Fonction publique et administration

Comment parler des suicides ?

15 septembre 2009 • Philippe François

fonctionpublique_administration.jpg

Le suicide est un drame intime, mystérieux et incompréhensible de l'extérieur. D'après l'INSERM, le taux annuel de décès par suicide en France est de 18 à 20 pour 100.000 habitants. France Telecom emploie 100.000 salariés. Environ 14 de ses salariés se sont suicidés en 2008 et le nombre sera probablement similaire en 2009.

D'après la DREES, sa fréquence qui augmentait régulièrement et fortement avec l'âge, progresse maintenant jusqu'à 43 ans puis baisse jusqu'à 70 ans pour augmenter à nouveau ensuite. Le taux de suicides n'est pas le même pour les hommes et pour les femmes. Différent aussi pour les chômeurs et les actifs, différent pour les citadins et les personnes vivant à la campagne.

L'action préventive des syndicats et de la direction de France Telecom aurait constitué la vraie solution. Médiatiser et utiliser les suicides pour dénoncer des conditions de travail peut devenir nécessaire. Mais attention, cette méthode présente le risque de banaliser le suicide ou de le valoriser, et ainsi de provoquer une épidémie de cet acte de désespoir. Cela ne doit être fait par les responsables politiques et syndicaux que si le lien entre la situation et les suicides est démontré de façon incontestable.

Dans le cas de France Telecom, ces suicides conduisent à poser des questions sur la façon dont ces fonctionnaires ont été gérés (voire conditionnés) au temps où ils faisaient partie d'une administration publique. Des salariés de Molex ou de Continental ont été licenciés à 50 ans dans des bassins d'emploi en crise. Les fonctionnaires de France Telecom sont, au pire, mutés en conservant leur ancienneté, leur salaire, leur augmentation à l'ancienneté et leur garantie de retraite.

Confronté en 2006-2007 à une série de suicides à son TechnoCentre, Renault a mis en place des mesures de réorganisation du travail et de suivi des personnes en difficulté. Quelle que soit l'origine du problème à France Telecom, c'est ce genre de démarche qui doit être appliquée.

Commentaires

  • Par Garcilaso • Posté le 01/10/2009 à 12:28 Celà fait des années que les médecins du travail de France Télécom ont alerté les différentes directions sur les problèmes de management et plus globalement sur ce qu'on appelle le risque psychosocial. Ils n'ont malheureusement pas été écoutés.
  • Par Babel.P • Posté le 20/09/2009 à 11:08 18 septembre 2009

    COMMUNIQUE UNION GENERALISTE

    SUICIDE ET CONDITIONS DE TRAVAIL
    LES MEDECINS SE SUICIDENT BEAUCOUP, MAIS DANS L'INDIFFERENCE DES RESPONSABLES

    35 suicides chez france télécom en 18 mois pour 190000 salariés : le directeur de France Telecom est à juste titre sommé par le gouvernement de modifier sa gestion du personnel et d'exposer sur la place publique ses solutions pour éviter un tel drame.

    45 suicides chaque année en France parmi les 200000 médecins (14% contre

    5,4% en population générale comparable) : ni monsieur Van Rockeghem, ni

    madame Bachelot, ni monsieur Woerth ne jugent nécessaire de faire cesser la politique de harcèlement à leur encontre et aucune voix du gouvernement ni de l'opposition ne s'élève pour dénoncer ce drame.

    9 médecins diplômés sur cent ont choisi l'exercice libéral cette année en France, confirmant la chute vertigineuse de l'exercice médical libéral. Mais pendant l'extinction du médecin généraliste libéral les travaux de démolition et de harcèlement continuent.

    Les différentes lois et réglementations mises en place depuis août 2004 et renforcées chaque année ont donné aux directeurs des caisses un pouvoir discrétionnaire et exorbitant du droit commun pour sanctionner le médecin libéral en toute impunité et les députés s'apprêtent comme tous les ans à rajouter dans le PLFSS de nouvelles dispositions inutilement contraignantes et harcelantes.

    Union Généraliste appelle les syndicats à se ressaisir et à s'unir pour s'opposer en conseil d'état à ces mesures anciennes et à venir, source d'épuisement professionnel, élément déterminant dans la désaffection du métier dont le suicide majoré des médecins est un marqueur notable.
  • Par KABIFOX • Posté le 18/09/2009 à 15:01 Si les données entrées dans ma calculette sont exactes, nous aurions eu en France l'an dernier DEUX FOIS PLUS de morts par suicide que par accident de la route.

    Cet état de fait ne semble guère émouvoir ni les médias ni nos gouvernants. A quand une réflexion globale associant médecins, travailleurs sociaux du terrain, responsables politiques, sur ce sujet aussi grave et douloureux que la sacro sainte sécurité routière?
  • Par MB • Posté le 17/09/2009 à 16:04 Après la surenchère démagogique des médias, tout en respectant le caractère douloureux du sujet, je suis heureux de lire quelqu'un qui ramène les choses à leur juste proportion.

Fermer

Newsletter

Inscrivez-vous à la lettre d'information hebdomadaire de la Fondation iFRAP.

Recevez chaque semaine notre lettre d'information pour vous tenir au courant de l'activité et des travaux de la Fondation iFRAP.