Fonction publique et administration

Salaires des fonctionnaires : la légende écornée par la Cour des Comptes

07 avril 2008 • Philippe François

fonctionpublique_administration.jpg

Dans son rapport au Parlement sur la Banque Postale, la Cour des Comptes indique que « le coût moyen des fonctionnaires employés par La Poste, qu'il s'agisse des cadres ou des agents, reste, avant comme après la réforme du financement de leurs retraites, supérieur à celui des salariés de droit privé exerçant des fonctions similaires ».

Et pourtant la réforme des retraites des postiers fonctionnaires a transféré 1 milliard € par an du budget de La Poste à celui de l'Etat et donc des contribuables. Etre salarié d'une banque en France est généralement considéré comme une situation satisfaisante voire enviable. Mais la Cour dit que les fonctionnaires de La Banque Postale coûtent plus cher que leurs collègues des banques privées. On savait déjà que les fonctionnaires des hôpitaux publics (infirmières, aides soignantes, administratifs, ouvriers ... tous sauf certains médecins) sont en moyenne mieux payés que leurs collègues des cliniques privées. Question : est-ce la même chose pour tous les fonctionnaires ?

Comment se propagent les contre-vérités sur les salaires des fonctionnaires ? Un exemple : Le 6 avril 2008, au cours de l'émission La Tribune BFM, Julien Dray, député, candidat à la présidence du Parti Socialiste, interrogé par Ruth Elkrief, a déclaré que "le salaire moyen des fonctionnaires est de 1100 à 1200 € par mois". Ce mensonge peut être réécouté sur le site de BFM.

En réalité c'est le double pour la fonction publique centrale

Commentaires

  • Par jojo • Posté le 10/06/2010 à 18:31 Pour compléter, voici les tableaux de l'INSEE sur les salaires moyens des secteurs privés, semi-public et public
    On voit bien que les salaires nets moyens perçus dans les collectivités locales, toutes catégories confondues, soit 20 509 euros en annuel ou 1709 euros net, sont classés dans les derniers par rapport à tous les autres secteurs d'activités.
    Collectivités locales
    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATSEF04118

    Secteur privé et semi-public (salaire net moyen mensuel: 24 012 euros)
    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF04155

    Entrepreneurs privés (salaire net moyen mensuel: 25 900 euros)
    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATRAI04127
    La rémunération nette moyenne des agents de l'Etat se situe dans le haut du pavé : 2244 euros nets mensuels
    Salaires mensuels nets
    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF04161
    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF04158
    Le salaire net moyen annuel des cadres du secteur privé est également supérieur à celui des cadres des collectivités locales :
    Cadres secteur privé
    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATCCF04110

    Cadres collectivités locales
    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATSEF04118
  • Par Jojo • Posté le 09/06/2010 à 19:12 Vous avez une idée assez étroite des fonctions d'un DRH dans une collectivité territoriale.
    Contrairement à ce que vous affirmez, la concurrence existe bel et bien entre collectivités locales pour s'approprier les meilleurs éléments notamment dans les métiers à forte pénurie (médecin du travail, auxiliaires de puériculture par exemple), à forte mobilité (police municipale), où en concurrence directe avec le privé (métiers du bâtiment et de la voirie, restauration).
    Cette concurrence est très forte, d'autant que la procédure de recrutement est identique à celle du secteur privé (annonces, entretiens, cabinets de recrutement, négociations salariales : oui, nous négocions les salaires avec la marge de manœuvre du régime indemnitaire, des avantages en nature et des prestations sociales offertes par la collectivité! Sinon comment voulez vous que l'on attire des talents?).
    Cela oblige les collectivités à définir et à mettre en place des politiques RH attractives tant dans le recrutement que dans les conditions de travail et d'évolution de carrière.
    Le DRH d'une collectivité territoriale est aussi amené à se séparer de contractuels soit par le licenciement, soit par le non renouvellement de contrats. Cela nécessite généralement une campagne communication préalable et une gestion des contentieux a posteriori.
    Il gère des salariés de droit privé (apprenti, intérimaires, contrat avenir, etc). Négociation de contrats avec les agences d'intérim.
    Nous avons des missions d'hygiène et de sécurité, de reclassement professionnel, d'optimisation des ressources, de négociations sociales, de communication interne, d'expertise, d'audit, de reporting, etc, sans compter les difficultés liée aux objectifs politiques donnés par celui qui dirige la collectivité (maire ou président).
    Nous sommes très loin de l'administrateur du personnel. Les collectivités territoriales ont énormément évoluées, leurs métiers avec.
    Les métiers évoluent très vite. Et ils ne faut les confondre avec les grades qui sont eux figés. Grade et emploi sont distincts.
    Répertoire des métiers de la fonction publique territoriale.

