Fonction publique et administration

Méthodologie de la réduction du nombre de parlementaires

28 juin 2017 • Ghislain Lunven de Chanrond

elus.jpg

Annexe méthodologique de l'étude Modernisation de la vie publique : les propositions de la Fondation iFRAP. Voir l'étude complète en cliquant ici

Le redécoupage des circonscriptions des députés

Le département est l’unité minimale de la représentation nationale. Nous avons donc établi combien de personnes un député représente par département (c’est-à-dire la moyenne départementale du nombre d’habitant par député) aujourd’hui et dans le cas d’un redécoupage à 350 circonscriptions. Plus celle-ci est inférieure à la moyenne nationale, plus les petits départements sont surreprésentés.

Deux scenarii ont été établis : un scénario « rural » qui a tendance à préserver les circonscriptions rurales, et une scénario « urbain » qui a tendance à lisser la représentation nationale au détriment des petites circonscriptions (jusqu’alors légèrement sur-représentées).

Dans les deux cas, la moyenne de représentativité par département, inférieure à la moyenne nationale, montre une légère surreprésentation des petits départements (moins de cinq circonscriptions) par rapport aux plus peuplés.

Le scénario « urbain » limite ce déséquilibre en fusionnant le plus possible les circonscriptions des petits départements, tout en respectant une limite que nous choisissons de fixer à 250.000 habitant pour un député. Cela signifie par exemple que la Corrèze, dans ce scénario, ne compterait qu’une seule circonscription de 249.452 habitants, soit plus de 58.000 habitant de plus que la moyenne d’habitant par député (191.000), et 17.000 de plus que l’écart-type.

Le redécoupage « rural » est un peu plus éparpillé (écart-type de 44.490) mais a le mérite de ne pas agréger de trop grands ensembles géographiques : la Corrèze, l’Indre, la Haute-Loire, la Nièvre, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Saône et Mayotte conservant leurs deux circonscriptions contrairement au scénario « urbain ». Dans le premier cas, le département comptant le plus de circonscriptions, c’est-à-dire le Nord, passerait de 21 à 13 tandis que dans le second cas (celui ménageant les départements peu peuplés), il n’en compterait plus que 11. (Cf Annexe 1 pour le redécoupage exhaustif).

État actuel

(577 députés)

Valeurs Minimale / Maximale

Nombre de départements à une circonscription

Moyenne de la représentativité par département

Écart-type

Médiane des quotients départementaux

1 député pour 115.000 hab.

St-Pierre-et-Miquelon : 6.286 hab.

Nouvelle-Calédonie : 160.298 (hab./député)

5

113.387

18.131

119.049

 

Redécoupage « rural »

(350 députés)

Valeurs Minimale / Maximale

Nombre de départements à une circonscription

Moyenne de la représentativité par département

Écart-type

Médiane des quotients départementaux

1 député pour 191.000 hab.

St-Pierre-et-Miquelon : 6.286 hab.

Nord : 239.590 (hab./député)

16

183.512 hab.

44.490

193.744

 

Redécoupage « urbain »

(350 députés)

Valeurs Minimale / Maximale

Nombre de départements à une circonscription

Moyenne de la représentativité par département

Écart-type

Médiane des quotients départementaux

1 député pour 191.000 hab.

St-Pierre-et-Miquelon : 6.286 hab.

Corrèze : 249.452 (hab./député)

23

188.067 hab.

41.902

195.299

À partir de ce redécoupage prescriptif, il faut ensuite descendre à un niveau de granularité plus fin – les cantons – pour opérer le redécoupage effectif, en veillant à respecter les moyennes de populations par circonscription, cette fois au sein du département (nous ne comparions que les moyennes départementales dans le cas précédent). Il faut rappeler la jurisprudence du Conseil constitutionnel, la représentation nationale se fait « sur une base essentiellement démographique »[1]. Les moyennes de représentativité sont donc prioritaires sur d’éventuelles revendication de cohérence territoriale, voire culturelle.

Le redécoupage en détail

     

Nombre de circonscriptions actuel

Redécoupage "urbain"

Redécoupage "rural"

Moy. Départementale Hab/circo actuel

Moyenne redécoupage "urbain"

Moyenne redécoupage "rural"

     

