Paris

> Revenir à la page de présentation de l'étude, les autres villes et la méthodologie <

> Revenir au bilan de la gestion municipale des très grandes villes <


Bilan de la gestion municipale 2014-2018 de la ville de Paris

 

Avec un taux d’attractivité de 82%, Paris est plus attractive que la moyenne des 20 plus grandes villes de France où ce taux est de 56% – le taux d’attractivité désignant le rapport entre le nombre d’emplois salariés au lieu de travail et le nombre d’habitants. Au total, la ville compte 2 228 409 habitants et plus de 1 816 740 personnes y travaillent.

Au deuxième trimestre 2019, le taux de chômage du département dont fait partie Paris était inférieur à la moyenne nationale : 6,4%, contre 8,4% dans le reste du pays. 69% des ménages de la ville sont imposables contre 43% au niveau national. 33% des habitants sont propriétaires de leur résidence principale et le taux de logements vacants y est de 8%. 

Population Taux attractivité Taux d'attractivité moyen de la strate Gain emplois 2014-2018 Gain revenu par habitant 2014-2018 Taux de foyers imposables Taux de foyers propriétaires Taux de logements vacants
2228409 82% 56% 5791 3 597 € 69% 33,1% 8,3%

Dépenses de fonctionnement (dont dépenses de personnel)

Dépenses de fonctionnement par habitant (2014) Dépenses de fonctionnement par habitant (2018) Evolution 2014/2018 Evolution 2014/2018 de la strate Dépense moyenne de la strate Ecart de la ville par rapport à la dépense moyenne (2018)
2 198,18 € 2 023,09 € -175,10 € -31,62 € 2 001,79 € 21,30 €

 

Dépenses de personnel par habitant (2014) Dépenses de personnel par habitant (2018) Evolution 2014/2018 Evolution 2014/2018 de la strate Dépense moyenne de la strate Ecart de la ville par rapport à la dépense moyenne (2018)
893,34 € 1 009,14 € 115,80 € 9,55 € 879,57 € 129,57 €

Investissement

Dépenses d'investissement moyennes, par habitant, 2014-2018  Dépenses d'investissement moyennes, par habitant, 2014-2018  de la strate Ecart de la ville par rapport à la dépense moyenne 
689,00 € 751,54 € -62,54 €

Dette

Dette par habitant, 2014 Dette par habitant, 2018 Evolution 2014/2018 Evolution 2014/2018 de la strate Dette moyenne de la strate Ecart de la ville par rapport à la dette moyenne (2018) Capacité de désendettement (en années)
1 855,58 € 3 054,88 € 1 199,30 € 111,46 € 2 514,48 € -540,39 € 3,28

Fiscalité

Impôts et taxes totaux, par habitant, 2014 Impôts et taxes totaux, par habitant, 2018 Evolution 2014/2018 Evolution 2014/2018 de la strate Moyenne des impôts et taxes totaux de la strate Ecart de la ville par rapport  aux impôts et taxes totaux moyens 
1 382,22 € 1 321,60 € -60,62 € 48,98 € 1 373,75 € -52,15 €

 

Impôts locaux, par habitant, 2014 Impôts locaux, par habitant, 2018 Evolution 2014/2018 Evolution 2014/2018 de la strate Moyenne des impôts locaux de la strate Ecart de la ville par rapport  aux impôts locaux moyens
934,64 € 987,69 € 53,05 € 81,24 € 1 106,21 € -118,53 €

 

La note de la Fondation iFRAP : 9,3 sur 20 en 2018 et Paris se classe au 17ème rang sur 20.


Investissement : 7,9/20

Plus les dépenses d’investissement sont importantes, meilleure est la note car ces dernières améliorent l’équipement disponible pour les habitants. Paris fait partie des villes qui dépensent moins par rapport à la moyenne des 20 communes de sa strate.

Pression fiscale : 11,0/20

En un mandat, la pression fiscale a baissé de -61 € par habitant alors que dans cette strate, les impôts ont augmenté de 49 € par habitant en moyenne. En 2018, Paris prélevait 52 € de moins par habitant par rapport à la moyenne de la strate et 119 € de moins d’impôts locaux.

Dette : 8,5/20

La dette a augmenté de 1 199 € depuis 2014, Paris présente une dette de 3 055 € quand la moyenne est de 2 514 € par habitant.

Gestion : 9,9/20

Avec 2 023 € de dépenses de fonctionnement par habitant, la ville dépense 21 € de plus que la moyenne des 20 villes (2 002 €). Néanmoins la ville a baissé de -175 € par habitant les dépenses de fonctionnement, avec 116 € de hausse des dépenses de personnel.

 

Retrouvez les 10 strates de communes étudiées :

  1. De Villeurbanne à Paris : Bilan de la gestion municipale des très grandes villes (plus de 150 000 habitants).

  2. De Montreuil à Saint-Denis de la Réunion : Bilan de la gestion municipale des grandes villes (de 107 565 à 150 000 habitants).

  3. De Nancy à Rueil-Malmaison : Bilan de la gestion municipale des villes moyennes (de 80 000 et 107 565 habitants).

  4. De Pau à Levallois-Perret : Bilan de la gestion municipale des petites villes (de 64 790 et 80 000 habitants).

  5. De Vénissieux à Martigues : Bilan de la gestion municipale des villes de 49 940 à 64 790 habitants.

  6. De Vincennes à Wattrelos : Bilan de la gestion municipale des villes de 41 490 à 49 940 habitants.

  7. De Bron à Saint-Leu : Bilan de la gestion municipale des villes de 34 100 à 41 490 habitants.

  8. De Six-Fours-les-Plages à Pierrefitte-sur-Seine : Bilan de la gestion municipale des villes de 29 700 à 34 100 habitants.

  9. De Carpentras à Orvault : Bilan de la gestion municipale des villes de 26 340 à 29 700 habitants.

  10. De Laon à Beaupréau-en-Mauges : Bilan de la gestion municipale des villes de 23 600 à 26 340 habitants.