Prix Maxi Business Club

07 mars 2014 • l'équipe de la Fondation iFRAP

Jeudi 6 mars, Agnès Verdier-Molinié, directeur de la Fondation, remportait un prix spécial de la part du Maxi Business Club pour son livre 60 milliards d'économies… Oui, mais tous les ans !.

Samedi 15 mars, le Figaro revenait sur la remise des prix :

Prix spécial à Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié s'est de son côté vu décerner un prix spécial pour 60 milliards d'économies, aux éditions Albin Michel.

[…]

La réforme était également au cœur de l'ouvrage d'Agnès Verdier-Molinié, que le général Georgelin a qualifié de très complémentaire de celui de Jean-Louis Beffa, puisque visant les dépenses publiques. Il a salué le travail minutieux d'évaluation de la directrice de l'Ifrap afin de détailler le surcoût de production de nos services publics. Il a aussi rappelé quelques-unes des solutions avancées par l'auteure : comme par exemple, comprimer le mille-feuille territorial, transformer l'usager en client, développer les partenariats privé-public, moderniser le statut des fonctionnaires…

Le magazine Les annonces de la Seine revenait également sur la cérémonie dans son édition du 14 mars :

Le système français en déficit s'effondre et, plus nous dépensons pour le sauver, plus il nous ruine. Seule issue : le réformer. Comment ? Le travail minutieux d' Agnès Verdier Molinié montre que les solutions existent… du côté de la baisse des dépenses publiques : il faut faire 60 milliards d'économies - chaque année (grâce aux réformes). Le surcoût de production de nos services publics est en eff et énorme. L'auteur détaille les pistes, non sans montrer que beaucoup de réformes du précédent quinquennat ont été vidées de leur sens.

Il faut réduire l'emprise des administrations sur les ministres, moderniser le statut des fonctionnaires (rédigé par Maurice Thorez), endiguer les abus de la Sécurité Sociale, transformer l'usager en client, comprimer le mille-feuille territorial.

L'opacité, voire le secret, doivent faire place à la transparence. Une solution recommandée est le partenariat public-privé, qui permet de produire moins cher.

Au total, la diminution du nombre des agents publics dégagerait 18,3 milliards d'euros ; les économies dans les caisses de Sécurité Sociale, 29,9 ; et les restructurations au niveau local, 11,6. Soit les 60 milliards annoncés, qui correspondent au différentiel de coût de production de 2,8 % du PIB entre la France et la moyenne des économies européennes. Libérée de ce surpoids qui l'étouffe, la croissance économique pourrait repartir en France.

PDF - 257.7 ko
Cliquez pour agrandir