5,4

3,3

3,3

113 387

188 067

183 512

1

Ain

5

3

3

127 383

212 305

212 305

2

Aisne

5

3

3

110 902

184 837

184 837

3

Allier

3

2

2

117 914

176 871

176 871

4

Alpes de Haute-Provence

2

1

1

83 363

166 726

166 726

5

Hautes-Alpes

2

1

1

72 320

144 640

144 640

6

Alpes -Maritimes

9

5

5

121 860

219 348

219 348

7

Ardèche

3

2

2

110 006

165 009

165 009

8

Ardennes

3

2

2

96 358

144 538

144 538

9

Ariège

2

1

1

79 190

158 379

158 379

10

Aube

3

2

2

104 942

157 413

157 413

11

Aude

3

2

2

124 956

187 434

187 434

12

Aveyron

3

2

2

96 419

144 629

144 629

13

Bouches-du-Rhône

16

9

9

126 413

224 734

224 734

14

Calvados

6

4

4

117 773

167 659

167 659

15

Cantal

2

1

1

76 399

152 797

152 797

16

Charente

3

2

2

122 196

183 294

183 294

17

Charente-Maritime

5

3

3

130 522

217 537

217 537

18

Cher

3

2

2

106 654

159 847

159 847

19

Corrèze

2

1

2

124 726

249 452

124 726

2A

Corse-du-Sud

2

1

1

75 811

151 621

151 621

2B

Haute-Corse

2

1

1

86 945

173 889

173 889

21

Côte-d'Or

5

3

3

108 730

181 216

181 216

22

Côtes-d'Armor

5

3

3

123 513

205 855

205 855

23

Creuse

1

1

1

125 714

125 714

125 714

24

Dordogne

4

2

2

107 365

214 790

214 790

25

Doubs

5

3

3

109 605

182 675

182 675

26

Drôme

4

3

3

127 361

169 815

169 815

27

Eure

5

3

3

122 504

204 173

204 173

28

Eure-et-Loir

4

2

2

111 096

222 193

222 193

29

Finistère

8

5

5

116 828

186 925

186 925

30

Gard

6

4

4

125 004

187 506

187 506

31

Haute-Garonne

10

6

6

132 539

220 899

220 899

32

Gers

2

1

1

98 799

197 598

197 598

33

Gironde

12

8

8

128 037

192 056

192 056

34

Hérault

9

5

5

123 542

222 376

222 376

35

Ile-et-Villaine

8

5

5

130 984

209 575

209 575

36

Indre

2

1

2

117 591

235 181

117 591

37

Indre-et-Loire

5

3

3

123 111

205 186

205 186

38

Isère

10

6

6

126 385

210 642

210 642

39

Jura

3

2

2

90 305

135 457

135 457

40

Landes

3

2

2

137 066

205 599

205 599

41

Loire-et-Cher

3

2

2

114 157

171 236

171 236

42

Loire

6

4

4

129 024

196 536

196 536

43

Haute-Loire

2

1

2

116 959

233 918

116 959

44

Loire-Atlantique

10

6

6

136 445

227 409

227 409

45

Loiret

6

3

3

114 017

228 025

228 025

46

Lot

2

1

1

90 234

180 470

180 470

47

Lot-et-Garonne

3

2

2

114 548

171 823

171 823

48

Lozère

1

1

1

80 712

80 712

80 712

49

Maine-et-Loire

7

4

4

117 649

205 887

205 887

50

Manche

4

3

3

129 591

172 788

172 788

51

Marne

5

3

3

116 738

194 564

194 564

52

Haute-Marne

2

1

1

94 042

188 083

188 083

53

Mayenne

3

2

2

106 032

159 048

159 048

54

Meurthe-et-Moselle

6

4

4

124 233

186 350

186 350

55

Meuse

2

1

1

99 167

198 334

198 334

56

Morbihan

6

4

4

126 906

191 108

191 108

57

Moselle

9

5

5

118 680

213 624

213 624

58

Nièvre

2

1

2

111 344

222 688

222 688

59

Nord

21

13

11

125 500

202 730

239 590

60

Oise

7

4

4

119 417

208 980

208 980

61

Orne

3

2

2

99 416

149 124

149 124

62

Pas-de-Calais

12

7

7

124 311

213 105

213 105

63

Puy-de-Dôme

5

3

3

131 698

219 496

219 496

64

Pyrénées-Atlantiques

6

3

3

114 261

228 521

228 521

65

Hautes-Pyrénées

2

1

2

118 364

236 728

118 364

66

Pyrénées-Orientales

4

2

2

117 893

235 787

235 787

67

Bas-Rhin

9

6

5

125 425

188 138

225 765

68

Haut-Rhin

6

4

4

129 163

193 744

193 744

69

Rhône

14

9

8

129 443

201 135

226 525

70

Haute-Saône

2

1

2

123 491

246 782

123 391

71

Saône-et-Loire

5

3

3

115 019

191 699

191 699

72

Sarthe

5

3

3

116 973

194 955

194 955

73

Savoie

4

2

2

109 479

218 958

218 958

74

Haute-Savoie

6

4

4

132 224

198 336

198 336

75

Paris

18

10

10

125 237

225 426

225 426

76

Seine-Maritime

10

5

5

128 041

213 402

213 402

77

Seine-et-Marne

11

7

7

126 166

198 261

198 261

78

Yvelines

12

7

7

120 525

206 614

206 614

79

Deux-Sèvres

3

2

2

127 693

191 540

191 540

80

Somme

5

3

3

116 837

194 728

194 728

81

Tarn

3

2

2

131 292

196 939

196 939

82

Tarn-et-Garonne

