Société civile

Retraite

Retraites : Les chiffres cachés

N° 152 • 31 décembre 2014 • Sandrine Gorreri

La même semaine, le Conseil d'orientation des retraites (COR) et la Cour des comptes ont livré deux visions radicalement différentes de l'avenir des retraites. Le COR explique que la dernière réforme des retraites a redressé la trajectoire des retraites dans leur ensemble, tandis que la Cour des comptes indique qu'il y a urgence à sauver les retraites complémentaires du privé, sans traiter des retraites du public, pourtant déjà sous perfusion. Cette cacophonie tient à la complexité de notre système de retraite, qui le rend aujourd'hui impossible à piloter. Mais contrairement aux rapports qui se veulent rassurants et aux indicateurs biaisés, la Fondation iFRAP montre dans cette étude que notre système de retraite, qui représente 293 milliards d'euros de prestations servies, est à bout de souffle.

Mais contrairement aux rapports qui se veulent rassurants et aux indicateurs biaisés, la Fondation iFRAP montre dans cette étude que notre système de retraite, qui représente 293 milliards d'euros de prestations servies, est à bout de souffle. Derrière des déficits cachés, les régimes de retraite vivent d'expédients et au final, notre système ne survit qu'au prix d'une augmentation continue des cotisations et prélèvements qui menace la compétitivité des entreprises et grève les budgets de l'État, des collectivités locales et des hôpitaux.

  • La complexité masque également des coûts de gestion parmi les plus élevés en Europe (entre 1,6 et 2% alors que la moyenne européenne est à 1,2% des prestations versées).
  • La complexité masque aussi le problème central de l'équité du système : grâce à cette étude nous montrons qu'en appliquant les règles de cotisation et de liquidation du privé à la fonction publique, c'est jusqu'à 4 milliards d'euros d'économies potentielles annuellement qu'il serait possible de réaliser.
  • La complexité pose enfin la question du financement des éléments de solidarité de notre système de retraite, qui, compte tenu de leurs coûts – 20% du total des prestations versées – doivent être remis à plat.

Commentaires

  • Par CARRE • Posté le 17/02/2016 à 14:25 Il est important de savoir qu'une retraite de fonctionnaire est calculées sur 75% de son traitement.Je dit bien traitement et non revenu car au traitement il faut ajouter toutes les primes que les fonctionnaires déclarent mais sur les quelles la retraite n'est pas calculées.

    Quand on compare entre fonction public et privé, le montant que touche effectivement un fonctionnaire n'est pas plus élevé que celui touché par un privé (environ 65 à 66%). Aux 50% environ qu'offres les caisses du privé il faut ajouter les caisses complémentaires.

    Par contre que le montant de la cotisation soit identique ne me choque pas.
  • Par Jean-Paul • Posté le 17/01/2015 à 08:03 Parler des retraites du public sans préciser est une aberration. En effet les retraites de la fonction public d'état sont assurés par l'état. En effet les "retraités" fonctionnaires d'état sont en cessation d'activité et réquisisionnables en cas de besoin.
  • Par Tom de vendee • Posté le 16/01/2015 à 17:17 Quand va t-on enfin uniformiser tous les régimes et cesser de nous mentir en nous laissant croire que tout va bien?

    Quand va t-on enfin s'occuper des régimes spéciaux qui plombent les comptes des régimes du privé en vidant leurs caisses de retraite?

    Quand le gouvernement va t-il enfin provisionner les retraites de ses fonctionnaires et autres employés?
  • Par VIGNELLO Daniel • Posté le 16/01/2015 à 15:59 Je ne remets pas en cause vos calculs et tableaux mais, penchez-vous sur les calculs de mon collègue, expert comptable en retraite et de moi-même sur le pillage des retraites du privé par ceux qui n'ont pas de caisse et qui touchent des rentes monstrueuses à la charge de nous mêmes et de nos enfants ? Je veux parler des fonctionnaires et assimilés qui en 30 ans sont la cause de plus de 50 % de notre dette abyssale de plus de 2000 milliards d'€. Ce ne sont pas des élucubrations mais la reprise des chiffres du COR et de la Cour des Comptes. Nos millions de fonctionnaires s'occupent du détail mais jamais du principal !!!