Bilan de la gestion municipale des villes moyennes

> Revenir à la page de présentation de l'étude, les autres villes et la méthodologie <


Palmarès des villes entre 80 000 et 107 565 habitants : de Nancy à Rueil-Malmaison

En moyenne, en 2018, les 20 communes comptant entre 80 000 et 107 565 habitants (ou les "villes moyennes") ont affiché une dépense de fonctionnement par habitant moyenne de 1 885 euros. Ces dépenses ont, en moyenne sur le mandat, baissé de 65 euros par habitant. La ville qui a le plus augmenté ces dépenses de fonctionnement est Vitry-sur-Seine (198 euros en plus par habitant entre 2014 et 2018), suivie de Courbevoie (66 euros) et de Versailles (45 euros). A l'inverse, Poitiers est la ville qui a le plus baissé ces dépenses (-292 euros), suivie de Fort-de-France (-245 euros) et de Aubervilliers (-227 euros).

Dans ces dépenses de fonctionnement, il faut isoler les dépenses de personnel : elles étaient, en moyenne et en 2018, de 1 004 euros par habitant dans l'échantillon ci-dessus et depuis 2014, elles n'ont quasiment pas évolué : seulement +0,60 euro par habitant en moyennne pour la strate. Poitiers est la ville qui a le plus baissé ces dépenses de personnel (-166 euros par habitant depuis 2014), suivie de Aubervilliers (-143 euros) et de Aulnay-sous-Bois (-69 euros). En face, Fort-de-France est la ville qui a le plus augmenté ce poste de dépense (+139 euros), suivie de Vitry-sur-Seine (+118 euros) et de Courbevoie (+115 euros).

Côté investissement, la moyenne 2014-2018 par habitant est de 542 euros. Dunkerque est la ville qui a investi le plus sur le mandat, en moyenne 749 euros par habitant et par an, suivie de Saint-Pierre de la Réunion (708 euros) et de Nancy (704 euros). Asnières-sur-Seine est la ville de la strate qui a le moins investi avec 256 euros par habitant en moyenne sur le mandat et par an, suivie d'Aulnay-sous-Bois (309 euros) et de Fort-de-France (346 euros).

Au niveau de la dette, ces villes affichent, en moyenne et en 2018, une dette par habitant de 2 195 euros pour une baisse moyenne, depuis 2014, de 22,8 euros par habitant. Créteil est la ville qui a le plus baissé sa dette par habitant (-409 euros depuis 214), suivie d'Avignon (-380 euros) et de Tourcoing (-345 euros). Tandis que Vitry-sur-Seine est la ville dont la dette s'est le plus alourdie (+ 572 euros par habitant depuis 2014), suivie d'Alnay-sous-Bois (465 euros) et de Saint-Pierre de la Réunion (365 euros).

Enfin, en termes d'évolution de la fiscalité.

Les impôts totaux des villes étaient, en moyenne, de 1 307 euros dont 1 029 euros d'impôts locaux... et la tendance est à la hausse : les impôts totaux des 20 premières villes de France ont augmenté, depuis 2014 et en moyenne, de +38 euros par habitant tandis que les impôts locaux augmentaient de +68 euros en moyenne sur la période. Poitiers est la ville où les impôts totaux ont le plus augmenté (+294 euros depuis 2014), suivie de Créteil (+232 euros) et de Colombes (+219 euros) alors que Dunkerque affichait la plus forte baisse (-474 euros), suivie de Courbevoie (-459 euros) et de Nanterre (-225 euros). Concernant les impôts locaux, Asnières-sur-Seine affichait la plus forte hausse par habitant (+198 euros depuis 2014), suivie de Colombes (+188 euros) et de Vitry-sur-Seine (+167 euros)... tandis que la baisse la plus forte est à Courbevoie (-201 euros), suivie de Nanterre (-82 euros) et de Reuil-Malmaison (-6 euros).

Consultez les résultats ville par ville, par population décroissante :

  1. Nancy
  2. Saint-Paul
  3. Tourcoing
  4. Roubaix
  5. Nanterre
  6. Avignon
  7. Vitry-sur-Seine
  8. Créteil
  9. Poitiers
  10. Dunkerque
  11. Versailles
  12. Asnières-sur-Seine
  13. Colombes
  14. Saint-Pierre de la Réunion
  15. Aubervilliers
  16. Aulnay-sous-Bois
  17. Courbevoie
  18. Fort-de-France
  19. Cherbourg-en-Cotentin
  20. Rueil-Malmaison

> Revenir à la page de présentation de l'étude, les autres villes et la méthodologie <