L'Ifrap s'attaque aux DOM

05 juin 2009 • l'équipe de la Fondation iFRAP

La lettre A du 5 juin 2009 reprend notre dossier sur les DOM.

Extrait :

Trop nombreux les fonctionnaires ultramarins ? C'est l'avis
de l'Ifrap qui dénonce les primes d'éloignement, à l'origine
selon lui d'une distorsion de concurrence.

Cap sur l'Outre-mer. Dans le prochain numéro de sa revue
Société civile, le très libéral Institut français de recherche sur
les administrations publiques (Ifrap) s'intéresse au cas des
fonctionnaires ultramarins. Rédigé par Samuel-Frédéric Servière,
le dossier dénonce le poids du secteur non marchand,
qui oscille entre 30 et 34,6% du PIB dans les DOM contre 19,5%
en métropole. Particulièrement critiquées, les indemnités
d'éloignement, primes de vie chère (jusqu'à 53% du traitement
à La Réunion) et autres compléments de salaires ou de
retraites seraient à l'origine d'un surcoût pour l'Etat, estimé à
875 millions d'euros par an dans les DOM et à 1,5 milliard par
an dans l'ensemble des territoires ultramarins.

Pour l'Ifrap, ces "sursalaires" provoquent une distorsion de
concurrence qui pèse sur l'attractivité et le dynamisme du secteur
privé. Sa proposition consiste à aligner, à terme, "le taux
d'emploi public sur celui de la métropole". Celle-ci permettrait de
dégager une économie de 2 milliards € par an. Le think-tank
relève, à ce titre, que "les plus de 50 ans représentent 33% des
eff ectifs." Et d'en conclure : "Il existe donc une chance à saisir d'ici
à dix ans pour réduire la voilure à moindre coût politique".