Bilan de la gestion municipale des villes de 34 100 à 41 490 habitants

> Revenir à la page de présentation de l'étude, les autres villes et la méthodologie <


Palmarès des villes  de 34 100 à 41 490 habitants : de Bron à Saint-Leu

En moyenne, en 2018, les villes de la strate ont affiché une dépense de fonctionnement de 1 768 euros par habitant. Ces dépenses ont, en moyenne, diminué de -2 euros par habitant entre 2014 et 2018. Melun est la ville qui a le plus baissé ces dépenses (-314 euros par habitant depuis 2014), suivie de Savigny-sur-Orge (-379 euros), du Lamentin (-274 euros), de Saint-Benoit (-205 euros) et de Montelimar (-191 euros). A l'inverse, Bron est la ville qui a le plus augmenté ces dépenses (+369 euros), suivie de Sainte-Geneviève-des-Bois (+242 euros), Auxere (+216 euros), de Joue-les-Tours (+179 euros) et de Saint-Chamond (+176 euros).

Dans ces dépenses de fonctionnement, il faut isoler les dépenses de personnel : elles étaient, en moyenne et en 2018, de 918 euros par habitant dans l'échantillon ci-dessus et depuis 2014, elles ont, en moyenne, augmenté de +19 euros par habitant. Savigny-sur-Orge est la ville qui a le plus baissé ces dépenses de personnel (-159 euros par habitant depuis 2014), suivie de Saint-Benoit (-156 euros), de Montelimar (-118 euros), de Saint-Jeu (-91 euros) et de Saint-Joseph (-85 euros). A l'autre bout, Le Port est la ville qui a le plus augmenté ce poste de dépense (+162 euros), suivie de Joue-les-Tours (+148 euros), d'Anglet (+118 euros), de Conflans-Sainte-Honorine (+97 euros) et de Saint-Chamond (+96 euros).

Côté investissement, la moyenne 2014-2018 par habitant est de 546 euros. Vitrolles est la ville qui a investi le plus sur le mandat, en moyenne 1 090 euros par habitant et par an, suivie de Neuilly-sur-Marne (889 euros), de Annemasse (831 euros), de Reze (813 euros) et d'Anglet (795 euros). Franconville est la ville de la strate qui a le moins investi avec 211 euros par habitant en moyenne sur le mandat et par an, suivie de Le Lamentin (239 euros), de Savigny-sur-Orge (263 euros), de Conflans-Sainte-Honorine (306 euros) et de Pontault-Combault (335 euros).

Au niveau de la dette, ces villes affichent, en moyenne et en 2018, une dette par habitant de 1 819 euros pour une augmentation moyenne, depuis 2014, de 92 euros par habitant. La Ciotat est la ville qui a le plus baissé sa dette par habitant (-874 euros depuis 214), suivie d'Anglet (-425 euros), de Marq-en-Baroeul (-391 euros), de Montelimar (-373 euros) et de Saint-Raphael (-365 euros). Tandis que Pontault-Combault est la ville dont la dette s'est le plus alourdie (+ 1 524 euros par habitant depuis 2014), suivie de Vitrolles (+860 euros), de Chatillon (+835 euros), de Bagnolet (+807 euros) et de Hagueneau (+502 euros)

Enfin, en termes d'évolution de la fiscalité. Les impôts totaux des villes étaient, en moyenne, de 1 237 euros dont 974 euros d'impôts locaux... et la tendance est à la hausse : les impôts totaux de la strate ont augmenté, depuis 2014 et en moyenne, de +115 euros par habitant tandis que les impôts locaux augmentaient de +105 euros en moyenne sur la période. Bron est la ville où les impôts totaux ont le plus augmenté (+507 euros depuis 2014), suivie de Le Perreux-sur-Marne (+355 euros), de Gagne (+325 euros), de Bagnolet (+266 euros) et de Melun (+263 euros) alors que Vitrolles affichait la plus forte baisse (-115 euros), suivie de Tremblay-en-France (-73 euros), de Creil (-42 euros), d'Anglet (-24 euros) et de Saint-Martin-d'Heres (-16 euros). Concernant les impôts locaux, Le Perreux-sur-Marne affichait la plus forte hausse par habitant (+384 euros depuis 2014), suivie de Bagnolet (+252 euros), Gagny (+245 euros), de Marignane (+241 euros) et de La Ciotat (+238 euros)... tandis que Villepinte et Hagueneau sont les seules villes où les impôts locaux ont baissé (respectivement, -45 et -18 euros).


> Revenir à la page de présentation de l'étude, les autres villes et la méthodologie <