2

2

2

128 434

128 434

128 434

83

Var

8

5

5

130 793

209 269

209 269

84

Vaucluse

5

3

3

112 451

187 418

187 418

85

Vendée

5

3

3

134 969

224 448

224 448

86

Vienne

4

2

2

110 674

221 348

221 348

87

Haute-Vienne

3

2

2

128 137

192 206

192 206

88

Vosges

4

2

2

97 138

194 275

194 275

89

Yonne

3

2

2

117 394

176 091

176 091

90

Territoire-de-Belfort

2

1

1

73 889

147 777

147 777

98

Essonne

10

6

6

127 323

212 206

212 206

92

Hauts-de-Seine

13

8

7

123 945

201 411

230 184

93

Seine-Saint-Denis

12

8

7

130 435

195 653

223 603

94

Val-de-Marne

11

7

6

124 281

195 299

227 849

95

Val-d'Oise

10

6

6

121 114

201 856

201 856

971

Guadeloupe

4

2

2

102 264

204 256

204 256

972

Martinique

4

2

2

97 959

195 919

195 919

973

Guyane

2

2

2

123 254

123 254

123 254

974

La Réunion

7

4

4

120 677

211 185

211 185

975

Saint-Pierre-et-Miquelon

1

1

1

6 286

6 286

6 286

976

Mayotte

2

1

2

108 546

217 091

108 546

978

Saint-Barthélémy et Saint-Martin

1

1

1

45 874

45 874

45 874

986

Wallis-et-Futuna

1

1

1

12 897

12 897

12 897

987

Polynésie-Française

3

2

2

91 406

137 109

137 109

988

Nouvelle-Calédonie

2

2

2

160 298

160 298

160 298

 

Français de l'étranger

11

6

6

155 540

285 158

285 158

 

TOTAL

577

350

350

     

Revoir le mode d’élection au Sénat pour passer de 348 sénateurs à 150

Le bicamérisme présente un réel intérêt à la fois pour la qualité de la démocratie (varier les formes de représentations nationales) pour la qualité de la discussion, des débats et de la délibération. Ces avantages ne valent, cependant, que si les institutions concernées (en l’occurrence le Sénat), font preuve d’intégrité et se dévouent à l’intérêt public avant tout. La restauration de la confiance des Français dans leurs sénateurs et la clarté globale du système passe par une réduction du nombre de sénateurs et donc un changement du mode d’élection. La Fondation iFRAP propose une élection (par le collège de grands électeurs actuel) au niveau régional en fonction de la population de la région en question, de façon à atteindre le nombre de 150 sénateurs.

Sur le modèle de l’élection sénatoriale espagnole, chaque région se verrait attribuer d’emblée 1 sénateur, tout comme l’Outre-Mer et les Français de l’étranger. Le reste, c’est-à-dire 129 sièges serait réparti à la proportionnelle selon la méthode d’Hondt.

France métropolitaine, Outre-Mer et Français de l’étranger

68.540.767

       

Dont France métropolitaine

64.027.958

Sièges attribués

Part de la population totale

Siège ajouté selon la méthode d’Hondt

Total des sièges par région

Auvergne-Rhône-Alpes

7.820.966

15

11,40%

1

16

Bourgogne-Franche-Comté

2.820.623

6

4,10%

0

6

Bretagne

3.276.543

7

4,80%

0

7

Centre-Val de Loire

2.577.435

5

3,80%

0

5

Corse

324.212

1

0,50%

0

1

Grand-Est

5.554.645

11

8,10%

1

12

Hauts-de-France

6.006.156

12

8,70%

1

13

Île-de-France

12.027.565

23

17,70%

3

26

Normandie

3.335.645

7

4,90%

0

7

Nouvelle-Aquitaine

5.879.144

12

8,50%

0

12

Occitanie

5.730.753

11

8,30%

1

12

Pays de la Loire

3.690.833

7

5,40%

1

8

Provence-Alpes-Côte d'Azur

4.983.438

10

7,30%

0

10

Outre-Mer (Régions et collectivités)

2.730.621

 

4%

   

Guadeloupe / Saint-Barthélémy et Saint-Martin

445.355

1

0,65%

0

1

Martinique

383.911

2

0,56%

0

2

Guyane

252.338

1

0,37%

0

1

La Réunion

842.767

2

1,22%

0

2

Mayotte

251.069

1

0,37%

0

1

Polynésie / Wallis et Futuna

286.414

1

0,42%

0

1

Nouvelle-Calédonie

268.767

1

0,39%

0

1

Français de l’étranger

1.782.188

 

2.6%

   

Français de l’étranger / Saint-Pierre-et-Miquelon

1.788.245

4

2,60%

2

6

TOTAL

 

140

100%

 

150

Source population : Insee, calcul iFRAP


[1]Décision n° 86-208 DC du 2 juillet 1986, Loi relative à l'élection des députés et autorisant le Gouvernement à délimiter par ordonnance les circonscriptions électorales. Voir, http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/1986/86-208-dc/decision-n-86-208-dc-du-2-juillet-1986.8273.html

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.