    DRH : http://cnfpt.fr/fr/particuliers/contenu.php?id=42&action=det&id_metier=595
    En ce qui concerne les salaires du secteur privé, il suffit de lire les annonces publiées sur le net pour constater les salaires proposés et les écarts avec le public. C'est flagrant notamment dans les postes à responsabilité.
    Encore récemment, un candidat venant du secteur privé avait postulé sur un emploi de gestionnaire paie (catégorie C : entre 1100 et 1800 euros nets par mois). Ce candidat, dix ans d'expérience, gagnait 2600 euros nets mensuel, c'est à dire pratiquement ce que je gagne. Sur 10 candidats du secteur privé, pas un ne touchait en dessous de 1700 euros nets qui est la rémunération d'un agent de catégorie C avec 25 ans d'expérience. Aucun de ces candidats n'avait une telle expérience. Quant aux candidats fonctionnaires, il n'y en avait pas!
    Ma femme travaille dans une grande entreprise. Son salaire est largement supérieur au mien sans les responsabilités qui sont les miennes, ni le management. Intéressement, PEE, mutuelle d'entreprise, CE. Incomparable!
    Oui, il y a des agents sous payés et d'autres surpayés et ce n'est pas forcément lié aux syndicats, mais beaucoup aussi aux élus et surtout aux citoyens qui ont abandonné la chose publique. Cela laisse le champ libre à tous les abus et toutes les injustices.
    Je ne suis pas vraiment pour la suppression du statut de la fonction publique parce que l'accès aux emplois publics doit être fortement encadré pour éviter toute dérive.
    Par contre, je suis pour d'importantes modifications : mise en place d'un délai de carence de 3 jours, inspection du travail autorisée à intervenir dans les collectivités territoriales, fin des comités médicaux et commissions de réforme, des commissions administratives paritaires, fin du système des médecins agréés et intégration au régime général de la sécurité sociale, fin de cette double justice administrative et judiciaire : une seule justice pour tous, affiliation obligatoire des collectivités aux ASSEDIC, limitation des renouvellements de CDD, suppression des congés bonifiés, transfert de l'enseignement artistique à l'éducation nationale, suppression des arrêtés de recrutement au bénéfice de contrats correctement rédigés, suppression de la règle du rejet implicite au bout de deux mois (contentieux administratif), assouplissement des procédures de sanction disciplinaire, de reclassement professionnel, de licenciement pour inaptitude physique, d'abandon de poste, etc.
    Autre problème d'une réforme statutaire : les députés et sénateurs sont pour la plupart des élus locaux, les sénateurs étant élus par les élus locaux. Iront-ils à l'encontre de leurs intérêts? Il faut dire ce qui est, le statut de la fonction publique tel qu'il est aujourd'hui les favorisent : très peu de contrôles (cour des comptes tous les dix ans, urssaf idem), explosion des CDD, précarité totale des CDD (très peu de droits, jurisprudence défavorable), ne parlons même pas des fameux vacataires ou c'est le grand n'importe quoi, l'attribution des allocations pour perte d'emploi pour laquelle les élus sont juges et parties, les recrutements ou les avancements illégaux avec la complicité soit des préfectures, soit des centres de gestion, le maintien illégal de fonctionnaires au-delà de l'âge légal de 65 ans avec la complicité de la trésorerie, etc.
  • Par Philippe François • Posté le 08/06/2010 à 13:55 Puisque vous êtes très franc, je vais l'être aussi : vous n'êtes pas tout à fait Directeur des Ressources Humaines, mais plutôt administrateur du personnel. Avec des augmentations de salaires et des carrières étroitement encadrées par les règlements qui arrivent du ministère, des métiers qui évoluent très peu, pas de concurrrents, certain de ne jamais être contraint de faire un plan social pour les fonctionnaires que vous embauchez, votre rôle est très différent de celui d'un DRH d'une PME de 2000 personnes. Je crois que vous surestimez aussi beaucoup les salaires moyens du privé.

    Mais comme l'iFRAP le répète sans cesse, nous ne pensons pas que les focnctionnaires soient trop payés, nous estimons que les très bons fonctionnaires ne sont pas assez payés, les mauvais sans doute trop, et que l'évolution des carrières à l'ancienneté est un non-sens. Je pense qu'en tant que DRH, vous en êtes convaincu. Comme en témoigne l'auteur du commentaire précédant le vôtre, il est évident qu'il existe des fonctionnaires dynamqiues et responsables qui travaillent 55 heures par semaine sans en être récompensés, soit parce qu'ils sont trop jeunes, ou n'ont pas le bon diplôme. C'est décourageant pour les meilleurs.

    Autre sujet tabou. Quand on regarde les statistiques, il est clair que dans la fonction publique, les syndicats ont obtenu que les catégories les moins qualifiées soient mieux payées que dans le privé. C'est en gros le contraire pour les plus qualifiés motivés.

    J'aimerais que vous rejoigniez les campagnes de la Fondation iFRAP pour la suppression du statut de la fonction publique hors fonctions régaliennes.
  • Par jojo • Posté le 08/06/2010 à 13:55 Je suis fonctionnaire territorial, DRH d'une commune employant 2000 agents permanents et je gagne 33000 euros nets (48KE) par an soit 2750 euros nets par mois. Mon service comprend 25 agents répartis sur toutes les fonctions RH (paie, carrière, retraite, maladie, GPEEC, formation, ect)
    Pensez-vous qu'a poste égal, je gagne plus que dans le privé?
    Bien sûr que non, je gagne 2 à 3 fois moins sans compter les PEE, les stock options, les avantages en nature qui s'ajoutent généralement dans les entreprises de même taille. Les rémunérations de DRH dans les entreprises de + de 2000 salariés tourne autour de 100 000 euros par an.
    Tout cela pour vous dire que vous généralisez à toute les fonctions publiques ce qui peut être constaté dans certains secteurs qui ne sont pas représentatifs de la réalité.
    Allez faire un tour, physiquement, dans les communes. Vous allez être surpris du faible niveau des rémunérations et des retraites. Vous allez surpris de la précarité qui y règne (très grand nombre de CDD renouvelé indéfiniment à très faible salaire).
    D'ailleurs, il est particulièrement difficile de recruter des salariés du secteur privé car leur rémunération est plus élevée et nombre de candidats du secteur privé refusent de venir dans une collectivité territoriale à cause de ce différentiel.
    Faites des études de terrain!

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.