Marine Le Pen

Le scénario « Application du programme de Marine Le Pen » est composé des trois éléments suivants : La mise en place durant le quinquennat de Marine Le Pen de 2017 à 2022 des mesures économiques proposées dans son programme (voir en annexe le détail sur les dépenses et les prélèvements obligatoires des différentes mesures). La sortie de l’euro en 2019. Les conséquences sur les taux d’intérêt des deux éléments précédents dès 2017.

Pour apprécier les conséquences de la sortie de l’euro et de la mise en place d’un nouveau Franc en 2019 (avec une parité 1 euro = 1 nouveau franc), nous considérons que celui-ci serait dévalué de 20% par rapport à l’euro. Cela entraine une hausse du prix des importations (de 20% à long terme) et une baisse du prix des exportations. Nous considérons cependant que la sortie de l’Union européenne entraine une réévaluation des droits de douane appliqués aux produits français (de sorte que la baisse du prix des exportations ne serait à long terme que de 10%). Nous considérons que la crainte d’une sortie de l’euro et d’une dette non soutenable du fait de la hausse des dépenses publiques prévue sur le quinquennat, entrainerait, dès 2017, une tension sur les taux d’intérêt. Le taux d’intérêt à long terme sur les obligations de l’Etat (actuellement de l’ordre de 2%) grimperait à 6% dès 2017, 8% en 2018 et 10% à partir de 2019.

Dépenses publiques

Economies de dépenses publiques dans le Programme de Marine Le Pen, en milliards d'euros

Montants en milliards d'euros des mesures détaillées (par an)

Economies présumées sur l'immigration et sur la délinquance

14

Fin du versement de la contribution à l'UE

20

Economies sur la gestion de la Sécurité sociale

6,4

Suppression AME

1

Suppression des régions et des intercommunalités

10

Abaisser le nombre de députés à 300 (contre 577 aujourd’hui) et le nombre de sénateurs à 200 (contre 348 aujourd’hui).

0,143

Remettre en ordre le statut d’intermittent du spectacle par la création d’une carte professionnelle afin de préserver ce régime tout en opérant un meilleur contrôle des structures qui en abusent.

0,283

Total des baisses de dépenses publiques

51,8

Hausses de dépenses publiques dans le Programme de Marine Le Pen, en milliards d'euros

Montants en milliards d'euros des mesures détaillées (par an)

Nationaliser les sociétés d’autoroutes

3,4

Bâtir une loi de programmation du patrimoine. Augmenter le budget alloué de 25%.

0,25

Hausse du budget public de la recherche de 30%  (pour le porter à 1% du PIB).

5

Dégeler et revaloriser le point d’indice pour les fonctionnaires.

10

Augmenter le nombre de postes de magistrats.

0,726

Augmenter dès la première année du mandat le budget de la Défense à 2% du PIB puis tendre vers 3% à l’horizon de la fin du quinquennat.

28

Recrutement de 6.000 agents des douanes

1,5

Construction 40.000 places de prison

4

Valorisation de 20% du minimum vieillesse

0,7

Rétablir l'universalité des allocations familiales

0,9

Revaloriser de 25% les APL pour les jeunes jusqu’à 27 ans dès la première année du quinquennat.

1,2

Augmentation de 20% de l'AAH

1,9

Prime pouvoir d'achat pour les petits salaires et les petites retraites (jusqu'à 1.500 euros par mois)

12,5

Création d'un 5ème risque de la Sécurité sociale

2

Augmentation de 5% des effectifs de la FPH

0,4

Retraite à 60 ans sous condition de 40 annuités de cotisation

22

Total des hausses de dépenses publiques

94,5

Fiscalité et recettes

Baisses de prélèvements obligatoires dans le Programme de Marine Le Pen, en milliards d'euros

Montants en milliards d'euros des mesures détaillées (par an)

Défiscalisation des heures supplémentaires

4,5

Baisse de l'IR (10% sauf la dernière tranche, hausse du plafond du quotient familial, rétablissement de la demi part veuf, défiscalisation de la majoration des pensions pour les parents de familles nombreuses)

11

Réduction de la taxe d'habitation pour les plus modestes

1

Baisse de l'IS pour les PME (taux à 24%)

5,5

Pérenniser le CICE et le conditionner au maintien de l'emploi

0

Baisse de 10% des DMTO

0,8

Créer un dispositif « premier emploi » qui exonère totalement de charges la première embauche d’un jeune de moins de 21 ans par une entreprise et ce pour un délai maximum de deux ans.

1

Fusion de l’IS et de la contribution économique territoriale (CET)

3,4

Total des baisses de prélèvements obligatoires

27,2

 

Hausses de prélèvements obligatoires dans le Programme de Marine Le Pen, en milliards d'euros

Montants en milliards d'euros des mesures détaillées (par an)

Création d'une contribution sociale sur les importations de 3%

20

Taxe additionnelle sur l'embauche de salariés étrangers

2

Lutte présumée contre la fraude fiscale

18

Total des hausses de prélèvements obligatoires

40

Solde public et dette

La mise en place du programme de Marine Le Pen pèserait très fortement sur le solde public qui serait déficitaire de 8,9% en 2022 (soit 248 milliards d’euros). Ceci provient à la fois des nombreuses dépenses nouvelles engagées mais également du surcroît d’intérêt de la dette (dette plus lourde et envolée des taux d’intérêt qui atteindraient 10% à partir de 2019)

La dette publique atteint 3.201 milliards d’euros en 2022 (114,7% du PIB) (il convient de noter que le PIB en valeur est lui-même différent entre les deux scénarios notamment du fait de la plus forte progression des prix dans le scénario « programme Marine Le Pen »).

Taux de chômage

Environ 140.000 emplois  marchands sont détruits par an en moyenne entre 2017 et 2022. Le taux de chômage atteindrait 11,7% en 2022 contre 9,0% dans le scénario de référence. Les effets de la sortie de l’euro sont très négatifs sur l’emploi (835.000 emplois marchands de moins que dans le compte de référence en 2022).

PIB et balance commerciale

En 2022, le scénario « Programme Marine Le Pen» aboutit à un PIB inférieur de 4,9% à son niveau du compte de référence. Cette baisse du PIB par rapport au scénario de référence s’explique par la contribution négative de la consommation et de l’investissement suite à la dévaluation du franc/sortie de l’euro. La contribution du commerce extérieur à la croissance est forte l’année de la sortie de l’euro mais l’effet diminue au fil des années et ne compense de toute façon pas les autres effets négatifs de la sortie de l’euro.

En 2022, le déflateur du PIB est supérieur de 1,40% à son niveau du compte de référence. La différence la plus marquée en termes d’évolution du déflateur du PIB entre le scénario Marine Le Pen et le compte de référence, apparaît l’année de la sortie de l’euro.

 

Retour