Fonction publique et administration

Congé maladie dans la fonction publique

Limiter les abus des fonctionnaires ...

17 septembre 2009 • Philippe François

fonctionpublique_administration.jpg

Contrôler les arrêts maladie abusifs, dépister les salariés fraudeurs, traquer les médecins complices. Depuis des années, le gouvernement et les entreprises sont mobilisés, à juste titre puisque ces malhonnêtetés contribuent à ruiner l'Assurance Maladie et à désorganiser les entreprises. Mais l'iFRAP demandait depuis longtemps : pourquoi l'Etat ne s'intéresse-t-il qu'aux salariés du privé, et pas à ses propres salariés, les fonctionnaires ?

Nos enquêtes ont pourtant montré que l'absentéisme pour congés maladie est très supérieur chez les fonctionnaires que dans le secteur privé, presque double dans les hôpitaux et les collectivités locales. Comme dans les entreprises, ces congés abusifs coûtent cher et désorganisent les services. Et ils ont augmenté depuis les 35 heures.

On s'attendrait à ce qu'il soit plus faible dans la fonction publique pour au moins 3 raisons :

- Les conditions de travail sont généralement meilleures
- L'esprit de service public est censé constituer une forte motivation

- Le nombre de semaines de présence au travail (dans l'éducation nationale au moins) est plus faible. Avec 16 semaines de vacances par an contre 6 à 8, la probabilité de tomber malade pendant une période de travail se trouve diminuée d'autant. On imagine que peu d'enseignants se déclarent en congé maladie quand ils ont une angine au milieu de leurs vacances.

Ce laisser-aller a trois causes :
- 1. La progression des carrières à l'ancienneté et la faiblesse de la gestion des ressources humaines dans la fonction publique.

- 2. Il n'y a pas de délai de carence pour les fonctionnaires qui sont payés dès le 1er jour de maladie.

- 3. Et une cause technique :

En effet, les arrêts maladie des fonctionnaires ne sont pas gérés par la CNAM mais par leur employeur. Pour éviter (très normalement) que l'employeur ne soit au courant des problèmes de santé de ses fonctionnaires, le médecin n'indique qu'au seul salarié la cause de son arrêt maladie. Résultat : aucun assureur ne peut dépêcher de médecin inspecteur au domicile du salarié de façon informée, et les abus se multiplient.

Eric Woerth, Ministre de la Fonction Publique, vient d'annoncer qu'il va modifier les procédures. Mais au lieu d'en créer une nouvelle, uniquement pour les fonctionnaires, pourquoi ne pas aligner leur gestion sur celle du secteur privé ?

Commentaires

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.