultivables non cultivées : des disponibilités suffisantes pour la sécurité alimentaires durable de l’humanité. » Précisons qu’il s’agit de terres qui ne nécessitent pas d’irrigation et que le réchauffement climatique éventuel améliore plutôt la situation.
    Il est possible de doubler la surface agricole cultivée sans toucher aux forêts. Et de presque la tripler si on convertit la moitié des forêts en culture. Cela semble rédhibitoire à certains, mais c’est ce qui a été fait en France jusqu’en 1900 environ, avant que la forêt ne reprenne toute sa place en doublant de superficie de 1820 à 2010.
    Comme Laurence Roudart elle-même, les autres intervenants ont bien souligné que ce constat ne résout pas tous les problèmes. L’organisation de la logistique agricole et de la production dans certains pays restent à traiter. Certains prônent l’intensification des cultures, d’autres les exploitations familiales.
    Mais on n’a jamais vu de problème résolu quand on se trompe complètement sur les causes : il n’y a pas de pénurie de terres agricoles dans le monde.
    Consulter son rapport :
    http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/10-09_Article_Roudart_Terres_cultivab...
  • Par Optimiste • Posté le 29/12/2010 à 14:16 Le Ministère français de l'Agriculture vient de publier l'étude qu'il avait commandée à un expert universitaire belge sur la question de la disponibilité des terres agricoles au niveau mondial.

    Les conclusions semblent être assez positives : il y aurait assez de terres pour nourrir tout le monde si elles était correctement exploitées.
    Téléchargez :
    •Le 4 pages de synthèse de l’étude
    http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Analyse_18_Terres_cultivables-2.pdf

    •Synthèse (59 pages) du rapport Roudart Terres cultivables /cultivées (PDF - 3.5 Mo)
    http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/10-09_Article_Roudart_Terres_cultivab...
  • Par CHATILLON Alain • Posté le 23/12/2010 à 11:35 J'ai lu l'article intitulé "le gaspillage des terres

    agricoles en France" (IFRAP 8/12/2010) et j'avoue très franchement ne pas être du tout d'accord avec cette analyse.

    Prenons pour exemple le département de la Haute-Garonne : Toulouse

    consomme 1100 ha chaque année pour la moitié de la population quand l'autre moitié ne consomme que 300 ha.

    On sait combien coûte le manque de densification en périphérie des

    villes, en termes d'énergie, ramassage des ordures ménagères, ramassage scolaire, apports des flux (eau, gaz, électricité), défense incendie.., sans oublier la pollution.

    Au demeurant, permettre des lotissements à 2500 m² est aberrant car la plupart de ces terrains ne sont pas entretenus.

    L'un de mes anciens Collègues du Sénat, Pierre LAFFITTE (qui fut

    Sénateur des Alpes Maritimes) a montré dès 2007 comment l'Allemagne, par la loi, était passée de 80.000 ha consommés par an à 35.000.

    La France doit impérativement parvenir à cette norme, avec les mêmes contraintes que la loi allemande.

    Le manque de terres agricoles, notamment dans un pays où l'on refuse les OGM, peut être grave dans les prochaines années, tout autant que la déforestation dans les pays émergents pour nourrir les populations.

    La croissance de la population mondiale, l'amélioration du niveau de vie et la nécessité de nourrir l'ensemble des êtres humains conduisent inexorablement à accroître la production agricole. Par quels moyens si peu à peu les terres agricoles disparaissent ?
  • Par Philippe François • Posté le 10/12/2010 à 19:42 Les exposés faits à la journée parlementaire sur l'agriculture m'ont confirmé qu'une très grande partie du tiers-monde trouvera à manger chez lui, notamment en Afrique et en Amérique du Sud une fois que les progrès de productivité faits en Occident seront appliqués dans ces pays. Et je ne parle pas des mega fermes de 100.000 hectares qui sont peu à peu mises au niveau en Russie, en Ukraine et dans d'autres pays.

    Je peux avoir comme vous la nostalgie des fermes de nos grands-parents. Mais ce monde est terminé et pousser nos jeunes agriculteurs dans cette direction c'est les conduire dans une impasse comme on le voit déjà. D'autre part, le problème du logement est beaucoup plus important que celui de notre nostalgie et le manque de terrains à bâtir crée la pénurie des logements que veulent nos concitoyens.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.