Fonction publique et administration

La Crise, un prétexte pour augmenter le prix des services publics

07 avril 2009 • Agnès Verdier-Molinié

fonctionpublique_administration.jpg

A écouter les experts de l'OFCE, il ne faut pas lésiner sur la dépense publique, quitte à renchérir le coût de nos services publics. Dans une des dernières lettres de l'OFCE, on peut lire : «  La contrepartie à l'accroissement de la dette publique est le maintien du fonctionnement du système économique et financier. La faillite globale du système coûterait beaucoup plus cher aux générations actuelles et futures que quelques dizaines de points de PIB de dette en plus. Pour éviter le scénario d'une longue récession et briser les anticipations déflationnistes, l'intervention publique doit être massive. Seul l'Etat a les moyens d'éviter que la mécanique récessive ne s'emballe ».

Ce raisonnement est inquiétant pour l'avenir mais sans doute inévitable quand il concerne les investissements et baisses de charges pour les entreprises privées. Il devient pernicieux quand il s'agit d'augmenter les dépenses de fonctionnement du secteur public. De "dépensons plus d'argent public" la tentation est forte de passer à "ne réduisons pas les effectifs publics" et "augmentons les impôts".

Alors que l'on fait la chasse aux grandes surfaces qui augmenteraient leurs prix plus que l'inflation, le coût des services publics explose. Les salaires des fonctionnaires en place, qui ne connaissent pas la précarité, ont augmenté de 3,7% en 2008 alors que l'inflation a été de 1%. Pour 2009, l'augmentation sera à nouveau supérieure à l'inflation selon le ministre Eric Woerth bien que les finances publiques soient exsangues et que d'autres pays gèlent les salaires publics. De l'autre côté, les prix des pommes de terre et des pâtes sont surveillés par les associations de consommateurs et la répression des fraudes. A la moindre dérive, producteurs et distributeurs sont cloués au pilori. Pour l'essence, c'est Bercy lui-même qui veille et a même créé un site Internet où chaque station-service doit publier ses prix. Le prix des logements et des loyers baissent. Mais dans le secteur public, les tarifs continuent à augmenter.

Pourtant, l'an dernier, du 1er janvier 2008 au 1er janvier 2009, les prix ont très peu augmenté en France, de 1% exactement. Et la tendance se confirme. Du 1er février 2008 au 1er février 2009, l'inflation n'est que de 0,9%.

Quelques exemples de hausse du prix des services publics
Augmentation en 2009
La Poste - Timbres +1,82 %
SNCF – TGV +3,5 %
RATP +4 à 6 %
Impôts locaux (statistique sur les villes de plus de 100 000 habitants) +3,5 %
Stationnement et contraventions à Paris +20 %

Chacun de ces organismes ou collectivités avance ses arguments qui se résument à "il faut qu'on investisse" ou "pendant la crise nos rentrées baissent". On l'a vu dernièrement avec les taux d'imposition votés au niveau local : dans les 36 plus grandes villes de France, aucun conseil municipal n'a eu l'idée de baisser le taux d'imposition de la taxe foncière ou de la taxe d'habitation. Cela aurait pourtant rendu du « pouvoir d'achat » !

Dans le secteur privé quand les rentrées baissent, on diminue les dépenses. Et pour investir, on trouve à emprunter, si les projets sont utiles.

Depuis le début de la crise, les consommateurs ont réorienté leurs achats vers des voitures plus petites et à bas coûts, et vers les marques distributeurs. Les industriels et les commerçants ont réduit leurs marges. Pour 2009, Bruxelles prévoit une baisse de 1,8% de la richesse produite en France. En augmentant ses prix plus rapidement que l'inflation et que le Produit Intérieur Brut, le secteur public va encore accroître sa ponction sur les richesses produites par les Français. Un véritable plan d'anti-relance qui va à l'encontre des recommandations des économistes sérieux. Chaque euro supplémentaire prélevé par le secteur public entraînera une augmentation des licenciements dans le secteur privé.

Pour les 3 premiers organismes de la liste ci-dessus, la véritable solution est d'accélérer l'ouverture à la concurrence (de la poste, des chemins de fer et des transports de la région parisienne). Pour les 2 suivants, c'est le bulletin de vote.

Commentaires

  • Par HD • Posté le 10/04/2009 à 16:16 Votre article mériterait de faire la une de tous les journaux.

    Je crains pourtant hélàs qu'il soit le plus possible dissimulé par une presse qui suit la rue et les urnes. Je ne parle même pas de l'audio-visuel, public ou privé.

    Bravo et poursuivez votre combat.
  • Par GABEGIE • Posté le 10/04/2009 à 13:30 Enquête de la Revue Challenges sur nos très chers élus locaux 10/04/2009.

    Le millefeuille des collectivités locales sert bien les intérêts d'une caste d'élus gérontes assis sur leurs privilèges.

    La France se divise en minorité abonnée aux dépenses somptuaires pendant que la majorité est vouée aux économies sordides.

    Nous sommes au bout d'un processus de décomposition sociale.
  • Par iFRAP • Posté le 09/04/2009 à 16:10 Bonjour,

    L'augmentation de 0,8 % que vous citez correspond uniquement à l'augmentation générale de la valeur du point d'indice. Quand on intègre les autres augmentations (ancienneté par exemple) on arrive à plus d 3% pour les personnes en place comme nous l'avons indiqué.

    Cordialement, Philippe François
  • Par J-MG • Posté le 09/04/2009 à 16:10 Il faut arrêter de dire des c... et de tromper les gens. Ceci à la différence que je n'ai aucune carte politique et est complètement écoeuré par les politiques de droite et de gauche.
    Lorsque l'on prétend que les salaires des fonctionnaires ont augmenté de 3,7% en 2008, ceci est faux. Le chiffre est de 0,8%.
    Lorsque vous prétendez que les prix ont augmenté de 1% entre le 1er janvier 2008 et début 2009, dites cela aux ménages, ils vous diront que vous n'avez plus aucune crédibilité à faire valoir...
    Les grandes surfaces sont des prédateurs qui exploitent tant les producteurs que les consommateurs.
    Quant aux hausses des services publics et collectivités locales, là je suis bien d'accord avec vous sur les hausses pratiquées. D'ailleurs, j'ai initié par l'intermédiaire de notre association des habitants de ST Simon une pétition qui a recueilli 811 signatures.

    Hormis la réponse de la Commune de Toulouse et du Conseil Général, tant les Présidents du Sénat, Assemblée et Présidence de la République n'ont daigné nous répondre. C'est dire l'état de déliquescence que l'on a en France.
    Cordialement

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.