Fonction publique et administration

La Poste française et les autres

05 juin 2006 • Nicolas Lecaussin

fonctionpublique_administration.jpg

"La Poste affiche des résultats records" était le titre d'un récent article du Figaro (4 mai). Comme pour les autres entreprises publiques, le cocorico d'une partie des médias français n'est pas justifié. Il suffit de regarder les chiffres et comparer avec les postes étrangères.

Résultats records de la Poste en 2005 ? Oui, par rapport à 2004. Mais on oublie les 9,2 Mds d'euros de dettes à long terme et les 76 Mds d'euros de retraites non provisionnées (comptabilisés hors-bilan). En tenant compte de ces données, les résultats ne seraient pas vraiment « records » et l'entreprise coulerait. Le hasard fait que, pratiquement au même moment, la Royal Mail annonce la fin de son monopole pour tout type de courrier. Fondée il y a 370 ans, la Poste britannique prépare cette libéralisation totale depuis plusieurs années, en améliorant sensiblement la qualité de ses services. Le délai d'acheminement du courrier (le fameux J+1) est de 93,4% aujourd'hui, le meilleur d'Europe. En France le J+1 est de l'ordre de 75%. La Royal Mail est donc prête pour affronter ses 14 concurrents parmi lesquels DHL, filiale de l'allemand Deutsche post et le néerlandais TNT.

Deutsche Post La Poste
Effectifs moyens 388 859 309 286
Chiffre d'affaires/salarié 124 156 61 131
Milliards d'euros Deutsche Post La Poste
Chiffre d'affaires 48,279 19,329
Résultat net 2,448 0,377
Capitaux propres 12,540 4,204
Dettes à long terme 12,241 9,266
Part du courrier dans le chiffre d'affaires 20 % 50 %
Centres de tri 80 120
Qualité (J+1) 90 % 75 %
Sources : Rapports Deutsche Post et La Poste (2005)

La privatisation du courrier et la libéralisation ne sont pas des phénomènes récents. La Poste néerlandaise a été privatisée en 1989, la Finlande a mis fin au monopole de la poste nationale en 1991, la Suède en 1992. La Poste allemande (Deutsche Post) est inscrite dans la Constitution. Non pas comme un service national, d'Etat ; au contraire, en 1994, la Constitution allemande a stipulé que les services postaux ne seraient plus assurés par l'Etat, mais par plusieurs fournisseurs privés.

D'ailleurs, la Deutsche Post, qui a eu à fusionner les services postaux des deux Allemagne, est l'organisme postal qui a connu la plus forte baisse d'employés, avec plus de 100 000 suppressions d'emplois depuis le début des années 1990. Mais depuis janvier 2003, date à laquelle le marché allemand s'est totalement ouvert à la concurrence (la DP venait d'acheter la Swisslansas, le transitaire suisse), la tendance s'est inversée et les embauches ont repris, comme aux Pays-Bas (depuis 2002-2003, la TNT embauche en moyenne 500 personnes par an).

Pour ce qui est des résultats, le tableau ci-joint est très parlant. Un chiffre d'affaires par salarié deux fois plus élevé en Allemagne, trois fois plus de capitaux propres, un résultat net deux fois plus élevé. Avec moins de centres de tri et moins de personnel. Alors, ces résultats records ?

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.