Fonction publique et administration

François Bayrou, 50 milliards d'économies : lesquels ?

02 février 2012 • Gatien Bon

arton12535.png

Le projet de François Bayrou débute par deux questions fortes qui ont le mérite de poser le débat : cinquante milliards d'économies, comment les obtenir sans rompre l'élan du pays ? Cinquante milliards de recettes, comment les obtenir ?

Le candidat propose de mettre une norme « zéro valeur » sur l'ensemble des dépenses publiques pendant deux ans. A l'heure actuelle, une norme zéro valeur est déjà incluse pour l'État (cela signifie que les dépenses de l'État ne peuvent augmenter plus que l'inflation). Cependant, selon nos estimations, cette mesure, si symbolique soit-elle, ne permettra pas de résoudre l'équation budgétaire de la France. En effet, cette proposition ne permettrait pas d'aboutir à 50 milliards d'euros d'économies sur 5 ans mais à 40 milliards d'euros alors qu'une diminution de 90 milliards d'euros sur 5 ans est nécessaire pour attendre l'objectif de retour à l'équilibre.

Le candidat annonce qu'il aurait pendant deux ans une norme zéro valeur sur l'ensemble des dépenses publiques suivie, sur trois ans, d'une norme zéro volume (tient compte de l'inflation). En moyenne, entre 2007 et 2012, la hausse des dépenses publiques a atteint moins de 2%. Dès lors, la mise en place d'une norme zéro valeur sur deux ans aura pour conséquence une économie maximum d'une vingtaine de milliards d'euros.

Quant à la norme zéro volume appliquée ensuite, elle permettrait d'économiser 20 milliards d'euros maximum aussi compte tenu du fait que le programme de dépenses du Modem repose sur une grande part d'investissements (sans même prendre en compte la charge de la dette qui augmentera durant le quinquennat).

Une absence de réforme de la protection sociale, du financement des collectivités territoriales et des retraites

Une autre faiblesse du projet du MoDem résulte de l'absence de propositions concrètes pour permettre de mettre en place cette norme zéro valeur. Si les redéploiements entre les collectivités territoriales, l'État et les dépenses de protection sociale sont nécessaires comme il l'affirme, aucune mesure précise de réforme n'est proposée.

Ainsi, aucun plan de réforme du financement des collectivités territoriales n'est proposé, aucune révision générale des politiques locales n'est décrite. Aucune évolution du modèle social n'est évoquée (réforme de l'assurance maladie, des retraites, de l'assurance chômage…), afin de permettre de rendre celui-ci soutenable pour les finances publiques une fois les deux années de norme « zéro valeur » terminée. L'indexation des retraites sur la croissance plutôt que sur l'inflation n'est pas non plus évoquée.

En d'autres termes, si le principe d'économiser cinquante milliards d'euros est clair, les axes d'économies ne sont pas dévoilés.

Commentaires

  • Par barange • Posté le 05/02/2012 à 11:35 que ce soit dans cette proposition ou d'autres on parle de maintenir le niveau des dépenses publiques mais JAMAIS de les réduire. Il n'y a pas de véritable projet porteur d'avenir. Ce n'est pas en augmentant les taxes (les recettes) qu'on va sortir la tête de l'eau.Ce sont les dépenses de l'état qui représentent 17% du P.I.B. qu'il faut réduire en premier et ceci donnerait l'exemple pour demander aux collectivités locales de réduire les leurs (11% du PIB)
  • Par spinoza • Posté le 03/02/2012 à 09:53 Je le répète ; pour redresser la France, il convient d'établir des business plans ; pour régler définitivement le problème de la lisibilité, les candidats doivent présenter des prévisions fiables et réalisables comme cela se fait dans les grands groupes internationaux.

    Chaque candidat devrait présenter leur directeur financier de campagne responsable de l'établissement de leurs prévisions.

    Ces budgets doivent être établis ligne par ligne pour les recettes et les dépenses et pour tous les budgets : Etat, Régions, Santé, Entreprises publiques comme la SNCF ou la RATP.

    Les niches fiscales doivent être détaillées, chiffrées et commentées.

    D'ailleurs, ce principe devrait être inscrit dans la constitution.
  • Par J.Charles F • Posté le 02/02/2012 à 20:17 Bonsoir,

    C'est pour le moment le seul candidat qui propose de faire des économies en donnant des objectifs et des échéances, ce qui n'est déjà pas si mal, car c'est toujours risqué sur une présidentielle de promettre du moins et non du plus.

    Pour ce qui est de la méthode, il va évidemment falloir engager des réformes structurelles sans doute pas très populaires; augmentation des cotisations retraites et maladie, franchises médicales, réductions du train de vie de l'état et des collectivités locales etc...

    Il est probable que s'il est élu, il privilégiera des tours des rencontres entre les acteurs concernés, on ne peut pas engager des réformes structurelles tout seul dans son coin, si on veut qu'elles soient efficaces et utiles , il faut que les individus adhèrent au principe; Démocratie oblige,sinon c'est la foule dans la rue et le blocage assuré...

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.