Fonction publique et administration

Jacques Marseille

« Le principal défaut de l'administration est sa non-gestion »

05 septembre 2008 • Agnès Verdier-Molinié

arton671.jpg

Jacques
Marseille
est professeur
à l'université
de Paris 1-
Panthéon-
Sorbonne.
Agrégé
d'histoire,
docteur d'État
et auteur
notamment de
« La guerre des
deux France,
celle qui
avance et celle
qui freine »
(Plon, 2004)
et de « Les bons
chiffres pour
ne pas voter
nul en 2007 »
(Perrin, 2007).

AVM : "Quelle est, selon vous, la principale
qualité de l'administration
française ?"

Jacques Marseille : Il me semble que la principale qualité
de l'administration est l'honnêteté
de ceux qui y travaillent. Ce sont,
dans l'ensemble, des gens honnêtes,
imprégnés de l'intérêt général.

AVM : "Quel est, selon vous, le principal
défaut de l'administration
française ?"

Jacques Marseille : Le principal défaut de l'administration,
ce ne sont pas les fonctionnaires,
mais le système lui-même avec sa
non-gestion, sa non-valorisation des
personnels. Cette non-gestion génère
une sorte de lassitude généralisée. Je le
vois notamment au niveau du monde
enseignant. Quand le ministre Claude
Allègre emploie le mot « mammouth »,
c'est vraiment le bon mais ce n'est pas
les gens qui sont le « mammouth »,
c'est le système qui l'est.

AVM : "Quelle serait, selon vous, la grande
réforme à mener en France ?"

Jacques Marseille : La grande réforme, la première à
mener en France, est celle du système
éducatif. En commençant par
supprimer le bac et en essayant de
convaincre les parents - ce serait
une révolution ! - que l'enseignement
professionnel a autant de valeur
que l'enseignement général. Notre
système éducatif a à déplorer que
140 000 jeunes sortent tous les ans
de leur cursus universitaire sans
rien. La France recrute ses élites
comme le ferait un pays de 6 millions
d'habitants et 140 000 jeunes
n'ont rien à la sortie. C'est horrible.

AVM : "Quelles administrations pourraient
être, selon vous, supprimées en
France ?"

Jacques Marseille : Si l'on voulait supprimer des administrations,
je plaiderais en priorité
pour la suppression du secrétariat
d'État aux Anciens Combattants,
ainsi que le ministère de l'Agriculture.
Nous avons aujourd'hui trop
de secrétariats d'État et, d'une façon
plus générale, notre État souffre de
trop de dilution des responsabilités
au niveau national et même territorial.
Cette dilution est très mauvaise
pour les réformes.

AVM : "Quels sont les atouts de la France
dans la mondialisation ?"

Jacques Marseille : Les atouts de la France dans la
mondialisation sont nombreux.
D'abord la « marque » France est
un atout en soi. Avec son histoire,
son authenticité, la France attire. La
géographie de notre pays est exceptionnelle.
Notre pays est la première
destination mondiale. Nombre de
nos PME sont numéro un mondial
sans qu'on le sache. Bref, nous avons
plein d'atouts que nous n'exploitons
pas assez.

AVM : "Quelle devise pourrait redonner
confiance aux jeunes entrepreneurs
de notre pays ?"

Jacques Marseille : « Aimons-nous nous-mêmes. »

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.