Bilan de la gestion municipale des villes de 29 700 à 34 100 habitants

> Revenir à la page de présentation de l'étude, les autres villes et la méthodologie <


Palmarès des villes de 29 700 à 34 100 habitants : de Six-Fours-les-Plages à Pierrefitte-sur-Seine

En moyenne, en 2018, les villes de la strate ont affiché une dépense de fonctionnement de 1 718 euros par habitant. Ces dépenses ont, en moyenne, augmenté de +12 euros par habitant entre 2014 et 2018. La Garenne-Colombes est la ville qui a le plus baissé ces dépenses (-400 euros par habitant depuis 2014), suivie de Trappes (-364 euros), de Chatenay-Malaby (-239 euros), de Athis-Mons (-216 euros) et de Cachan (-214 euros). A l'inverse, Rillieux-la-Pape est la ville qui a le plus augmenté ces dépenses (+474 euros), suivie de Meyrieu (+441 euros), de Plaisir (+383 euros), de Villenave-d'Ornon (+314 euros) et de Baie Mahault (+224 euros).

Dans ces dépenses de fonctionnement, il faut isoler les dépenses de personnel : elles étaient, en moyenne et en 2018, de 897 euros par habitant dans l'échantillon ci-dessus et depuis 2014, elles ont, en moyenne, augmenté de +32 euros par habitant. Viry-Chatillon est la ville qui a le plus baissé ces dépenses de personnel (-140 euros par habitant depuis 2014), suivie de Athis-Mons (-116 euros), de Trappes (-105 euros), des Mureaux (-85 euros) et de Chatellerault (-77 euros). A l'autre bout, Villenave-d'Ornon est la ville qui a le plus augmenté ce poste de dépense (+300 euros), suivie de Lievin (+233 euros), de Malakoff (+179 euros), de Rillieux-la-Pape (+163 euros) et de Meyzieu (+141 euros). 

Côté investissement, la moyenne 2014-2018 par habitant est de 529 euros. Chatenay-Malabry est la ville qui a investi le plus sur le mandat, en moyenne 1 099 euros par habitant et par an, suivie de Villenave-d'Ornon (975 euros), de Saint-Medard-en-Jalles (918 euros), de Schiltigheim (763 euros) et de Rillieux-la-Pape (742 euros). Viry-Chatillon est la ville de la strate qui a le moins investi avec 205 euros par habitant en moyenne sur le mandat et par an, suivie de Hay-les-Roses (245 euros), de Chatou (260 euros), de Villeuneuse-Saint-Georges (288 euros) et de Vigneux-sur-Seine (290 euros).

Au niveau de la dette, ces villes affichent, en moyenne et en 2018, une dette par habitant de 1 764 euros pour une augmentation moyenne, depuis 2014, de 32 euros par habitant. Savigny-le-Temple est la ville qui a le plus baissé sa dette par habitant (-1 416 euros depuis 214), suivie de Trappes (-1 246 euros), de Montigny-le-Bretonneux (-1 196 euros), de Viry-Chatillon (-708 euros) et d'Aix-les-Bains (-516 euros). Tandis que Plaisir est la ville dont la dette s'est le plus alourdie (+2 269 euros par habitant depuis 2014), suivie de La Possession (+846 euros), de Malakoff (+591 euros), de Maubeuge (+553 euros) et de Mont-de-Marsan (+550 euros).

Enfin, en termes d'évolution de la fiscalité. Les impôts totaux des villes étaient, en moyenne, de 1 251 euros dont 975 euros d'impôts locaux... et la tendance est à la hausse : les impôts totaux de la strate ont augmenté, depuis 2014 et en moyenne, de +163 euros par habitant tandis que les impôts locaux augmentaient de +129 euros en moyenne sur la période. Rillieux-la-Pape est la ville où les impôts totaux ont le plus augmenté (+520 euros depuis 2014), suivie de Meyzieu (+505 euros), de Villeneuve-Saint-Georges (+455 euros), de Clichy-sous-Bois (+431 euros) et de Baie Malhault (+391 euros) alors que Montigny-le-Bretonneux affichait la plus forte baisse (-142 euros), suivie de Chatellerault (-93 euros), d'Epinal (-81 euros), de Trappes (-55 euros) et de Maubeuge (-28 euros). Concernant les impôts locaux, Saint-Cloud affichait la plus forte hausse par habitant (+496 euros depuis 2014), suivie de Nogent-sur-Marne (+388 euros), de Villeneuve-Saint-Georges (+334 euros), de Plaisir (+290 euros) et de l'Hay-les-Roses (+287 euros)... tandis que les impôts locaux baissent à Epinal (-72 euros), à Goussainville (-44 euros), à Orange (-27 euros), à Trappes (-26 euros) et à Matoury (-2 euros).


> Revenir à la page de présentation de l'étude, les autres villes et la méthodologie <