Société civile

Agriculture et énergie

La France face aux choix énergétiques

N° 143 • 14 février 2014 • Philippe François

À l'heure où les débats sur la compétitivité du pays, il convient de rappeler que, grâce à l'énergie nucléaire, le prix du Mégawattheure en France est l'un des plus bas d'Europe : 88 euros TTC pour l'industrie contre 134 euros en Allemagne. Mais le coût de production d'un MWh varie énormément d'une technologie à l'autre : de 1 (nucléaire) à 7 (photovoltaïque). Côté gaz, ces 10 dernières années, la production de gaz et de pétrole non conventionnels (schiste, houille…) a révolutionné la production d'énergie en Amérique du Nord et la France aurait l'un des potentiels les plus importants d'Europe : 3,800 milliards de mètres cubes d'après le département de l'énergie américain, soit 80 ans de consommation nationale alors qu'aujourd'hui, la France importe 99% de sa consommation de Gaz.

Or la Fondation iFRAP a évalué que réduire la part du nucléaire de 75 à 50%, comme cela a été annoncé par le gouvernement, pour augmenter la part de l'énergie renouvelable, conduirait à une augmentation de la facture de 30 milliards d'euros par an pour le consommateur.

Les propositions principales de la Fondation iFRAP pour renforcer l'indépendance de la France en matière d'énergie :

  • Maintenir en fonction les centrales nucléaires certifiées par l'Autorité de sûreté nucléaire, et jugées rentables par leur propriétaire.
  • Construire en permanence un puis deux réacteurs nucléaires en France, soit quatre d'ici 2030 – débuter en 2017 la construction de la centrale EPR de Penly.
  • Moduler finement le prix de l'électricité en fonction de son coût (saisonnier, journalier, horaire).
  • Évaluer le potentiel du gaz et du pétrole de schiste et mener des exploitations expérimentales. Passer à la production si elle est sûre et rentable.
  • Accentuer la recherche sur les technologies d'avenir (photovoltaïque, biomasse de seconde génération, nucléaire de 4ème génération, géothermie profonde, stockage hydrogène/méthane).
  • Supprimer les subventions et obligations d'achat aux technologies actuellement non compétitives.
  • Lancer la réflexion sur les moyens de défense contre les effets du dérèglement climatique.

Commentaires